May 04 2010

Le remploi poétique de l’image amateur

Published by at 14:10 under Articles,Français

SOURCE: http://www.land.lu – Thierry Besseling

Avant les années 1990, le Luxem bourg était un pays dépourvu d’une maison de production cinématographique. Les cinéastes en herbe de l’époque étaient au mieux des semi-professionnels, mais la plupart du temps des amateurs qui, une caméra Super8 à la main, ont documenté leur vie familiale et sociale ainsi que les événements historiques qui ont marqué le pays. Le Centre national de l’audiovisuel détient aujourd’hui avec ses 7 500 films amateur un inconscient cinématographique qui constitue le centre névralgique de la mémoire audiovisuelle luxembourgeoise.

Ces images amateur ne cessent d’être vues et relues depuis une dizaine d’années sous des angles nouveaux dans un désir de les rendre accessibles au grand public. Que ce soit dans des films documentaires (sans être exhaustif : Heim ins Reich, D’Schueber-fouer, Histoire(s) de jeu nesse(s)), dans des expositions (Hidden Images, Années 50, Sixties), ou encore dans des colloques, tout semble tourner autour d’une tension entre un questionnement universitaire lié à l’archivage de ces images amateur (quelles images archiver, comment et pourquoi ?) et une interrogation artistique qui porte sur le remploi des mêmes images dans des œuvres contemporaines.

Den vollständigen Beitrag finden Sie im neuen d’Lëtzebuerger Land am Zeitungskiosk.
Retrouvez l’article complet dans l’édition actuelle du d’Lëtzebuerger Land, en vente en kiosques.

Comments

comments

SOURCE: http://www.land.lu – Thierry Besseling

Avant les années 1990, le Luxem bourg était un pays dépourvu d’une maison de production cinématographique. Les cinéastes en herbe de l’époque étaient au mieux des semi-professionnels, mais la plupart du temps des amateurs qui, une caméra Super8 à la main, ont documenté leur vie familiale et sociale ainsi que les événements historiques qui ont marqué le pays. Le Centre national de l’audiovisuel détient aujourd’hui avec ses 7 500 films amateur un inconscient cinématographique qui constitue le centre névralgique de la mémoire audiovisuelle luxembourgeoise.

Ces images amateur ne cessent d’être vues et relues depuis une dizaine d’années sous des angles nouveaux dans un désir de les rendre accessibles au grand public. Que ce soit dans des films documentaires (sans être exhaustif : Heim ins Reich, D’Schueber-fouer, Histoire(s) de jeu nesse(s)), dans des expositions (Hidden Images, Années 50, Sixties), ou encore dans des colloques, tout semble tourner autour d’une tension entre un questionnement universitaire lié à l’archivage de ces images amateur (quelles images archiver, comment et pourquoi ?) et une interrogation artistique qui porte sur le remploi des mêmes images dans des œuvres contemporaines.

Den vollständigen Beitrag finden Sie im neuen d’Lëtzebuerger Land am Zeitungskiosk.
Retrouvez l’article complet dans l’édition actuelle du d’Lëtzebuerger Land, en vente en kiosques.

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply