May 25 2015

Andere Perspektiven

Published by under Festival

SOURCE: http://www.journal.lu

CANNES – CLAUS REHNIG

Shortfilm Corner mit luxemburgischen Kurzfilmen

Auch beim Kurzfilm mischt Cannes kräftig mit, aber im Wettbewerb war Luxemburg da nicht vertreten. Es gibt dann aber noch den bekannten Shortfilm Corner, wo Produktionen aus aller Welt entweder am Bildschirm oder in kleinen Sälen zu sehen sind. Da war Luxemburg mit einigen Produktionen beteiligt, wie zum Beispiel „Roxy“ von Fabien Colas, wo ein junger Mann seine leibliche Mutter sucht, die als Prostituierte in einem ‚Love Mobil‘ arbeitet, oder „Serena“ von Eric Lamhène, wo junge Leute total ausrasten und noch einen jüngeren mit hereinziehen.

In „Butsch“ lässt Emile ‚Milli‘ Schlesser seine Familie an einem alptraumhaften Halloween-Horrorfilm teilnehmen – ziemlich creepy und beunruhigend – und in dem sehr sophisticated experimentellen „The End of Everything as you knew it. A guide“ von Christian Neumann geht es fast philosophisch um Liebe, Hass, Gewalt und Tod.

Etwas aus dem Rahmen fiel da der Dokumentarfilm „Saltimbanques“ von François Baldassare über Sonia Lettmann, die eigentlich jeder in Luxemburg schon mal gesehen hat. Sie spielt Akkordeon, singt und tanzt in den Straßen vieler Städte, Luxemburg, Metz, Cannes und Nizza, Avignon; sie liebt Reisen. Sicher kein einfaches Leben, wenn sie manchmal mit dem Nachtzug um 4.30 morgens irgendwo ankommt und die Cafés erst um 6.00 aufmachen.

Viel Lebensmut

Ein kleines wunderbares Persönchen, Persönchen, weil sie mit ihren 1,40 Meter wirklich nicht sehr groß ist, doch seit Piaf weiß man, dass fehlende Zentimeter nicht ein Indiz für fehlende Größe sind. Aber dass sie so klein ist, fällt eigentlich kaum auf, weil sie eine derartige Energie ausstrahlt, dass alles andere unwichtig erscheint. Trotzdem tat François Baldassare gut daran, manchmal von unten zu filmen.

Die Straße und sie vor allem bekommt dadurch eine andere Perspektive. Eine Straßensängerin ist Sonia Lettmann, sicher, aber sie ist keine Clochardin; sie hat das Spiel im Blut, wie der Titel „Saltimbanques“ treffend ausdrückt. Ihr leuchtend rotes und mit viel Geschmack ausgewähltes Kleid und ihr evidenter Stil zeigt, dass sie schon einmal bessere Tage gekannt hat.
Und da vermisst sie das Mitgefühl der anderen. „Je me fous du passé“, singt sie und das könnte ein anderer Titel sein für dieses sehr schöne luminöse Portrait einer Frau, die mit 65 Jahren die Straße kennen lernte und heute – mit 82 ! – so viel Lebensmut vermittelt, dass wir alle uns eine Scheibe davon abschneiden könnten. Merci, François Baldassare!

Leave a comment!

May 24 2015

De la place du Théâtre… au Festival de Cannes

Published by under Festival

SOURCE: http://www.lessentiel.lu

LUXEMBOURG/CANNES – Sonia Lettmann aime jouer de l’accordéon dans les rues de la capitale. Un court métrage, présenté à Cannes ce jeudi, lui est consacré.

Peut-être avez-vous déjà entendu Sonia Lettmann jouer. Cette accordéoniste de rue de 82 ans officie à Metz ou à Luxembourg, sur des places publiques ou dans des petits festivals. «Une personnalité pleine de joie qui ne peut pas passer trois jours sans jouer», confie le réalisateur François Baldassare, fasciné par la vieille dame. Il a d’ailleurs réalisé «Saltimbanques», un court métrage qui lui est consacré et qui est projeté pour la première fois ce jeudi au Festival de Cannes.

Il faut dire que cette super mamie a de quoi intéresser. Sonia Lettmann joue de l’accordéon dans la rue depuis maintenant une dizaine d’années. Parfois gratuitement, mais aussi parfois pour de l’argent même si cela n’est pas nécessaire. Ce petit bout de femme, qui arbore toujours un sourire radieux et des tenues colorées, a élevé dix enfants. C’est à 70 ans, après le décès de son mari, qu’elle décide d’apprendre à jouer de l’accordéon.

«L’occasion de montrer son travail»

François Baldassare n’a jamais réussi à joindre la musicienne. «J’ai essayé à plusieurs reprises de l’avoir sur son portable mais je n’ai jamais réussi à la contacter par ce moyen», confie-t-il un peu déçu. C’est donc en la filmant pendant ses shows que le réalisateur a pu faire son film de 15 minutes qui tire son titre de la statue des Saltimbanques qui trône sur la place du Théâtre. C’est en effet sur cette place que Sonia Lettman aime souvent se produire.

«Saltimbanques» ne figure pas dans la sélection officielle du Festival de Cannes mais François Baldassare, également acteur, voit cette projection comme «l’occasion de montrer son travail, de créer des liens et d’apprendre de nouvelles choses».

(fr/sof/L’essentiel)

Leave a comment!

May 23 2015

Eric Lamhène: ticket gagnant

Published by under Festival,Filmfund Luxembourg

SOURCE: http://www.wort.lu

(mlr/vac) – Lui n’a pas peur de se jeter dans le bain. Alors que son camarade Govinda van Maele – également bénéficiaire de la bourse du Filmfund qui offre un ticket pour le Festival de Cannes – est prudemment resté sur le sable, Eric Lamhène a bien relevé le défi d’aller planter le drapeau luxembourgeois sur l’îlot situé en face du Pavillon national. La tradition est ainsi respectée cette année encore.

Cela étant, là n’est pas son seul objectif à Cannes. Il compte bien profiter de son séjour pour comprendre le fonctionnement de ce plus grand rendez-vous du cinéma mondial et aller voir quelques films s’il parvient à assister aux séances. Sa bourse ne lui offre pas d’accès prioritaire, il lui faut donc faire la queue. Continue Reading »

Leave a comment!

May 23 2015

Désirée Nosbusch: première fois sur la Croisette

Published by under Deal Production,Festival

SOURCE: http://www.wort.lu

(mlr/vac) – L’actrice, réalisatrice et productrice luxembourgeoise Désirée Nosbusch n’était jamais venue au Festival de Cannes. Pourtant, elle aurait pu y accompagner les frères Taviani en 1987 avec “Good Morning Babylone”. Une occasion manquée.

Celle qui a commencé comme animatrice pour Radio Luxembourg avant de se former comme actrice au Herbert Berghof Studio à New York et d’enchaîner les rôles au cinéma, à la télévision et au théâtre, vient ici comme réalisatrice et productrice.

En 2010, elle a créé Deal Productions et réalisé le documentaire “Succès Fox” qui raconte l’évolution du théâtre luxembourgeois au cours des dernières décennies à travers la vie et l’œuvre du comédien Fernand Fox.

Cette fois, elle n’a pas manqué le rendez-vous mondial du cinéma qui réunit quelque 30.000 professionnels et 4.000 journalistes.

Elle nous livre ses impressions cannoises dans une interview vidéo recueillie au Pavillon luxembourgeois.

Leave a comment!

May 22 2015

Die Freiheit des Wanderers zwischen Welten

Published by under Festival,Filmfund Luxembourg

SOURCE: http://www.wort.lu

Diesjähriger „Filmfund“-Stipendiat Govinda Van Maele
Von Vesna Andonovic

Nicht jeder lässt für Geld die Hosen runter. Und Govinda Van Maele schon gar nicht. Auch dann nicht, wenn er damit in Cannes ganz offen gegen eine Luxemburger Tradition verstößt.

Die besagt nämlich, dass der Regisseur, der vom Filmfund dorthin eingeladen wird, am „Luxemburger Tag“ in den Badeanzug schlüpfen muss, um auf dem gegenüber vom nationalen Pavillon gelegenen Felsenhäufchen die Landesfahne zu hissen.

Eingeläutet hat diesen – da das Wasser im Mai noch recht kühl ist, eigentlich nur für die Zuschauer am Strand – sympathischen Brauch vor ein paar Jahren Bernard Michaux. Continue Reading »

Leave a comment!

May 22 2015

‘The Brand New Testament’: Cannes Review

Published by under Festival,Juliette Films,Reviews

SOURCE: http://www.hollywoodreporter.com

The Bottom Line A religiously incorrect but irresistibly funny work of the imagination

God is a mean bastard from Brussels, but his daughter is determined to set things straight in cult director Jaco Van Dormael’s madcap fantasy

Imagining God as a wrathful bastard living in Brussels who gets his kicks watching his creatures suffer, and his 10-year-old daughter Ea as humanity’s no. 2 Saviour after her brother JC retires to become a statue, Jaco Van Dormael confirms his title as Belgium’s wacky philosopher-king of filmmakers. Most recently seen exploring the nature of time in the sci-fi-sh Mr. Nobody, he apparently felt ready to tackle a serious subject like the way God mis-runs the world. The Brand New Testament (Le Tout Nouveau Testament) does not disappoint; on the contrary, it is irresistibly laugh-out-loud and feel-good, without the sticky-sweet undertones of The Eighth Day, which starred a boy with Downs syndrome. Apart from the support of Catherine Deneuve, in good form as one of the 18 Apostles, there are no international names to push it along, and the Franco-Belgian-Luxembourg comedy will have to fend for itself on strong audience word of mouth after its bow in Cannes’ Directors Fortnight. Continue Reading »

Leave a comment!

May 21 2015

Marco Lorenzini découvre la Croisette

Published by under Festival,Juliette Films

SOURCE: http://www.wort.lu

(mlr/vac) – L’acteur luxembourgeois Marco Lorenzini est venu à Cannes pour assister à la sortie du “Tout Nouveau Testament”, une coproduction luxembourgeoise réalisée par le Belge Jaco van Dormael. Le long métrage a été sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs et présenté dimanche midi sur la Croisette.

Lors de sa première projection, ce film qui réunit aussi dans le casting Catherine Deneuve, Benoît Poelvoorde, François Damiens, Yolande Moreau et la jeune Pili Groyne, a conquis le public. Une longue ovation a salué le réalisateur présent dans la salle. On aura noté que la ministre de la Culture, Maggy Nagel, était présente au cinéma Croisette avec des membres de l’équipe du Filmfund.

Le film suit le périple de Ea (Pili Groyne), une gamine qui est rien moins que la fille de Dieu (Benoît Poelvoorde)! Elle vit au “paradis” un véritable enfer. Elle est cloîtrée, son père est infernal et sa mère (Yolande Moreau), complètement soumise, ne fait rien pour l’arrêter. Même son frère, JC, s’est fait la malle. Elle décide de s’enfuir et d’aller sur terre écrire son propre nouveau testament en recrutant six nouveaux disciples. Avant de partir, elle parvient à prendre le contrôle de l’ordinateur de Dieu et à envoyer à tous les humains un SMS leur indiquant le jour et l’heure de leur mort. Ce qui va semer sur terre une pagaille monstre.

Ce film, fidèle à la patte de l’auteur de “Toto le héros” (Caméra d’Or à Cannes en 1991) et de “Mr Nobody”, est un véritable petit bijou bourré d’humour, de poésie, d’intelligence, avec cette manière tellement belge de traiter par l’absurde les sujets les plus complexes. Ce petit conte philosophico-satirique soulève une question simple dont la réponse est loin d’être évidente: que voudrait-on faire si l’on connaissait le moment où l’on va mourir?

Le casting est impeccable. On aura en particulier relevé une Catherine Deneuve complètement investie dans son rôle d’une riche rombière délaissée par son mari et qui va tomber amoureuse d’un gorille. Benoît Poelvoorde incarne son rôle de Dieu parfaitement odieux avec maestria. Marco Lorenzini joue un clochard reconverti en évangéliste qui va veiller sur Ea durant son périple sur terre; il a la tête de l’emploi et la bienveillance de circonstance.

Avant la projection, l’acteur luxembourgeois nous avait confié ses impressions pour cette première incursion dans le temple mondial du cinéma.

Leave a comment!

May 21 2015

Le Luxembourg victime de son succès?

SOURCE: http://www.wort.lu

Par Marie-Laure Rolland et Vesna Andonovic

Le Luxembourg est une nouvelle fois présent sur la Croisette pour le 68ème Festival de Cannes qui a démarré mercredi 13 mai 2015. Les professionnels se sont retrouvés samedi 16 mai au Pavillon luxembourgeois installé dans le Village International aux pieds du Palais des festivals. L’objectif: faire le point sur l’évolution du secteur et les nouveaux enjeux qui se dessinent. Ceux-ci ne sont pas minces puisque le Filmfund va distribuer 100 millions d’euros aux 21 sociétés de production présentes dans le pays entre 2015 et 2017.

Signe de la volonté de transparence affichée par le gouvernement, la presse était pour la première fois autorisée à assister à la rencontre entre professionnels. Les années précédentes, un point de presse était organisé à l’issue de la manifestation.

Un bon cru 2015

Après une très belle année 2014 et l’Oscar du meilleur court métrage d’animation pour “Monsieur Hublot”, 2015 est un bon cru: une nomination aux Oscars pour “Song of the Sea” et une coproduction luxembourgeoise dans la sélection de la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes. Il s’agit du film “Le Tout Nouveau Testament” réalisé par le Belge Jaco van Dormael et coproduit par la société Juliette Films de David Grumbach. Le film est présenté au public dimanche 17 mai à 11h30 en présence de l’équipe qui l’a produit, parmi laquelle l’acteur luxembourgeois Marco Lorenzini.

Des Assises au mois de novembre

Après le vote de la loi de réforme du Filmfund en 2014, la situation n’est pas encore stabilisée dans le secteur si l’on en croit l’Union luxembourgeoise des producteurs audiovisuels (Ulpa). De plus en plus de sociétés européennes s’implantent dans le pays. Or la manne du Filmfund n’est pas extensible, comme l’explique le président de l’Ulpa, Paul Thiltges. Des Assises vont être organisées au mois de novembre 2015 sous l’égide du Filmfund pour envisager des financements alternatifs qui pourraient soutenir le secteur. Une idée qui avait déjà été proposée en son temps par le précédent ministre des Communications, Luc Frieden.

Nouveau dispositif pour les auteurs, réalisateurs et scénaristes

Lors de son intervention, la ministre de la Culture a mentionné la mise en place d’un nouveau dispositif pour soutenir les auteurs, réalisateurs et scénaristes. Ceux-ci ne seront plus obligés de passer par l’intermédiaire d’une société de production pour déposer une demande de soutien au développement auprès du Filmfund.

Il s’agissait d’une revendication de longue date du LARS (L’association luxembourgeoise des réalisateurs et scénaristes), qui compte 50 membres et qui a pu pour la première fois s’exprimer dans le cadre de la “Journée luxembourgeoise”, rendez-vous où les producteurs étaient généralement par le passé les seuls à prendre la parole. Son secrétaire général, Yann Tonnar, explique l’intérêt de cette réforme.

Luxembourg sans frontière

En l’absence du ministre des Communications, Xavier Bettel, qui a célébré la veille son mariage, c’est la ministre de la Culture Maggy Nagel qui a fait le déplacement à Cannes pour la traditionnelle “Journée luxembourgeoise”. Une mission qui, dit-elle, lui tient à coeur pour positionner le Luxembourg dans l’Europe de la culture.

Leave a comment!

May 20 2015

Félix au pavillon luxembourgeois

SOURCE: http://www.wort.lu

(vac/mlr) – Un invité de marque a été accueilli samedi après midi sur la Croisette à Cannes où le Festival international du film bat son plein. Le prince Félix est venu en voisin de son domaine du Château des Crostes à Lorgues pour rencontrer au pavillon national les professionnels du secteur du cinéma luxembourgeois.

A cette occasion, il a accepté de répondre à quelques questions du “Luxemburger Wort” sur ses goûts en matière de films mais aussi son intérêt pour la production nationale.

Cette visite a été l’occasion d’un échange avec la ministre de la Culture Maggy Nagel, le directeur du Filmfund Guy Daleiden mais aussi de nombreux représentants de la profession. Parmi ceux-ci, le directeur de la société de production Juliette Films, David Grumbach dont le film, “Le Tout Nouveau Testament” réalisé par Jaco van Dormael, a été sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs. Il y est présenté dimanche 17 mai 2015 à 11h30.

Le Prince a également effectué une visite du marché international du film du Festival de Cannes. Un lieu où s’achètent et se vendent des films venus du monde entier. Le Festival de Cannes est en effet la manifestation cinématographique la plus importante au monde. Il accueille près de 35.000 professionnels du cinéma, dont plus de 4000 journalistes.

Leave a comment!

May 20 2015

David Grumbach, un producteur heureux

Published by under Juliette Films

SOUCRE: http://www.wort.lu

(mlr/vac) – Le film de Jaco van Dormael, “Le Tout Nouveau Testament”, a fait un carton sur la Croisette lors de sa présentation dimanche 17 mai 2015 à la Quinzaine des réalisateurs.

Nous avons rencontré au Pavillon luxembourgeois le coproducteur de ce film tourné en grande partie au Luxembourg. David Grumbach sort de sa réserve pour nous en parler.

Le résumé du film:

On suit le périple de Ea (Pili Groyne), une gamine qui est rien moins que la fille de Dieu (Benoît Poelvoorde)! Elle vit au “paradis” un véritable enfer. Elle est cloîtrée, son père est infernal et sa mère (Yolande Moreau), complètement soumise, ne fait rien pour l’arrêter. Même son frère, JC, s’est fait la malle. Elle décide de s’enfuir et d’aller sur terre écrire son propre nouveau testament en recrutant six nouveaux disciples. Avant de partir, elle parvient à prendre le contrôle de l’ordinateur de Dieu et à envoyer à tous les humains un SMS leur indiquant le jour et l’heure de leur mort. Ce qui va semer sur terre une pagaille monstre.

Notre avis:

A ne surtout pas manquer! Sortie prévue à l’automne 2015.

Leave a comment!

Next »