Jul 05 2009

Acteurs, réalisateurs : même combat!

Published by at 01:49 under Festival

source: http://lequotidien.editpress.lu/les-loisirs/4307.html

À quoi servent les conférences de presse? Normalement à annoncer des événements. Dans le cas de Diractors, festival international du film de Luxembourg, il s’agit surtout de se montrer et d’occuper le terrain, car, d’annonce, il n’y en a guère, si ce n’est – c’est déjà une nouvelle – que la troisième édition du festival se tiendra du 15 au 19 octobre à l’Utopia, à l’Utopolis et à la Cinémathèque. De notre collaboratrice France Clarinval

diractors_2009

Voilà, l’annonce est faite. L’argument est toujours le même: il s’agit de mettre à l’honneur des acteurs qui deviennent réalisateurs le temps d’un ou plusieurs films. Une niche qui a permis d’accueillir, lors des précédentes éditions, Guillaume Canet, Sophie Marceau, Sandrine Bonnaire ou Emmanuelle Béart.
Le fonctionnement sera aussi le même que par le passé : une sélection de films inédits, des cartes blanches à des acteurs-réalisateurs qui invitent des réalisateurs et/ou des acteurs avec lesquels ils ont tourné, un ciné-concert (avec le talentueux Jean-François Zygel) et des séances scolaires.

Courts métrages à l’honneur
Pour l’instant, un seul nom circule, celui de John Malkovich, qui pourrait venir avec Triple Crossing, son documentaire sur les enfants mexicains qui cherchent à tout prix à migrer aux États-Unis. Ayant poussé l’exercice jusqu’à jouer son propre rôle dans Being John Malkovich, l’acteur-réalisateur est semble-t-il «très intéressé, mais n’a pas confirmé», comme l’indique Suzel Pietri, la déléguée générale du festival. Si l’année dernière, quelque 5 000 spectateurs ont assisté aux différentes séances, un effort sera fait cette année pour donner plus de visibilité à l’événement – «pour que chacun sache qu’il s’agit d’un festival pour tous les publics, pour tout le monde» – et pour attirer plus de jeunes, à travers les séances scolaires.

Une programmation toute particulière est proposée aux enseignants du Luxembourg et de la Grande Région pour lesquels les places sont offertes gracieusement. «Il n’y a pas d’éducation à l’image au programme de l’école. Il s’agit là de former non seulement les spectateurs mais aussi les citoyens de demain», insiste Suzel Pietri. Nouveauté cette année, sur proposition de l’association Filmreakter, quatre à six courts-métrages produits au Luxembourg et d’autres européens seront projetés lors d’une même soirée, en présence de leur réalisateur. La projection sera suivie d’une rencontre avec le public et d’une fête ouverte à tous. «On a demandé aux réalisateurs luxembourgeois d’inviter un film qu’ils ont découvert en festival», explique Bernard Michaux, responsable de l’association. L’occasion de voir l’éclosion de nouveaux talents.

Pour que tout le monde trouve la voie des cinémas et soit au rendez-vous du festival, la signalétique sera renforcée dans la ville et les billets sont proposés à des tarifs défiant toute concurrence (5 euros la place ou 20 euros pour cinq films). Reste à espérer que la programmation (dévoilée le 5 octobre) soit à la hauteur et que les invités auront les faveurs du public…

Comments

comments

source: http://lequotidien.editpress.lu/les-loisirs/4307.html

À quoi servent les conférences de presse? Normalement à annoncer des événements. Dans le cas de Diractors, festival international du film de Luxembourg, il s’agit surtout de se montrer et d’occuper le terrain, car, d’annonce, il n’y en a guère, si ce n’est – c’est déjà une nouvelle – que la troisième édition du festival se tiendra du 15 au 19 octobre à l’Utopia, à l’Utopolis et à la Cinémathèque. De notre collaboratrice France Clarinval

diractors_2009

Voilà, l’annonce est faite. L’argument est toujours le même: il s’agit de mettre à l’honneur des acteurs qui deviennent réalisateurs le temps d’un ou plusieurs films. Une niche qui a permis d’accueillir, lors des précédentes éditions, Guillaume Canet, Sophie Marceau, Sandrine Bonnaire ou Emmanuelle Béart.
Le fonctionnement sera aussi le même que par le passé : une sélection de films inédits, des cartes blanches à des acteurs-réalisateurs qui invitent des réalisateurs et/ou des acteurs avec lesquels ils ont tourné, un ciné-concert (avec le talentueux Jean-François Zygel) et des séances scolaires.

Courts métrages à l’honneur
Pour l’instant, un seul nom circule, celui de John Malkovich, qui pourrait venir avec Triple Crossing, son documentaire sur les enfants mexicains qui cherchent à tout prix à migrer aux États-Unis. Ayant poussé l’exercice jusqu’à jouer son propre rôle dans Being John Malkovich, l’acteur-réalisateur est semble-t-il «très intéressé, mais n’a pas confirmé», comme l’indique Suzel Pietri, la déléguée générale du festival. Si l’année dernière, quelque 5 000 spectateurs ont assisté aux différentes séances, un effort sera fait cette année pour donner plus de visibilité à l’événement – «pour que chacun sache qu’il s’agit d’un festival pour tous les publics, pour tout le monde» – et pour attirer plus de jeunes, à travers les séances scolaires.

Une programmation toute particulière est proposée aux enseignants du Luxembourg et de la Grande Région pour lesquels les places sont offertes gracieusement. «Il n’y a pas d’éducation à l’image au programme de l’école. Il s’agit là de former non seulement les spectateurs mais aussi les citoyens de demain», insiste Suzel Pietri. Nouveauté cette année, sur proposition de l’association Filmreakter, quatre à six courts-métrages produits au Luxembourg et d’autres européens seront projetés lors d’une même soirée, en présence de leur réalisateur. La projection sera suivie d’une rencontre avec le public et d’une fête ouverte à tous. «On a demandé aux réalisateurs luxembourgeois d’inviter un film qu’ils ont découvert en festival», explique Bernard Michaux, responsable de l’association. L’occasion de voir l’éclosion de nouveaux talents.

Pour que tout le monde trouve la voie des cinémas et soit au rendez-vous du festival, la signalétique sera renforcée dans la ville et les billets sont proposés à des tarifs défiant toute concurrence (5 euros la place ou 20 euros pour cinq films). Reste à espérer que la programmation (dévoilée le 5 octobre) soit à la hauteur et que les invités auront les faveurs du public…

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply