Oct 08 2009

3ième édition du Diractors International Film Festival

Published by at 19:01 under Articles

SOURCE: www.journal.lu – CHS

De la qualité cinématographique en manque de grands noms

Ce mardi matin, on a ressenti une certaine déception parmi les journalistes qui étaient venus à la conférence de presse du Diractors International Film Festival à la Cinémathèque lorsqu’on leur a remis le dossier de presse définitif de cette troisième édition Festival de cinéma qui met en valeur les acteurs ou actrices devenus réalisateurs ou réalisatrices. Quoique les responsables n’aient pas cité de noms de stars susceptibles de visiter le Festival lors d’une première mise en place fin juin, il y avait quand même un nom qui était sorti de la bouche de la déléguée générale du Festival Suzel Pietri, celui de John Malkovich. Mais en vain on cherchait une confirmation de sa venue dans le dossier de presse. Le Festival Diractors aura lieu du jeudi 15 octobre au lundi 19 octobre aux cinémas Utopia et Utopolis et à la Cinémathèque de la Ville de Luxembourg.

Point fort: les séances scolaires
La présidente de l’a.s.b.l. «Festival de Cinéma – Ville de Luxembourg» qui organise ce festival, Colette Flesch, était particulièrement contente de l’évolution des séances scolaires pour lesquelles on a enregistré déjà quelques 1.300 inscriptions d’élèves intéressés par le cinéma. Au programme on retrouve la compilation «Petites éclosions» composé de trois courts métrages d’animation luxembourgeois, «Ruzz et Ben» de Philippe Jullien, «Fragile» de Daniel Wiroth et «Le gardien du nid» d’Olivier Pesch. Cette séance sera précédée d’une introduction à l’animation par des réalisateurs. «Kirikou et la sorcière» de Michel Ocelot (France, 1998) sera présenté en version luxembourgeoise et sera précédée de musique africaine par des joueurs de djembés. «Le Roi des singes» de Wan Lai-Ming est un film d’animation chinois (1961-64). «L’Homme qui plantait des arbres» de Frédéric Back (Canada, 1987) a reçu l’Oscar du meilleur film d’animation en 1987. Samir Guesmi viendra présenter son court métrage «C’est dimanche» et l’actrice Elisa Lasowski assistera à la séance de «Somers Town» de Shane Meadows. Finalement, «Le petit Chat curieux» est un film animé japonais de Tsuneo Goda (2006). Les places sont gratuites pour les enseignants et leurs classes et on peut même continuer à s’inscrire à l’adresse E-mail education@diractors.org. Heureusement, ces séances auront lieu à la Cinémathèque, le seul temple du septième art du pays où on ne vend ni popcorn, ni bonbons, ni boissons! Le succès de la section pour jeunes a aussi particulièrement enchanté Octavie Modert, ministre de la culture, ainsi que Lydie Polfer, échevin de la culture de la Ville de Luxembourg.

Les longs-métrages
L’essence de ce Festival est cependant la section des longs métrages où seront présentés les films des acteurs/actrices devenus réalisateurs/réalisatrices. Suzel et Marielle Pietri ont ensuite présenté ces films, tous inédits au Grand-Duché. Pour les films «Achille et la tortue» de Takeshi Kitano (Japon, 2008), «A Film With Me In It» de Ian Fitzgibbon (Irlande, 2008), «Capitalism : A Love Story» de Michael Moore (USA, 2009), «J’ai tué ma mère» de Xavier Dolan (Québec, 2009), «The Private Lives Of Pippa Lee» de Rebecca Miller (USA, 2009) et «Le temps qu’il reste» d’Elia Suleiman (France – Palestine, 2009), les organisateurs n’ont pas réussi à persuader un réalisateur à venir visiter le Luxembourg et ceci pour les raisons les plus différentes. Mais l’acteur Philippe Lefebvre sera présent lors de l’ouverture du Festival avec son premier film en tant que réalisateur, «Le Siffleur» (F, 2009). Il sera accompagné par l’actrice Virginie Efira. L’acteur/réalisateur Emmanuel Mouret viendra présenter son film «Fais-moi plaisir» (F, 2009) en compagnie de l’actrice Judith Godrèche et de l’acteur Frédérique Bel. Et, on espère pouvoir accueillir Yvan Attal qui vient de tourner une partie de «New York, I Love You», un film réalisé par 12 réalisateurs dont chacun a filmé un segment de ce long-métrage, e. a. Fatih Akin, Mira Nair, Natalie Portman ou Brett Ratner. En outre, le Festival va recevoir les actrices Astrid Berges-Frisbey, Lola Neymark et Héléna Noguerra.
Dans le cadre de la section des cartes blanches, les acteurs/actrices-réalisateurs/réalisatrices doivent inviter un réalisateur ou une réalisatrice qui les a dirigés, un acteur ou une actrice qui a tourné pour lui/elle ou le producteur de son film.

Cartes blanches
Ces cartes blanches sont accessibles au public et ainsi celui-ci pourra être témoin de confidences et d’anecdotes bien intéressantes. L’acteur suisse Lionel Baier viendra présenter ses films «Garçon stupide» (2005) et «Comme des voleurs (à l’est)» (2006). Il sera accompagné par l’actrice/réalisatrice Ursula Meier («Home»). Samir Guesmi est le deuxième invité dans ce cycle. On pourra le voir dans deux films d’Alain Gomis, «L’Afrance» (F, 2001) et «Andalucia» (F, 2007), et il présentera son premier court métrage «C’est dimanche». Le nom de son invité(e) n’est pas encore connu(e). Troisième acteur/réalisateur est le canadien Luc Picard qui vient avec dans ses bagages deux de ses réalisations, «L’Audition» (2005) et «Babine» (2008), dans lesquels il joue aussi le rôle principal. Enfin, ce sera l’actrice française Maïwenn qui rejoindra le Festival, mais comme elle vient tout juste de confirmer sa venue, on ne s’est pas encore décidé avec quels films et quel invité.
Un ciné-concert
Le directeur de la Cinémathèque Claude Bertemes a parlé du ciné-concert le dimanche 18 octobre à la Cinémathèque, avec au programme le chef d’œuvre du cinéma muet «L’Argent» (1928) de Marcel L’Herbier. Jean-François Zygel accompagnera le film au piano. Cette œuvre de presque trois heures sera pro-jetée dans le cadre de «Money (Ex)Changes», programme autour de l‘exposition «Colors Of Money». Ce ciné-concert est aussi soutenu par le Centre Culturel Français et l’Association Victor Hugo.
La grande nouveauté: les courts métrages
Pour promouvoir le jeune cinéma luxembourgeois, une section courts métrages a été créée en collaboration avec l’association Filmreakter, sur l’initiation du producteur luxembourgeois Bernard Michaux. Quatre réalisateurs luxembourgeois présenteront un court-métrage et auront l’occasion d’inviter un réalisateur européen qui montrera également un film lors de cette même soirée le vendredi 16 octobre au cinéma Utopia dès 19h30. Eileen Byrne présentera «La Nuit passée» (Allemagne, 2008), son invité reste à être confirmé. Jacques Molitor montrera «En compagnie de la poussière» (B, L, 2008) et invitera Justyna Nowak avec son court métrage «Dragonflies» (Pologne, 2007). «Starfly» (L, 2005) de Beryl Koltz sera au programme et son invité s’appelle Alex Kirkland qui a tourné «Gash» (Royaume-Uni, 2004). Sandy Lorente présentera «IvoEva» (L, 2006) et son invitée Iulia Rugina «Friday Around Eleven» (Roumanie, 2006). La projection sera suivie d’une fête ouverte à tous au Magnum Club, avec un ciné-mix de «kustonbeater». Et, d’après les organisateurs du Festival, il se peut que l’an prochain soit créée une première compétition pour les courts métrages avec un jury et un prix.
Les professionnels peuvent se rencontrer
Pour la deuxième fois depuis 2008, et sous l’égide du Film Fund luxembourgeois, les professionnels de la production auront l’occasion de se rencontrer et d’échanger des idées dans le but de présenter et d’encourager les possibilités de coproductions entre le Luxembourg et des producteurs étrangers. Les intéressés peuvent manifester leur intérêt à l’adresse E-mail pro@diractors.org.
Tout le mondeest le bienvenu
Comme dans le passé, différentes formules pour les billets d’entrées seront disponibles (pass ou billet simple) et toutes les informations nécessaires pourront être consultées sur le site Internet www.diractors.org. Le programme exacte sera publié début de la semaine prochaine.
Et, en fin de conférence, Suzel Pietri a excusé John Malkovich qui est actuellement en tournage. Comme le temps a joué des mauvais tours à l’équipe, la production s’est malheureusement prolongée, ce qui fait que Mister Malkovich ne viendra plus que probablement pas au Grand-Duché. Mais il reste un tout petit peu d’espoir. Pour ses fans, ils n’ont qu’à aller voir l’excellent film «Disgrace» au cinéma Utopia. A noter encore, qu’éventuellement on pourra encore accueillir Christophe Lambert ou Julie Gayet.
Reste à pronostiquer si le public est disposé de rencontrer Lionel Baier, un nom que la plupart des journalistes présents lors de la conférence de presse n’a encore jamais entendu, Luc Picard ou Samir Guesmi lors de leurs cartes blanches, ou d’aller voir le film d’Emmanuel Mouret, quoiqu’il y aura Judith Godrèche («L’auberge espagnole»), ou celui de Philippe Lefebvre («Ne le dit à personne») ou de s’exciter sur les efforts faits au niveau des séances scolaires. Définitivement, il manque une star, une locomotive pouvant attirer le public habitué à des films commerciaux, non soucieux de ce que peut créer un acteur suisse ou canadien devenu réalisateur. Le futur nous donnera les réponses. › CH.S.

Comments

comments

SOURCE: www.journal.lu – CHS

De la qualité cinématographique en manque de grands noms

Ce mardi matin, on a ressenti une certaine déception parmi les journalistes qui étaient venus à la conférence de presse du Diractors International Film Festival à la Cinémathèque lorsqu’on leur a remis le dossier de presse définitif de cette troisième édition Festival de cinéma qui met en valeur les acteurs ou actrices devenus réalisateurs ou réalisatrices. Quoique les responsables n’aient pas cité de noms de stars susceptibles de visiter le Festival lors d’une première mise en place fin juin, il y avait quand même un nom qui était sorti de la bouche de la déléguée générale du Festival Suzel Pietri, celui de John Malkovich. Mais en vain on cherchait une confirmation de sa venue dans le dossier de presse. Le Festival Diractors aura lieu du jeudi 15 octobre au lundi 19 octobre aux cinémas Utopia et Utopolis et à la Cinémathèque de la Ville de Luxembourg.

Point fort: les séances scolaires
La présidente de l’a.s.b.l. «Festival de Cinéma – Ville de Luxembourg» qui organise ce festival, Colette Flesch, était particulièrement contente de l’évolution des séances scolaires pour lesquelles on a enregistré déjà quelques 1.300 inscriptions d’élèves intéressés par le cinéma. Au programme on retrouve la compilation «Petites éclosions» composé de trois courts métrages d’animation luxembourgeois, «Ruzz et Ben» de Philippe Jullien, «Fragile» de Daniel Wiroth et «Le gardien du nid» d’Olivier Pesch. Cette séance sera précédée d’une introduction à l’animation par des réalisateurs. «Kirikou et la sorcière» de Michel Ocelot (France, 1998) sera présenté en version luxembourgeoise et sera précédée de musique africaine par des joueurs de djembés. «Le Roi des singes» de Wan Lai-Ming est un film d’animation chinois (1961-64). «L’Homme qui plantait des arbres» de Frédéric Back (Canada, 1987) a reçu l’Oscar du meilleur film d’animation en 1987. Samir Guesmi viendra présenter son court métrage «C’est dimanche» et l’actrice Elisa Lasowski assistera à la séance de «Somers Town» de Shane Meadows. Finalement, «Le petit Chat curieux» est un film animé japonais de Tsuneo Goda (2006). Les places sont gratuites pour les enseignants et leurs classes et on peut même continuer à s’inscrire à l’adresse E-mail education@diractors.org. Heureusement, ces séances auront lieu à la Cinémathèque, le seul temple du septième art du pays où on ne vend ni popcorn, ni bonbons, ni boissons! Le succès de la section pour jeunes a aussi particulièrement enchanté Octavie Modert, ministre de la culture, ainsi que Lydie Polfer, échevin de la culture de la Ville de Luxembourg.

Les longs-métrages
L’essence de ce Festival est cependant la section des longs métrages où seront présentés les films des acteurs/actrices devenus réalisateurs/réalisatrices. Suzel et Marielle Pietri ont ensuite présenté ces films, tous inédits au Grand-Duché. Pour les films «Achille et la tortue» de Takeshi Kitano (Japon, 2008), «A Film With Me In It» de Ian Fitzgibbon (Irlande, 2008), «Capitalism : A Love Story» de Michael Moore (USA, 2009), «J’ai tué ma mère» de Xavier Dolan (Québec, 2009), «The Private Lives Of Pippa Lee» de Rebecca Miller (USA, 2009) et «Le temps qu’il reste» d’Elia Suleiman (France – Palestine, 2009), les organisateurs n’ont pas réussi à persuader un réalisateur à venir visiter le Luxembourg et ceci pour les raisons les plus différentes. Mais l’acteur Philippe Lefebvre sera présent lors de l’ouverture du Festival avec son premier film en tant que réalisateur, «Le Siffleur» (F, 2009). Il sera accompagné par l’actrice Virginie Efira. L’acteur/réalisateur Emmanuel Mouret viendra présenter son film «Fais-moi plaisir» (F, 2009) en compagnie de l’actrice Judith Godrèche et de l’acteur Frédérique Bel. Et, on espère pouvoir accueillir Yvan Attal qui vient de tourner une partie de «New York, I Love You», un film réalisé par 12 réalisateurs dont chacun a filmé un segment de ce long-métrage, e. a. Fatih Akin, Mira Nair, Natalie Portman ou Brett Ratner. En outre, le Festival va recevoir les actrices Astrid Berges-Frisbey, Lola Neymark et Héléna Noguerra.
Dans le cadre de la section des cartes blanches, les acteurs/actrices-réalisateurs/réalisatrices doivent inviter un réalisateur ou une réalisatrice qui les a dirigés, un acteur ou une actrice qui a tourné pour lui/elle ou le producteur de son film.

Cartes blanches
Ces cartes blanches sont accessibles au public et ainsi celui-ci pourra être témoin de confidences et d’anecdotes bien intéressantes. L’acteur suisse Lionel Baier viendra présenter ses films «Garçon stupide» (2005) et «Comme des voleurs (à l’est)» (2006). Il sera accompagné par l’actrice/réalisatrice Ursula Meier («Home»). Samir Guesmi est le deuxième invité dans ce cycle. On pourra le voir dans deux films d’Alain Gomis, «L’Afrance» (F, 2001) et «Andalucia» (F, 2007), et il présentera son premier court métrage «C’est dimanche». Le nom de son invité(e) n’est pas encore connu(e). Troisième acteur/réalisateur est le canadien Luc Picard qui vient avec dans ses bagages deux de ses réalisations, «L’Audition» (2005) et «Babine» (2008), dans lesquels il joue aussi le rôle principal. Enfin, ce sera l’actrice française Maïwenn qui rejoindra le Festival, mais comme elle vient tout juste de confirmer sa venue, on ne s’est pas encore décidé avec quels films et quel invité.
Un ciné-concert
Le directeur de la Cinémathèque Claude Bertemes a parlé du ciné-concert le dimanche 18 octobre à la Cinémathèque, avec au programme le chef d’œuvre du cinéma muet «L’Argent» (1928) de Marcel L’Herbier. Jean-François Zygel accompagnera le film au piano. Cette œuvre de presque trois heures sera pro-jetée dans le cadre de «Money (Ex)Changes», programme autour de l‘exposition «Colors Of Money». Ce ciné-concert est aussi soutenu par le Centre Culturel Français et l’Association Victor Hugo.
La grande nouveauté: les courts métrages
Pour promouvoir le jeune cinéma luxembourgeois, une section courts métrages a été créée en collaboration avec l’association Filmreakter, sur l’initiation du producteur luxembourgeois Bernard Michaux. Quatre réalisateurs luxembourgeois présenteront un court-métrage et auront l’occasion d’inviter un réalisateur européen qui montrera également un film lors de cette même soirée le vendredi 16 octobre au cinéma Utopia dès 19h30. Eileen Byrne présentera «La Nuit passée» (Allemagne, 2008), son invité reste à être confirmé. Jacques Molitor montrera «En compagnie de la poussière» (B, L, 2008) et invitera Justyna Nowak avec son court métrage «Dragonflies» (Pologne, 2007). «Starfly» (L, 2005) de Beryl Koltz sera au programme et son invité s’appelle Alex Kirkland qui a tourné «Gash» (Royaume-Uni, 2004). Sandy Lorente présentera «IvoEva» (L, 2006) et son invitée Iulia Rugina «Friday Around Eleven» (Roumanie, 2006). La projection sera suivie d’une fête ouverte à tous au Magnum Club, avec un ciné-mix de «kustonbeater». Et, d’après les organisateurs du Festival, il se peut que l’an prochain soit créée une première compétition pour les courts métrages avec un jury et un prix.
Les professionnels peuvent se rencontrer
Pour la deuxième fois depuis 2008, et sous l’égide du Film Fund luxembourgeois, les professionnels de la production auront l’occasion de se rencontrer et d’échanger des idées dans le but de présenter et d’encourager les possibilités de coproductions entre le Luxembourg et des producteurs étrangers. Les intéressés peuvent manifester leur intérêt à l’adresse E-mail pro@diractors.org.
Tout le mondeest le bienvenu
Comme dans le passé, différentes formules pour les billets d’entrées seront disponibles (pass ou billet simple) et toutes les informations nécessaires pourront être consultées sur le site Internet www.diractors.org. Le programme exacte sera publié début de la semaine prochaine.
Et, en fin de conférence, Suzel Pietri a excusé John Malkovich qui est actuellement en tournage. Comme le temps a joué des mauvais tours à l’équipe, la production s’est malheureusement prolongée, ce qui fait que Mister Malkovich ne viendra plus que probablement pas au Grand-Duché. Mais il reste un tout petit peu d’espoir. Pour ses fans, ils n’ont qu’à aller voir l’excellent film «Disgrace» au cinéma Utopia. A noter encore, qu’éventuellement on pourra encore accueillir Christophe Lambert ou Julie Gayet.
Reste à pronostiquer si le public est disposé de rencontrer Lionel Baier, un nom que la plupart des journalistes présents lors de la conférence de presse n’a encore jamais entendu, Luc Picard ou Samir Guesmi lors de leurs cartes blanches, ou d’aller voir le film d’Emmanuel Mouret, quoiqu’il y aura Judith Godrèche («L’auberge espagnole»), ou celui de Philippe Lefebvre («Ne le dit à personne») ou de s’exciter sur les efforts faits au niveau des séances scolaires. Définitivement, il manque une star, une locomotive pouvant attirer le public habitué à des films commerciaux, non soucieux de ce que peut créer un acteur suisse ou canadien devenu réalisateur. Le futur nous donnera les réponses. › CH.S.

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply