Sep 09 2011

Visite du plateau de tournage de «La sieste sous le figuier» à Wintrange

Published by at 01:01 under Articles,Français,Tarantula

SOURCE: http://www.wort.lu/wort/web/fr/culture/articles/2011/09/160690/index.php

Une belle leçon de vie
Le film sortira en juin 2012

Gisèle Casadesus, 97 ans, campe le rôle de Selma
«Je veux mourir les yeux ouverts», lance, avec assurance, Selma, confortablement installée dans un fauteuil dans sa chambre. La jeune Joëlle s’approche de la vieille dame et lui demande de ses nouvelles.

«Silence, action, moteur», l’ordre de l’assistant réalisateur est formel. La réalisatrice Anne-Marie Etienne quitte son écran de contrôle, donne elle-aussi des ordres. Le tout se passe dans le calme, sans heurts. Toute l’équipe est aux petits soins de Gisèle Casadesus. A 97 ans, l’actrice donne la réplique à Marie Kremer. La voix est posée, réfléchie..

C’est dans la somptueuse, mais désuète, villa Nick Schlesser de Wintrange que se tourne actuellement le film La sieste sous le figuier. «Une demeure qui a beaucoup de charme et de cachet. Nous avons procédé à quelques aménagements, nous y avons apporté un peu de romantisme. Il n’était pas si facile de trouver une maison de style pour les besoins du film», explique François Dickes, chef décorateur de cette coproduction franco-belgo-luxembourgeoise. «Dès que j’ai lu le scénario, j’ai pensé à ces lieux, Anne-Marie Etienne était aussi emballée par l’idée», se souvient Donato Rotunno de la société luxembourgeoise Tarantula. Un figuier a même été planté dans le jardin…

Gisèle casadesus illumine le film et le plateau

La vieille dame Selma rencontre en tirant les cartes une certaine Nathalie, qui en a marre de son travail de cuisinier. Elle est amie de Christophe, un juriste débordé. Ils vont par la suite rencontrer Joelle, une assistante sociale. C’est cette dernière qui décider que Selma va passer ses vacances d’été au bord de la Moselle. La vieille dame est donc entourée par ses plus jeunes amis et leurs enfants qui mettent tout en œuvre pour ses «dernières» vacances. Selma va en profiter pour donner à ces jeunes une belle leçon de vie et redonner un sens à leurs existences brisées. «Ce n’est en aucun cas un film sombre et noir, mais bel et bien un hymne à la vie», déclare la réalisatrice Anne-Marie Etienne. «Si vous réussissez à vivre en s’ouvrant au monde, en observant, en écoutant les autres, en fin de vie vous serez toujours entouré. Selma en est la plus parfaite illustration. Elle va quitter ce monde avec beaucoup de sérénité. Alors que tout le monde croit qu’elle va mourir, Selma est capable de faire partager son amour pour la vie et redonner un sens à la vie de ceux qui l’entourent», s’enthousiasme Anne-Marie Etienne. La réalisatrice est pleine d’admiration pour Gisèle Casadesus. «Elle illumine le film d’un bout à l’autre avec sa fraîcheur et son énergie. Sa présence sur le plateau irradiante. C’est la seule actrice de cet âge capable de tenir un tel rôle».

Une bien belle vision de la vie

Dans la chambre du premier étage de la villa Nick Schlesser de Wintrange, cette rencontre filmée entre Joelle et Selma est l’illustration de cette complicité naissante entre des personnages de différentes générations.
«Gisèle Casadesus avec son jeu et sa présence relègue le thème de la mort, pourtant au centre du film au second plan», indique Donato Rotunno. «Elle nous donne un bien belle vision de la vie».
La sieste sous le figuier devrait sortir en juin 2012.

Comments

comments

SOURCE: http://www.wort.lu/wort/web/fr/culture/articles/2011/09/160690/index.php

Une belle leçon de vie
Le film sortira en juin 2012

Gisèle Casadesus, 97 ans, campe le rôle de Selma
«Je veux mourir les yeux ouverts», lance, avec assurance, Selma, confortablement installée dans un fauteuil dans sa chambre. La jeune Joëlle s’approche de la vieille dame et lui demande de ses nouvelles.

«Silence, action, moteur», l’ordre de l’assistant réalisateur est formel. La réalisatrice Anne-Marie Etienne quitte son écran de contrôle, donne elle-aussi des ordres. Le tout se passe dans le calme, sans heurts. Toute l’équipe est aux petits soins de Gisèle Casadesus. A 97 ans, l’actrice donne la réplique à Marie Kremer. La voix est posée, réfléchie..

C’est dans la somptueuse, mais désuète, villa Nick Schlesser de Wintrange que se tourne actuellement le film La sieste sous le figuier. «Une demeure qui a beaucoup de charme et de cachet. Nous avons procédé à quelques aménagements, nous y avons apporté un peu de romantisme. Il n’était pas si facile de trouver une maison de style pour les besoins du film», explique François Dickes, chef décorateur de cette coproduction franco-belgo-luxembourgeoise. «Dès que j’ai lu le scénario, j’ai pensé à ces lieux, Anne-Marie Etienne était aussi emballée par l’idée», se souvient Donato Rotunno de la société luxembourgeoise Tarantula. Un figuier a même été planté dans le jardin…

Gisèle casadesus illumine le film et le plateau

La vieille dame Selma rencontre en tirant les cartes une certaine Nathalie, qui en a marre de son travail de cuisinier. Elle est amie de Christophe, un juriste débordé. Ils vont par la suite rencontrer Joelle, une assistante sociale. C’est cette dernière qui décider que Selma va passer ses vacances d’été au bord de la Moselle. La vieille dame est donc entourée par ses plus jeunes amis et leurs enfants qui mettent tout en œuvre pour ses «dernières» vacances. Selma va en profiter pour donner à ces jeunes une belle leçon de vie et redonner un sens à leurs existences brisées. «Ce n’est en aucun cas un film sombre et noir, mais bel et bien un hymne à la vie», déclare la réalisatrice Anne-Marie Etienne. «Si vous réussissez à vivre en s’ouvrant au monde, en observant, en écoutant les autres, en fin de vie vous serez toujours entouré. Selma en est la plus parfaite illustration. Elle va quitter ce monde avec beaucoup de sérénité. Alors que tout le monde croit qu’elle va mourir, Selma est capable de faire partager son amour pour la vie et redonner un sens à la vie de ceux qui l’entourent», s’enthousiasme Anne-Marie Etienne. La réalisatrice est pleine d’admiration pour Gisèle Casadesus. «Elle illumine le film d’un bout à l’autre avec sa fraîcheur et son énergie. Sa présence sur le plateau irradiante. C’est la seule actrice de cet âge capable de tenir un tel rôle».

Une bien belle vision de la vie

Dans la chambre du premier étage de la villa Nick Schlesser de Wintrange, cette rencontre filmée entre Joelle et Selma est l’illustration de cette complicité naissante entre des personnages de différentes générations.
«Gisèle Casadesus avec son jeu et sa présence relègue le thème de la mort, pourtant au centre du film au second plan», indique Donato Rotunno. «Elle nous donne un bien belle vision de la vie».
La sieste sous le figuier devrait sortir en juin 2012.

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply