Feb 07 2014

Jeff Desom

Published by at 03:22 under Misc. Luxembourg

SOURCE: http://www.luxuriant.lu

Le réalisateur luxembourgeois Jeff Desom est revenu au pays depuis sept mois. Après des études de cinéma à Bournemouth et un passage à Londres, le jeune homme de 29 ans pose ses bagages dans son ancienne chambre d’adolescent, chez ses parents, à Remich. Son actualité s’articule autour de trois axes principaux : une exposition du 14 février au 9 juin au Mudam, une installation au Cercle Cité dans le cadre du festival Discovery Zone et la préparation de son premier long métrage. Entretien avec le renouveau du cinéma grand-ducal.

Enfant, Jeff grandit au sein du domaine familial des caves Saint Remy Desom et Cie sur les coteaux ensoleillés de la rive gauche de la Moselle. Ici, le savoir-faire se transmet de père en fils depuis quatre générations. Sans son frère aîné passionné par les vignobles, il devrait certainement rempiler dans la production de crémant et de pinot noir. Mais l’histoire en décide autrement. Il écrit ses prémices de scripts à 15 ans et réalise, deux ans plus tard, son premier moyen-métrage, The Plot Spoiler, un 45 minutes loufoque goupillé avec les moyens du bord, une caméra Mini DV Canon XM1, ses copains en guise d’acteurs et le logiciel Final Cut Pro. Aujourd’hui, le cinéaste s’amuse encore des petites fautes et des maladresses de ses premiers rushs, mais reste plutôt fier du résultat. « Je m’ennuyais au lycée Michel-Rodange. Je me focalisais tous les week-ends et les vacances sur mon projet. J’ai fini trois années plus tard, à l’âge de 21 ans. Tout a été réalisé à la sauce Do It Yourself : le montage, les décors, le son, la mise en scène, la production, etc. Le pitch s’articule autour de Stanley Kurtz, employé d’une vidéothèque, qui a la fâcheuse manie de gâcher la fin des films de ses clients. Il dit tout le temps la vérité et par conséquent « spoil » également la fin de son propre film, dont il est la star principale ». L’énergie, la créativité et la passion de Jeff finissent par payer. Il est lauréat du Lëtzebuerger Filmpräis 2007. Suivront de nombreux autres prix et festivals, un peu partout dans le monde, pour saluer le talent de la suite de sa filmographie.

Le Luxembourgeois ne s’arrête pas en si bon chemin et empoche un Bachelor of Arts – Film & Television Production avec une spécialisation réalisateur dans le sud de l’Angleterre puis, comme ses camarades de classe, s’essaie au business de la vidéo à Londres. Les loyers sont chers mais le vidéaste s’accroche. De toute façon, l’industrie de l’image est plus vaste au Royaume-Uni qu’au Grand-Duché. La mégalopole l’inspire et l’énergie est palpable à chaque coin de rue. D’ailleurs, de son appartement du quartier de Hackney, Jeff a une vue sur une petite place avec des briques rouges très similaires au décor du chef d’œuvre d’Alfred Hitchcock Fenêtre sur Cour (Rear Window). Au même moment, en 2010, l’EXIT07 lui donne carte blanche pour habiller son écran géant au dessus du bar. Il saute sur l’occasion pour rendre un hommage au long métrage de Hitchcock. « J’ai d’abord envisagé de travailler à partir d’un écran bleu ou de reconstruire la façade en 3D mais cela aurait été fastidieux et trop cher. Puis, je me suis rendu compte que la camera du photographe James Stewart, le protagoniste principal, ne bougeait jamais. Immobilisé suite à une jambe cassée causée par un accident, il observe inlassablement son voisinage. Les scènes se suivent sans distorsion parallaxe, c’est-à-dire que les objets plus proches ne bougent pas plus vite que ceux en arrière-plan. On a l’impression qu’Hitchcock a fait un scanning complet de l’ensemble de son décor. Tout est filmé sous le même angle. ». Jeff s’enferme 15 jours dans son studio, bloque devant Photoshop et accouche de Rear Window Loop, une vidéo de 20 minutes qui revisite le classique du maître du suspense. Il reconstitue une vue panoramique et chronologique des maisons voisines observées par James Stewart avec l’intégralité des scènes du film, soit son propre travail de voyeurisme sur l’histoire d’un voyeur. « J’ai utilisé le logiciel After Effects pour isoler les parties de bâtiment sur lesquels se focalise la caméra de Hitchcock, pour ensuite effacer leur mouvement relatif ». Le résultat est bluffant. Il vernit Rear Window Loop lors du Jeudiscover du 21 octobre 2010 aux CarréRotondes à Hollerich et, en 2012, balance une vidéo du making-of de trois minutes sur Vimeo. Il récolte, dans la foulée 1 200 000 vues, le Vimeo Awards & Festival dans la catégorie remixe à Los Angeles, une bourse de 5 000 $ et la reconnaissance de ses pairs.

Courant 2013, Jeff reçoit le prix attribué à un jeune artiste luxembourgeois, le Edward Steichen Luxembourg Resident in New York, avec, à la clef, un séjour de quatre mois à l’ISCP au cœur de la grosse pomme. Ce prix est un hommage au photographe et conservateur américain Edward Steichen, né en 1879 au Luxembourg. Le but est de contribuer au dialogue entre les scènes artistiques d’Europe et des États-Unis, dont Edward Steichen a été, au début du XXème siècle, l’un des principaux instigateurs. Pour couronner le tout, le Mudam expose les œuvres récentes des sept lauréats depuis 2005, dont la vidéo Rear Window Loop de Jeff Desom, à partir du 14 février, pour une durée de quatre mois. Simultanément, il expose cinq petits cubes dans l’enceinte du Cercle Cité, du 28 février à fin mars, lors du Discovery Zone, Luxembourg City Film Festival, sous la houlette du curateur Alexis Juconza. Il a reconstruit, en maquette, les scènes cultes de ses films favoris, de E.T. à Twin Peaks en passant par Apocalypse Now.

Après ces deux expositions, et d’autres en parallèle à Francfort, Berlin et Taiwan, sa résidence à New York, Jeff pourra enfin se pencher sérieusement sur son premier long métrage, une fiction dont le tournage est prévu pour 2015. Pas de panique, Luxuriant ne manquera de vous tenir au courant.

Texte : Sébastien
Photos : Stephan Deneuvelaere (www.dundee-photos.com)

De lëtzebuerger Realisateur Jeff Desom ass säit 7 Méint erëm zréck am Land. No sengem Film Studium zu Bournemouth an no engem Passage zu London, kennt de 29järegen erëm zeréck a säin Elterenhaus op Réimech a säi Jugendzëmmer. Seng Aktualitéit dréint sech ëm 3 Haaptachsen: Eng Ausstellung vum 14ten Februar bis den 9te Juni am Mudam, eng Installatioun am Cercle Cité am Kader vum Discovery Zone Festival an d’Preparatioun vu sengem éischte Long-Métrage. Entretien mam Renouveau vum lëtzebuergesche Kino.

Als Kand ass de Jeff am Famillje Betrib, der Kellerei Saint Remy Desom et Cie, um sonnegen Ufer op der lénker Säit vun der Musel opgewuess. Hei iwwerdréit sech den Know How vu Papp zu Fils schonn iwwer 4 Generatiounen. Ouni säin eeleren, vum Wäibau passionéierte Brudder, hätt hie sech sécherlech och missten an der Produktioun vu Crémant a Pinot Noir engagéieren. Mä d’Geschicht ass anescht verlaf. Seng éischt Scripter schreift hie scho mat 15 Joer a realiséiert 2 Joer méi spéit säin éischte Moyen-Métrage, The Plot Spoiler, en ofgefuerene 45 Minutte Film, gedréit mat deem wat him zur Verfügung stoung: enger Mini DV Canon XM1 Kamera, senge Kollegen als Akteuren an de Logiciel Final Cut Pro. Haut laacht de Cinéast iwwert seng kleng Feeler an Ongeschécklechkeete vu sengen éischte Rushs, bleift awer trotzdem houfreg op säi Resultat. „Ech hu mech am Lycée Michel Rodange gelangweilt. All Weekend an all Vakanzen hunn ech mech op mäi Projet fokaliséiert. No 3 Joer, am Alter vun 21 Joer, hat ech mäi Projet dunn fäerdeg. Alles gouf nom Do It Yourself Prinzip realiséiert: De Montage, den Dekor, den Toun, d’Mise en Scène, d’Produktioun, etc. Et geet ëm de Stanley Kurtz, en Employé an enger Videothéik, deen déi nerveg Manie huet senge Clienten de Schluss vum Film ze verroden. Hie seet ëmmer d’Wourecht an deementspriechend „spoilt“ hien och de Schluss vu sengem eegene Film wou hien och den Haapt-Akteur ass“. D’Energie, d’Kreativitéit an d’Leidenschaft vum Jeff maachen sech bezuelt. Hien ass de Gewënner vum Lëtzebuerger Filmpräiss 2007. Et kommen duerno nach vill aner Präisser a Festivaller rondrëm déi ganz Welt, déi den Talent vun der Suite vu senger Filmographie begréissen.

De Lëtzebuerger bleift net stoen a mécht, am Süde vun England, säi Bachelor of Arts-Film & Television Production, mat enger Spezialisatioun als Realisateur, a genau wei seng Klasse Kamerode probéiert hien sech am Video Business zu London. D’Loyere sinn deier mä de Vidéast krallt sech fest. D’Bildindustrie ass an England souwisou méi vaste ewéi am Grand-Duché. Dëse Megalopol inspiréiert hien an un all Stroosseneck ass d’Energie ze spieren. Dobäi huet de Jeff vu sengem Appartement am Quartier vun Hackney eng Vue op eng kleng Platz aus rouden Zillen, ähnlech ewéi den Dekor am Meeschterwierk vum Alfred Hitchcock Fenêtre sur Cour (Rear Window). Am nämlechten Ament am Joer 2012, gëtt den EXIT07 him gréng Luucht fir säin Ecran iwwert de Bar ze hänken. Hie profitéiert vun dëser Chance fir e Long-Métrage vum Hitchcock ze wierdegen. „Als éischt hat ech fir mat engem bloen Ecran ze schaffen oder d’Fassade an 3D ze rekonstruéieren, mä dat wär ze eintönech an ze deier gewiescht. Dunn ass mir opgefall, dass dem Fotograph an och Haapt-Protagonist James Stewart seng Kamera sech ni beweegt huet. Immobiliséiert duerch e gebrachent Been no engem Accident, observéiert hien onermiddlech seng Emgéigend. D’Zeene suivéieren sech ouni Parallax Distorsioun, wat bedeit dass déi méi no Objeten am Bild sech net méi schnell bewegen ewéi déi am Hannergrond. Et huet een d’Impressioun dass den Hitchcock e komplette Scan vum Ensembel vu sengem Dekor gemaach huet. Alles ass aus deem selwechte Wénkel gefilmt.“ De Jeff huet sech 15 Deeg a säi Studio agespaart, blockt um Photoshop a bréngt Rear Window Loop eraus, e Video vun 20 Minutten ëm d’Klassik vum Meeschter vun der Spannung. Hie rekonstituéiert mat der Integralitéit vun de Filmzeenen eng panoramesch a chronologesch Vue, vun deene vum James Stewart observéierten Nopeschhaiser, dat heescht seng eege voyeurismesch Aarbecht iwwert d’Geschicht vun engem Voyeur. „Ech hunn de Logiciel After Effects benotzt, fir déi Partie vum Gebai ze isoléieren op déi sech d’Kamera vum Hitchcock fokaliséiert, fir eben herno hir relativ Beweegung ewech ze huelen“. D’Resultat ass verblüffend. Hie weisst Rear Window Loop den 21ten Oktober 2010 um Jeudiscover an der CarréRotondes zu Hollerech, an 2012 bréngt hien e Video vun 3 Minutte vum Making-Of op Vimeo. Hien erreecht 1 200 000 Vuen, den Vimeo Awards & Festival an der Remix Kategorie zu Los Angeles, eng Bourse vu 5 000 $ an d’Unerkennung vu Sengesgläichen.

Während dem Joer 2013 gewënnt de Jeff e Präis deen un e jonke lëtzebuerger Artist goung, den Edward Steichen Luxembourg Resident in New York, mat un der Spëtzt vum Ganzen, en Openthalt vu véier Méint am ISCP, am Häerze vum Big Apple. Dëse Präis ass en Hommage un den Amerikanesche Fotograph a Conservateur Edward Steichen, deen 1879 zu Lëtzebuerg gebuer ass. D’Ziel ass den Dialog tëschent den artisteschen Zeenen aus Europa an aus Amerika ze förderen, woubäi den Edward Steichen, am Ufank vum 20te Joerhonnert, een vun den Haapt-Akteure war. Fir dat Ganzt nach ze kréinen, exposéiert de Mudam ab dem 14te Februar iwwer 4 Méint laang déi rezent Wierker vun deene 7 Gewënner zënter 2005, dobäi och dem Jeff Desom säi Video Rear Window Loop. Gläichzäiteg exposéiert hien ab dem 28 Februar bis Enn Mäerz, 5 kleng Cuben am Enceinte vum Cercle Cité während dem Discovery Zone, Luxembourg City Film Festival, ënnert der Opsiicht vum Kurator Alexis Juconza. Hien huet unhand vu Maquette Kultzeene vu senge Liiblingsfilmer rekonstituéiert, vun E.T. bis Twin Peaks iwwert Apocalypse Now.

No dësen zwou Ausstellungen a parallel nach weideren zu Frankfurt, Berlin, Taiwan an a senger Residenz zu New York, kann de Jeff sech elo seriö an säin éischte Long-Métrage eraknéien, eng Fiktioun fir déi den Tournage fir 2015 virgesinn ass. Keng Panik, Luxuriant verpasst et net iech iwwert alles um lafenden ze halen.

Sébastien
Fotoen: Stephan Deneuvelaere (www.dundee-photos.com)

Comments

comments

SOURCE: http://www.luxuriant.lu

Le réalisateur luxembourgeois Jeff Desom est revenu au pays depuis sept mois. Après des études de cinéma à Bournemouth et un passage à Londres, le jeune homme de 29 ans pose ses bagages dans son ancienne chambre d’adolescent, chez ses parents, à Remich. Son actualité s’articule autour de trois axes principaux : une exposition du 14 février au 9 juin au Mudam, une installation au Cercle Cité dans le cadre du festival Discovery Zone et la préparation de son premier long métrage. Entretien avec le renouveau du cinéma grand-ducal.

Enfant, Jeff grandit au sein du domaine familial des caves Saint Remy Desom et Cie sur les coteaux ensoleillés de la rive gauche de la Moselle. Ici, le savoir-faire se transmet de père en fils depuis quatre générations. Sans son frère aîné passionné par les vignobles, il devrait certainement rempiler dans la production de crémant et de pinot noir. Mais l’histoire en décide autrement. Il écrit ses prémices de scripts à 15 ans et réalise, deux ans plus tard, son premier moyen-métrage, The Plot Spoiler, un 45 minutes loufoque goupillé avec les moyens du bord, une caméra Mini DV Canon XM1, ses copains en guise d’acteurs et le logiciel Final Cut Pro. Aujourd’hui, le cinéaste s’amuse encore des petites fautes et des maladresses de ses premiers rushs, mais reste plutôt fier du résultat. « Je m’ennuyais au lycée Michel-Rodange. Je me focalisais tous les week-ends et les vacances sur mon projet. J’ai fini trois années plus tard, à l’âge de 21 ans. Tout a été réalisé à la sauce Do It Yourself : le montage, les décors, le son, la mise en scène, la production, etc. Le pitch s’articule autour de Stanley Kurtz, employé d’une vidéothèque, qui a la fâcheuse manie de gâcher la fin des films de ses clients. Il dit tout le temps la vérité et par conséquent « spoil » également la fin de son propre film, dont il est la star principale ». L’énergie, la créativité et la passion de Jeff finissent par payer. Il est lauréat du Lëtzebuerger Filmpräis 2007. Suivront de nombreux autres prix et festivals, un peu partout dans le monde, pour saluer le talent de la suite de sa filmographie.

Le Luxembourgeois ne s’arrête pas en si bon chemin et empoche un Bachelor of Arts – Film & Television Production avec une spécialisation réalisateur dans le sud de l’Angleterre puis, comme ses camarades de classe, s’essaie au business de la vidéo à Londres. Les loyers sont chers mais le vidéaste s’accroche. De toute façon, l’industrie de l’image est plus vaste au Royaume-Uni qu’au Grand-Duché. La mégalopole l’inspire et l’énergie est palpable à chaque coin de rue. D’ailleurs, de son appartement du quartier de Hackney, Jeff a une vue sur une petite place avec des briques rouges très similaires au décor du chef d’œuvre d’Alfred Hitchcock Fenêtre sur Cour (Rear Window). Au même moment, en 2010, l’EXIT07 lui donne carte blanche pour habiller son écran géant au dessus du bar. Il saute sur l’occasion pour rendre un hommage au long métrage de Hitchcock. « J’ai d’abord envisagé de travailler à partir d’un écran bleu ou de reconstruire la façade en 3D mais cela aurait été fastidieux et trop cher. Puis, je me suis rendu compte que la camera du photographe James Stewart, le protagoniste principal, ne bougeait jamais. Immobilisé suite à une jambe cassée causée par un accident, il observe inlassablement son voisinage. Les scènes se suivent sans distorsion parallaxe, c’est-à-dire que les objets plus proches ne bougent pas plus vite que ceux en arrière-plan. On a l’impression qu’Hitchcock a fait un scanning complet de l’ensemble de son décor. Tout est filmé sous le même angle. ». Jeff s’enferme 15 jours dans son studio, bloque devant Photoshop et accouche de Rear Window Loop, une vidéo de 20 minutes qui revisite le classique du maître du suspense. Il reconstitue une vue panoramique et chronologique des maisons voisines observées par James Stewart avec l’intégralité des scènes du film, soit son propre travail de voyeurisme sur l’histoire d’un voyeur. « J’ai utilisé le logiciel After Effects pour isoler les parties de bâtiment sur lesquels se focalise la caméra de Hitchcock, pour ensuite effacer leur mouvement relatif ». Le résultat est bluffant. Il vernit Rear Window Loop lors du Jeudiscover du 21 octobre 2010 aux CarréRotondes à Hollerich et, en 2012, balance une vidéo du making-of de trois minutes sur Vimeo. Il récolte, dans la foulée 1 200 000 vues, le Vimeo Awards & Festival dans la catégorie remixe à Los Angeles, une bourse de 5 000 $ et la reconnaissance de ses pairs.

Courant 2013, Jeff reçoit le prix attribué à un jeune artiste luxembourgeois, le Edward Steichen Luxembourg Resident in New York, avec, à la clef, un séjour de quatre mois à l’ISCP au cœur de la grosse pomme. Ce prix est un hommage au photographe et conservateur américain Edward Steichen, né en 1879 au Luxembourg. Le but est de contribuer au dialogue entre les scènes artistiques d’Europe et des États-Unis, dont Edward Steichen a été, au début du XXème siècle, l’un des principaux instigateurs. Pour couronner le tout, le Mudam expose les œuvres récentes des sept lauréats depuis 2005, dont la vidéo Rear Window Loop de Jeff Desom, à partir du 14 février, pour une durée de quatre mois. Simultanément, il expose cinq petits cubes dans l’enceinte du Cercle Cité, du 28 février à fin mars, lors du Discovery Zone, Luxembourg City Film Festival, sous la houlette du curateur Alexis Juconza. Il a reconstruit, en maquette, les scènes cultes de ses films favoris, de E.T. à Twin Peaks en passant par Apocalypse Now.

Après ces deux expositions, et d’autres en parallèle à Francfort, Berlin et Taiwan, sa résidence à New York, Jeff pourra enfin se pencher sérieusement sur son premier long métrage, une fiction dont le tournage est prévu pour 2015. Pas de panique, Luxuriant ne manquera de vous tenir au courant.

Texte : Sébastien
Photos : Stephan Deneuvelaere (www.dundee-photos.com)

De lëtzebuerger Realisateur Jeff Desom ass säit 7 Méint erëm zréck am Land. No sengem Film Studium zu Bournemouth an no engem Passage zu London, kennt de 29järegen erëm zeréck a säin Elterenhaus op Réimech a säi Jugendzëmmer. Seng Aktualitéit dréint sech ëm 3 Haaptachsen: Eng Ausstellung vum 14ten Februar bis den 9te Juni am Mudam, eng Installatioun am Cercle Cité am Kader vum Discovery Zone Festival an d’Preparatioun vu sengem éischte Long-Métrage. Entretien mam Renouveau vum lëtzebuergesche Kino.

Als Kand ass de Jeff am Famillje Betrib, der Kellerei Saint Remy Desom et Cie, um sonnegen Ufer op der lénker Säit vun der Musel opgewuess. Hei iwwerdréit sech den Know How vu Papp zu Fils schonn iwwer 4 Generatiounen. Ouni säin eeleren, vum Wäibau passionéierte Brudder, hätt hie sech sécherlech och missten an der Produktioun vu Crémant a Pinot Noir engagéieren. Mä d’Geschicht ass anescht verlaf. Seng éischt Scripter schreift hie scho mat 15 Joer a realiséiert 2 Joer méi spéit säin éischte Moyen-Métrage, The Plot Spoiler, en ofgefuerene 45 Minutte Film, gedréit mat deem wat him zur Verfügung stoung: enger Mini DV Canon XM1 Kamera, senge Kollegen als Akteuren an de Logiciel Final Cut Pro. Haut laacht de Cinéast iwwert seng kleng Feeler an Ongeschécklechkeete vu sengen éischte Rushs, bleift awer trotzdem houfreg op säi Resultat. „Ech hu mech am Lycée Michel Rodange gelangweilt. All Weekend an all Vakanzen hunn ech mech op mäi Projet fokaliséiert. No 3 Joer, am Alter vun 21 Joer, hat ech mäi Projet dunn fäerdeg. Alles gouf nom Do It Yourself Prinzip realiséiert: De Montage, den Dekor, den Toun, d’Mise en Scène, d’Produktioun, etc. Et geet ëm de Stanley Kurtz, en Employé an enger Videothéik, deen déi nerveg Manie huet senge Clienten de Schluss vum Film ze verroden. Hie seet ëmmer d’Wourecht an deementspriechend „spoilt“ hien och de Schluss vu sengem eegene Film wou hien och den Haapt-Akteur ass“. D’Energie, d’Kreativitéit an d’Leidenschaft vum Jeff maachen sech bezuelt. Hien ass de Gewënner vum Lëtzebuerger Filmpräiss 2007. Et kommen duerno nach vill aner Präisser a Festivaller rondrëm déi ganz Welt, déi den Talent vun der Suite vu senger Filmographie begréissen.

De Lëtzebuerger bleift net stoen a mécht, am Süde vun England, säi Bachelor of Arts-Film & Television Production, mat enger Spezialisatioun als Realisateur, a genau wei seng Klasse Kamerode probéiert hien sech am Video Business zu London. D’Loyere sinn deier mä de Vidéast krallt sech fest. D’Bildindustrie ass an England souwisou méi vaste ewéi am Grand-Duché. Dëse Megalopol inspiréiert hien an un all Stroosseneck ass d’Energie ze spieren. Dobäi huet de Jeff vu sengem Appartement am Quartier vun Hackney eng Vue op eng kleng Platz aus rouden Zillen, ähnlech ewéi den Dekor am Meeschterwierk vum Alfred Hitchcock Fenêtre sur Cour (Rear Window). Am nämlechten Ament am Joer 2012, gëtt den EXIT07 him gréng Luucht fir säin Ecran iwwert de Bar ze hänken. Hie profitéiert vun dëser Chance fir e Long-Métrage vum Hitchcock ze wierdegen. „Als éischt hat ech fir mat engem bloen Ecran ze schaffen oder d’Fassade an 3D ze rekonstruéieren, mä dat wär ze eintönech an ze deier gewiescht. Dunn ass mir opgefall, dass dem Fotograph an och Haapt-Protagonist James Stewart seng Kamera sech ni beweegt huet. Immobiliséiert duerch e gebrachent Been no engem Accident, observéiert hien onermiddlech seng Emgéigend. D’Zeene suivéieren sech ouni Parallax Distorsioun, wat bedeit dass déi méi no Objeten am Bild sech net méi schnell bewegen ewéi déi am Hannergrond. Et huet een d’Impressioun dass den Hitchcock e komplette Scan vum Ensembel vu sengem Dekor gemaach huet. Alles ass aus deem selwechte Wénkel gefilmt.“ De Jeff huet sech 15 Deeg a säi Studio agespaart, blockt um Photoshop a bréngt Rear Window Loop eraus, e Video vun 20 Minutten ëm d’Klassik vum Meeschter vun der Spannung. Hie rekonstituéiert mat der Integralitéit vun de Filmzeenen eng panoramesch a chronologesch Vue, vun deene vum James Stewart observéierten Nopeschhaiser, dat heescht seng eege voyeurismesch Aarbecht iwwert d’Geschicht vun engem Voyeur. „Ech hunn de Logiciel After Effects benotzt, fir déi Partie vum Gebai ze isoléieren op déi sech d’Kamera vum Hitchcock fokaliséiert, fir eben herno hir relativ Beweegung ewech ze huelen“. D’Resultat ass verblüffend. Hie weisst Rear Window Loop den 21ten Oktober 2010 um Jeudiscover an der CarréRotondes zu Hollerech, an 2012 bréngt hien e Video vun 3 Minutte vum Making-Of op Vimeo. Hien erreecht 1 200 000 Vuen, den Vimeo Awards & Festival an der Remix Kategorie zu Los Angeles, eng Bourse vu 5 000 $ an d’Unerkennung vu Sengesgläichen.

Während dem Joer 2013 gewënnt de Jeff e Präis deen un e jonke lëtzebuerger Artist goung, den Edward Steichen Luxembourg Resident in New York, mat un der Spëtzt vum Ganzen, en Openthalt vu véier Méint am ISCP, am Häerze vum Big Apple. Dëse Präis ass en Hommage un den Amerikanesche Fotograph a Conservateur Edward Steichen, deen 1879 zu Lëtzebuerg gebuer ass. D’Ziel ass den Dialog tëschent den artisteschen Zeenen aus Europa an aus Amerika ze förderen, woubäi den Edward Steichen, am Ufank vum 20te Joerhonnert, een vun den Haapt-Akteure war. Fir dat Ganzt nach ze kréinen, exposéiert de Mudam ab dem 14te Februar iwwer 4 Méint laang déi rezent Wierker vun deene 7 Gewënner zënter 2005, dobäi och dem Jeff Desom säi Video Rear Window Loop. Gläichzäiteg exposéiert hien ab dem 28 Februar bis Enn Mäerz, 5 kleng Cuben am Enceinte vum Cercle Cité während dem Discovery Zone, Luxembourg City Film Festival, ënnert der Opsiicht vum Kurator Alexis Juconza. Hien huet unhand vu Maquette Kultzeene vu senge Liiblingsfilmer rekonstituéiert, vun E.T. bis Twin Peaks iwwert Apocalypse Now.

No dësen zwou Ausstellungen a parallel nach weideren zu Frankfurt, Berlin, Taiwan an a senger Residenz zu New York, kann de Jeff sech elo seriö an säin éischte Long-Métrage eraknéien, eng Fiktioun fir déi den Tournage fir 2015 virgesinn ass. Keng Panik, Luxuriant verpasst et net iech iwwert alles um lafenden ze halen.

Sébastien
Fotoen: Stephan Deneuvelaere (www.dundee-photos.com)

Comments

comments

No responses yet

Comments are closed at this time.

Trackback URI |