Dec 26 2010

Tournage au siège d’Arcelor

Published by at 01:13 under Articles,Français

SOURCE: http://www.lequotidien.lu/le-pays/18037.html Bruno Muller

Une équipe de tournage était présente, samedi (11.12.2010), au siège d’ArcelorMittal, pour filmer l’une des scènes du film Belle du seigneur tiré du célèbre roman d’Albert Cohen. Description et envers du décor en compagnie du coproducteur, Jimmy de Brabant.

Une scène de tournage pourrait se résumer en quelque sorte à une fourmilière. Samedi après-midi, la cour intérieure du siège d’ArcelorMittal était prise d’assaut par plusieurs camions remplis de matériel. Le deuxième étage est envahi de câbles avec des spots un peu partout. Les techniciens s’affairent à droite et à gauche tandis qu’une quinzaine de figurants en costume de soirée patientent dans une pièce à côté. Ils s’apprêtent à tourner une scène de bal. Au total, la scène de tournage occupe quelque 250 personnes. «C’est la scène de séduction dans le film», explique Jimmy de Brabant qui supervise l’ensemble du tournage. Il est l’un des producteurs du film avec Bob Bellion et Thierry de Navacelle.

La scène de séduction

Le film Belle du seigneur raconte une histoire d’amour qui se passe dans le milieu de la diplomatie entre 1936 et 1938 sur fond de montée d’antisémitisme en Europe. La durée totale du tournage est de 42 jours et une partie de cette production luxembourgo-franco-belge a déjà été tournée en Italie du Nord ainsi qu’à Genève. C’est d’ailleurs à Genève que se déroule dans le film la scène tournée dans les intérieurs du siège d’ArcelorMittal. «La scène se passe dans un grand hôtel à Genève. C’est là que se déroule une scène de séduction entre les deux personnages principaux du film, Solal et Ariane. C’est une histoire d’amour qui se passe à la fin des années 30 entre un jeune diplomate de confession juive et la femme de son adjoint, lequel est issu d’une famille protestante. Le film retrace aussi le climat d’antisémitisme qui montait à l’époque», souligne Jimmy de Brabant. Pour la toute première fois dans l’histoire du cinéma, une équipe de tournage a pu filmer dans les intérieurs des Nations unies à Genève. «Nous avons obtenu un accord des Nations unies à New York», précise le producteur. Au cours de deux précédents week-ends, l’équipe de tournage avait déjà fait des prises de vue un peu partout dans le pays, notamment dans les studios à Contern, à Redange-sur-Attert et devait même filmer hier une scène dans l’église de Koerich. À mentionner aussi la présence de quelques têtes d’affiche internationales comme Jonathan Rhys Meyers, qui a notamment joué dans Match Point de Woody Allen, et Marianne Faithfull (Marie-Antoinette, Irina Palm, Intimacy). Le film est réalisé par Glenio Bonder, diplomate de formation et qui est notamment l’auteur d’un documentaire sur Albert Cohen. Actuellement directeur et administrateur de Delux Productions basé à Luxembourg, Jimmy de Brabant a travaillé précédemment pour le groupe UGC et a été le directeur général des studios de Billancourt à Paris. Le budget du film se situe entre 7,2 et 7,5 millions d’euros. La sortie du film est prévue pour l’automne 2011. L’avant-première aura lieu à Luxembourg.

Comments

comments

SOURCE: http://www.lequotidien.lu/le-pays/18037.html Bruno Muller

Une équipe de tournage était présente, samedi (11.12.2010), au siège d’ArcelorMittal, pour filmer l’une des scènes du film Belle du seigneur tiré du célèbre roman d’Albert Cohen. Description et envers du décor en compagnie du coproducteur, Jimmy de Brabant.

Une scène de tournage pourrait se résumer en quelque sorte à une fourmilière. Samedi après-midi, la cour intérieure du siège d’ArcelorMittal était prise d’assaut par plusieurs camions remplis de matériel. Le deuxième étage est envahi de câbles avec des spots un peu partout. Les techniciens s’affairent à droite et à gauche tandis qu’une quinzaine de figurants en costume de soirée patientent dans une pièce à côté. Ils s’apprêtent à tourner une scène de bal. Au total, la scène de tournage occupe quelque 250 personnes. «C’est la scène de séduction dans le film», explique Jimmy de Brabant qui supervise l’ensemble du tournage. Il est l’un des producteurs du film avec Bob Bellion et Thierry de Navacelle.

La scène de séduction

Le film Belle du seigneur raconte une histoire d’amour qui se passe dans le milieu de la diplomatie entre 1936 et 1938 sur fond de montée d’antisémitisme en Europe. La durée totale du tournage est de 42 jours et une partie de cette production luxembourgo-franco-belge a déjà été tournée en Italie du Nord ainsi qu’à Genève. C’est d’ailleurs à Genève que se déroule dans le film la scène tournée dans les intérieurs du siège d’ArcelorMittal. «La scène se passe dans un grand hôtel à Genève. C’est là que se déroule une scène de séduction entre les deux personnages principaux du film, Solal et Ariane. C’est une histoire d’amour qui se passe à la fin des années 30 entre un jeune diplomate de confession juive et la femme de son adjoint, lequel est issu d’une famille protestante. Le film retrace aussi le climat d’antisémitisme qui montait à l’époque», souligne Jimmy de Brabant. Pour la toute première fois dans l’histoire du cinéma, une équipe de tournage a pu filmer dans les intérieurs des Nations unies à Genève. «Nous avons obtenu un accord des Nations unies à New York», précise le producteur. Au cours de deux précédents week-ends, l’équipe de tournage avait déjà fait des prises de vue un peu partout dans le pays, notamment dans les studios à Contern, à Redange-sur-Attert et devait même filmer hier une scène dans l’église de Koerich. À mentionner aussi la présence de quelques têtes d’affiche internationales comme Jonathan Rhys Meyers, qui a notamment joué dans Match Point de Woody Allen, et Marianne Faithfull (Marie-Antoinette, Irina Palm, Intimacy). Le film est réalisé par Glenio Bonder, diplomate de formation et qui est notamment l’auteur d’un documentaire sur Albert Cohen. Actuellement directeur et administrateur de Delux Productions basé à Luxembourg, Jimmy de Brabant a travaillé précédemment pour le groupe UGC et a été le directeur général des studios de Billancourt à Paris. Le budget du film se situe entre 7,2 et 7,5 millions d’euros. La sortie du film est prévue pour l’automne 2011. L’avant-première aura lieu à Luxembourg.

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply