Jun 08 2008

Dans les coulisses de Verso

Published by at 08:24 under Misc. Luxembourg

Dans l’imaginaire populaire, un studio de cinéma est, obligatoirement, un endroit gigantesque. De préférence avec écrit, à l’entrée, Warner Bros, Universal, ou du moins Cinecittà. Rien de tel devant les plateaux de tournage de  Verso, à Bertrange, situés dans un ancien hangar. Seuls quelques camions de production devant les lieux laissent deviner la présence de toute une équipe de cinéma.

Verso est, ce que Donato Rotunno, responsable de Tarantula Luxembourg, appelle «une production en interne». C’est-à-dire produit avec les sociétés sœurs: Tarantula Suisse -dont le responsable n’est autre que Xavier Ruiz, le réalisateur du film- Tarantula Belgique et Tarantula France.
Mais en interne ne veut pas dire en intérieur. «
La plupart du film a été tourné en décors naturels, soit des vrais appartements, des rues, des extérieurs, etc. Même si l’histoire est basée à Genève», explique Donato Rotunno, également producteur délégué du film. 
«Il y a énormément de similitudes entre Luxembourg et Genève, en dehors du background fiscal et bancaire, note le réalisateur Xavier Ruiz – arborant un beau tee-shirt avec écrit “Made in Geneva”- on y trouve les mêmes panneaux dans les gares, le bancomat, qui n’existe que chez vous et chez nous, et plein de petits détails qui font que les deux villes sont très semblables».
Le producteur délégué reprend: «Pour la dernière semaine de tournage, on a essayé de concentrer cinq décors, qu’on a construits pour le film, pour des raisons de facilité, de logistique et de temps, dans ces locaux que nous avons loués. Ce n’est pas un studio professionnel en tant que tel, mais un simple hangar. Il doit il y avoir, plus ou moins, 200 mètres sur 50, ça fait pas mal de place. Les décors font, à chaque fois, au moins 10 sur 10, donc 100 mètres carrés. Comme on en a cinq ça prend déjà au moins 500 mètres carrés».

Verso, un film noir, plus qu’un polar

À l’intérieur, en effet, on trouve, au-delà des bureaux de la production, des couloirs amovibles et à fond variable, une cage, des fauteuils et même une table de poker, avec ses jetons. La mise en place est déjà prête pour le tournage de l’après-midi. «Cette partie de poker se passe très tôt dans le film, souligne le réalisateur, on voit là la complicité qu’ont les groupes d’intervention d’élite de toutes les polices du monde. On voit qu’ils se connaissent, qu’ils se chambrent, qu’ils prennent du plaisir à être ensemble… Malheureusement ça ne va pas durer!» Juste pour l’anecdote, le réalisateur précise: «Au début, on avait prévu de faire un poker classique, mais là on est passés au Texas hold’em. On s’adapte, quoi! Je pense que les acteurs vont d’ailleurs être déboussolés pendant cinq minutes car ils ne savent pas jouer».
Plus sérieusement, Verso, qui réunit les comédiens Laurent Lucas (Harry, un ami qui vous veut du bien), Carlos Leal (Casino royale) et Chloé Coulloud (La Tête de maman) est l’histoire d’Alex, le flic, de Victor, son ancien ami et ancien détenu, et de Lou, l’adolescente à problèmes, «trois personnages en quête respectivement de justice, de rédemption et d’une place dans le monde», selon le synopsis. «Plus qu’un polar, c’est un drame humain!», insiste le réalisateur. «On est plus axés sur l’homme que sur l’enquête ou sur la technique de police. On est donc plus proches du film noir que du polar traditionnel».
Si le tournage s’achève aujourd’hui, les délais du 7e art font que le film ne devrait sortir en salle qu’en janvier 2009. «On est allés très vite sur la préparation, très vite sur le tournage et on va faire de même pour la post-production, note Donato Rotunno, on doit, de toutes façons, terminer le film en 2008, pour des raisons de planning. Une première au Luxembourg devrait suivre après les fêtes».

De notre journaliste Pablo Chimienti

http://www.le-quotidien.lu/edition/article.asp?ArticleId=20236

 

 

 

 

Comments

comments

Dans l’imaginaire populaire, un studio de cinéma est, obligatoirement, un endroit gigantesque. De préférence avec écrit, à l’entrée, Warner Bros, Universal, ou du moins Cinecittà. Rien de tel devant les plateaux de tournage de  Verso, à Bertrange, situés dans un ancien hangar. Seuls quelques camions de production devant les lieux laissent deviner la présence de toute une équipe de cinéma.

Verso est, ce que Donato Rotunno, responsable de Tarantula Luxembourg, appelle «une production en interne». C’est-à-dire produit avec les sociétés sœurs: Tarantula Suisse -dont le responsable n’est autre que Xavier Ruiz, le réalisateur du film- Tarantula Belgique et Tarantula France.
Mais en interne ne veut pas dire en intérieur. «
La plupart du film a été tourné en décors naturels, soit des vrais appartements, des rues, des extérieurs, etc. Même si l’histoire est basée à Genève», explique Donato Rotunno, également producteur délégué du film. 
«Il y a énormément de similitudes entre Luxembourg et Genève, en dehors du background fiscal et bancaire, note le réalisateur Xavier Ruiz – arborant un beau tee-shirt avec écrit “Made in Geneva”- on y trouve les mêmes panneaux dans les gares, le bancomat, qui n’existe que chez vous et chez nous, et plein de petits détails qui font que les deux villes sont très semblables».
Le producteur délégué reprend: «Pour la dernière semaine de tournage, on a essayé de concentrer cinq décors, qu’on a construits pour le film, pour des raisons de facilité, de logistique et de temps, dans ces locaux que nous avons loués. Ce n’est pas un studio professionnel en tant que tel, mais un simple hangar. Il doit il y avoir, plus ou moins, 200 mètres sur 50, ça fait pas mal de place. Les décors font, à chaque fois, au moins 10 sur 10, donc 100 mètres carrés. Comme on en a cinq ça prend déjà au moins 500 mètres carrés».

Verso, un film noir, plus qu’un polar

À l’intérieur, en effet, on trouve, au-delà des bureaux de la production, des couloirs amovibles et à fond variable, une cage, des fauteuils et même une table de poker, avec ses jetons. La mise en place est déjà prête pour le tournage de l’après-midi. «Cette partie de poker se passe très tôt dans le film, souligne le réalisateur, on voit là la complicité qu’ont les groupes d’intervention d’élite de toutes les polices du monde. On voit qu’ils se connaissent, qu’ils se chambrent, qu’ils prennent du plaisir à être ensemble… Malheureusement ça ne va pas durer!» Juste pour l’anecdote, le réalisateur précise: «Au début, on avait prévu de faire un poker classique, mais là on est passés au Texas hold’em. On s’adapte, quoi! Je pense que les acteurs vont d’ailleurs être déboussolés pendant cinq minutes car ils ne savent pas jouer».
Plus sérieusement, Verso, qui réunit les comédiens Laurent Lucas (Harry, un ami qui vous veut du bien), Carlos Leal (Casino royale) et Chloé Coulloud (La Tête de maman) est l’histoire d’Alex, le flic, de Victor, son ancien ami et ancien détenu, et de Lou, l’adolescente à problèmes, «trois personnages en quête respectivement de justice, de rédemption et d’une place dans le monde», selon le synopsis. «Plus qu’un polar, c’est un drame humain!», insiste le réalisateur. «On est plus axés sur l’homme que sur l’enquête ou sur la technique de police. On est donc plus proches du film noir que du polar traditionnel».
Si le tournage s’achève aujourd’hui, les délais du 7e art font que le film ne devrait sortir en salle qu’en janvier 2009. «On est allés très vite sur la préparation, très vite sur le tournage et on va faire de même pour la post-production, note Donato Rotunno, on doit, de toutes façons, terminer le film en 2008, pour des raisons de planning. Une première au Luxembourg devrait suivre après les fêtes».

De notre journaliste Pablo Chimienti

http://www.le-quotidien.lu/edition/article.asp?ArticleId=20236

 

 

 

 

Comments

comments

One response so far

One Response to “Dans les coulisses de Verso”

  1. Filmreakter » Blog Archive » VERSOon 09 Jul 2008 at 18:52

    […] Dans les coulisses de Verso […]

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply