Dec 21 2011

L’association Filmreakter regroupe de jeunes cinéastes

Published by at 01:40 under Articles,Français

SOURCE: http://www.lessentiel.lu/fr/news/luxembourg/story/13663355

LUXEMBOURG – L’association Filmreakter regroupe de jeunes cinéastes. C’est une plate-forme professionnelle, mais aussi l’occasion de créer des animations.

En 2002, une bande de lycéens a créé une association, pour disposer d’une base pour leurs créations de films amateurs. Près de dix ans plus tard, Filmreakter existe toujours et a pris une certaine ampleur. «C’est devenu une plate-forme pour tous ceux qui travaillent dans le domaine du cinéma, mais aussi pour les cinéphiles», précise Bernard Michaux, un des lycéens du début, aujourd’hui âgé de 28 ans. «Sur Internet, nous mettons en ligne toutes les nouvelles concernant la scène luxembourgeoise, avec quelque 300 visiteurs par jour».

L’association aide aussi des jeunes à mettre le pied à l’étrier. «Open Screen leur permet de montrer leur premier essai cinématographique et d’avoir un feed-back professionnel». Des pros qui se font plus riants lors des soirées Double Feature, deux films, et les boissons, pour le prix d’un, à la cinémathèque. «Ce sont des films de plus ou moins bonne qualité, mais toujours délirants et kitsch», rigole Bernard Michaux. Vendredi, le thème, c’est «slasher», ces films d’horreur avec tueurs en série masqués…

Comments

comments

SOURCE: http://www.lessentiel.lu/fr/news/luxembourg/story/13663355

LUXEMBOURG – L’association Filmreakter regroupe de jeunes cinéastes. C’est une plate-forme professionnelle, mais aussi l’occasion de créer des animations.

En 2002, une bande de lycéens a créé une association, pour disposer d’une base pour leurs créations de films amateurs. Près de dix ans plus tard, Filmreakter existe toujours et a pris une certaine ampleur. «C’est devenu une plate-forme pour tous ceux qui travaillent dans le domaine du cinéma, mais aussi pour les cinéphiles», précise Bernard Michaux, un des lycéens du début, aujourd’hui âgé de 28 ans. «Sur Internet, nous mettons en ligne toutes les nouvelles concernant la scène luxembourgeoise, avec quelque 300 visiteurs par jour».

L’association aide aussi des jeunes à mettre le pied à l’étrier. «Open Screen leur permet de montrer leur premier essai cinématographique et d’avoir un feed-back professionnel». Des pros qui se font plus riants lors des soirées Double Feature, deux films, et les boissons, pour le prix d’un, à la cinémathèque. «Ce sont des films de plus ou moins bonne qualité, mais toujours délirants et kitsch», rigole Bernard Michaux. Vendredi, le thème, c’est «slasher», ces films d’horreur avec tueurs en série masqués…

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply