Jan 28 2011

D’amour et d’orgies

Published by at 01:15 under Blackboard,Events & Projects

SOURCE: http://www.cna.public.lu

Samedi 29 janvier
D’amour et d’orgies
le cinéma érotique luxembourgeois de années 1960 et 1970 / Paul Lesch

L’histoire du cinéma luxembourgeois, aussi modeste soit-elle, comporte quelques épisodes pour le moins surprenants. Bien avant la véritable émergence au Grand-Duché des premiers longs métrages de fiction au cours des années 1980, plusieurs films « luxembourgeois » (e.a. Massacre pour une orgie, L’amour oui ! Mais …, Qui donc m’a fait ce bébé) défrayent la chronique nationale et internationale pour cause de contenu qualifié d’ « érotique » ou de « pornographique ». A la même époque, plusieurs films non-luxembourgeois (e.a. Quiet Days in Clichy et Le dernier tango à Paris) sont saisis par la justice luxembourgeoise à cause de leur caractère soi-disant « obscène ». Des affaires de censure abondamment commentées dans la presse du pays.
Conférence accompagnée d’extraits de films.

Comments

comments

SOURCE: http://www.cna.public.lu

Samedi 29 janvier
D’amour et d’orgies
le cinéma érotique luxembourgeois de années 1960 et 1970 / Paul Lesch

L’histoire du cinéma luxembourgeois, aussi modeste soit-elle, comporte quelques épisodes pour le moins surprenants. Bien avant la véritable émergence au Grand-Duché des premiers longs métrages de fiction au cours des années 1980, plusieurs films « luxembourgeois » (e.a. Massacre pour une orgie, L’amour oui ! Mais …, Qui donc m’a fait ce bébé) défrayent la chronique nationale et internationale pour cause de contenu qualifié d’ « érotique » ou de « pornographique ». A la même époque, plusieurs films non-luxembourgeois (e.a. Quiet Days in Clichy et Le dernier tango à Paris) sont saisis par la justice luxembourgeoise à cause de leur caractère soi-disant « obscène ». Des affaires de censure abondamment commentées dans la presse du pays.
Conférence accompagnée d’extraits de films.

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply