Jan 12 2013

Portrait de Vicky Krieps

Published by at 01:46 under Acting,Articles

SOURCE: http://www.land.lu Josée Hansen

Ce vendredi dans le Lëtzebuerger Land

Portrait de Vicky Krieps: Mistinguette

vicky
(Photo: Patrick Galbats)

On l’avait remarquée il y a à peine dix ans, vers 2004, à la télévision : soudain, une jeune fille toute fraîche, rayonnante, un brin rebelle, tenait tête au système éducatif luxembourgeois

On l’avait remarquée il y a à peine dix ans, vers 2004, à la télévision : soudain, une jeune fille toute fraîche, rayonnante, un brin rebelle, tenait tête au système éducatif luxembourgeois. En plein bac, elle affirma tout haut dans une interview ce que beaucoup pensaient tout bas chez eux : que l’école a comme unique mission de formater les enfants et les broie jusqu’à ce que tout individualisme s’éteigne, qu’ils n’osent plus se manifester autrement que par de bonnes notes aux examens. Un grand émoi traversa soudain l’opinion publique : et si elle avait raison, cette môme ? Et si le Back to basics prôné par la ministre libérale de l’Éducation nationale de l’époque, Anne Brasseur, avait accéléré ce développement ? Vicky Krieps l’a eu, son bac. Puis elle est partie durant quelque mois en tant que bénévole en Afrique du Sud, où elle trouva sa voie, celle de l’art dramatique.

Retrouvez l’article complet dans l’édition actuelle du d’Lëtzebuerger Land, en vente en kiosques.

Comments

comments

SOURCE: http://www.land.lu Josée Hansen

Ce vendredi dans le Lëtzebuerger Land

Portrait de Vicky Krieps: Mistinguette

vicky
(Photo: Patrick Galbats)

On l’avait remarquée il y a à peine dix ans, vers 2004, à la télévision : soudain, une jeune fille toute fraîche, rayonnante, un brin rebelle, tenait tête au système éducatif luxembourgeois

On l’avait remarquée il y a à peine dix ans, vers 2004, à la télévision : soudain, une jeune fille toute fraîche, rayonnante, un brin rebelle, tenait tête au système éducatif luxembourgeois. En plein bac, elle affirma tout haut dans une interview ce que beaucoup pensaient tout bas chez eux : que l’école a comme unique mission de formater les enfants et les broie jusqu’à ce que tout individualisme s’éteigne, qu’ils n’osent plus se manifester autrement que par de bonnes notes aux examens. Un grand émoi traversa soudain l’opinion publique : et si elle avait raison, cette môme ? Et si le Back to basics prôné par la ministre libérale de l’Éducation nationale de l’époque, Anne Brasseur, avait accéléré ce développement ? Vicky Krieps l’a eu, son bac. Puis elle est partie durant quelque mois en tant que bénévole en Afrique du Sud, où elle trouva sa voie, celle de l’art dramatique.

Retrouvez l’article complet dans l’édition actuelle du d’Lëtzebuerger Land, en vente en kiosques.

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply