Apr 01 2009

Andy Bausch revient au lycée Michel-Rodange

Published by at 01:56 under Blackboard

Réalisateur et scénariste luxembourgeois, Andy Bausch, était lundi matin de retour dans son ancien lycée: le lycée Michel-Rodange à Luxembourg qui fête son quarantenaire cette année. A cette occasion, le cinéaste de renom a participé à une “Ciné-discussion” et révélé que “dans deux ou trois mois serait tourné le 3e épisode de Troublemaker”.

Casquette Guiness vissée sur la tête, décontracté comme à son habitude, Andy Bausch a le plus naturellement du monde commencé par raconter devant un parterre de près de 150 élèves de 3e, 2e et 1ère, qu’il «n’était pas le meilleur élève. En 5e j’ai fait trois examens de rattrapage! Après j’ai commencé à apprendre la batterie et j’ai changé d’école pour aller à Dudelange».

Le cinéaste qui se définit comme «quelqu’un de très timide» parle de son passé et livre volontiers des anecdotes de tournage ou financières. A l’époque «lorsque j’étais dans le bureau du ministre de la Culture (Robert Krieps) pour Troublemaker, on a eu 300.000 francs (7.347 euros) pour le film…», se rappelle Andy Bausch qui expliquera ensuite qu’«un film européen coûte en moyenne 8 à 10 millions d’euros aujourd’hui».

S’il répète à ses quatre enfants de «d’abord apprendre quelque chose», pour lui, être cinéaste, «c’est le plus beau métier que je puisse m’imaginer du point de vu de la créatif», mais prévient aussitôt qu’ «au Luxembourg, en France ou en Allemagne, très peu vivent de ce métier. Ça va up and down».

L’idée de cette “Ciné-discussion” avec le metteur en scène le plus connu du Luxembourg a été initiée par Claude Michaux, professeur de français et cinéphile qui, fut un temps, “donnait un cours de cinéma durant la pause de midi” au lycée, et Marc Trierweiler, professeur d’anglais. Ce dernier prévoit précisément de “faire une option film en anglais pour les 2es et 1ères l’année prochaine”.

Au fil de la discussion et de l’inévitable évocation de son compère Thierry van Werveke, décédé voilà quelques semaines, Andy Bausch a révélé que “dans deux ou trois mois serait tourné le 3e épisode de Troublemaker”. Le premier datant de 1988 et le second (“Back in Trouble”) en 1998, dix ans plus tard.

Maurice Fick

Comments

comments

Réalisateur et scénariste luxembourgeois, Andy Bausch, était lundi matin de retour dans son ancien lycée: le lycée Michel-Rodange à Luxembourg qui fête son quarantenaire cette année. A cette occasion, le cinéaste de renom a participé à une “Ciné-discussion” et révélé que “dans deux ou trois mois serait tourné le 3e épisode de Troublemaker”.

Casquette Guiness vissée sur la tête, décontracté comme à son habitude, Andy Bausch a le plus naturellement du monde commencé par raconter devant un parterre de près de 150 élèves de 3e, 2e et 1ère, qu’il «n’était pas le meilleur élève. En 5e j’ai fait trois examens de rattrapage! Après j’ai commencé à apprendre la batterie et j’ai changé d’école pour aller à Dudelange».

Le cinéaste qui se définit comme «quelqu’un de très timide» parle de son passé et livre volontiers des anecdotes de tournage ou financières. A l’époque «lorsque j’étais dans le bureau du ministre de la Culture (Robert Krieps) pour Troublemaker, on a eu 300.000 francs (7.347 euros) pour le film…», se rappelle Andy Bausch qui expliquera ensuite qu’«un film européen coûte en moyenne 8 à 10 millions d’euros aujourd’hui».

S’il répète à ses quatre enfants de «d’abord apprendre quelque chose», pour lui, être cinéaste, «c’est le plus beau métier que je puisse m’imaginer du point de vu de la créatif», mais prévient aussitôt qu’ «au Luxembourg, en France ou en Allemagne, très peu vivent de ce métier. Ça va up and down».

L’idée de cette “Ciné-discussion” avec le metteur en scène le plus connu du Luxembourg a été initiée par Claude Michaux, professeur de français et cinéphile qui, fut un temps, “donnait un cours de cinéma durant la pause de midi” au lycée, et Marc Trierweiler, professeur d’anglais. Ce dernier prévoit précisément de “faire une option film en anglais pour les 2es et 1ères l’année prochaine”.

Au fil de la discussion et de l’inévitable évocation de son compère Thierry van Werveke, décédé voilà quelques semaines, Andy Bausch a révélé que “dans deux ou trois mois serait tourné le 3e épisode de Troublemaker”. Le premier datant de 1988 et le second (“Back in Trouble”) en 1998, dix ans plus tard.

Maurice Fick

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply