Nov 06 2013

Forza Villerupt !

Published by at 01:28 under Festival

SOURCE: http://www.republicain-lorrain.fr

Des spectateurs au rendez-vous, les équipes de films toujours présentes et impliquées : le Festival du film italien de Villerupt est lancé sur de bons rails.

La première semaine de la 36e édition du Festival du film italien vient de se terminer sur plusieurs notes positives. A commencer par la fréquentation des salles, qui devrait être comparable, voire supplémentaire à celle de 2012 : plus de 41 000 spectateurs. Et parmi ceux-ci, une proportion toujours croissante de cinéphiles, de Lorraine et d’ailleurs.

« Mais la grande majorité des personnes qui viennent voir ce qu’on présente reste originaire d’un cercle passant par Metz, Luxembourg, Briey et Longwy. Et si on pouvait trouver plus facilement à se loger, on pourrait exploser ces chiffres. Les hôtels ou logements chez l’habitant sont pleins », explique Oreste Sacchelli, le délégué artistique de la manifestation.

Parmi ces dizaines de milliers de spectateurs, un noyau dur d’immigrés italiens ou de descendants. « Notre objectif est de dépasser cette italianité de table par une italianité de culture. On promeut ce type d’approche, sans être exclusifs. »

Voilà pourquoi des partenariats avec des « institutions » comme le magazine des Cahiers du cinéma et le Ciné-Club du Pays-Haut se consolident, par des soirées en forme de cours d’éducation à l’image. Jeudi 7 novembre, le chef-d’œuvre de Dino Risi I mostri (Les Monstres) sera décortiqué au cinéma Rio de Villerupt. « Le public, via également les rencontres avec les équipes de films, aime comprendre, décrypter. Ce qu’on ne lui propose pas ailleurs finalement. Mais tout ça ne s’oppose pas à ce que Villerupt reste un évènement populaire, tout en étant un événement culturel majeur. »

Une bonne semaine… à venir

Cette semaine, on a donc vu, non loin des tables de restauration de l’hôtel de ville, des pointures comme Riccardo Milani, venu présenter la comédie politique Benvenuto présidente (Bienvenue président). Et samedi prochain, c’est l’invité d’honneur Paolo Virzi, à la filmographie déjà bien fournie, qui sera présent. Il y aura aussi Micaela Ramazzotti, pour les Anni felici , ou l’équipe du documentaire Intégration à l’italienne , les Italorrains, présente ce lundi soir au cinéma Rio, à 18h, autour du réalisateur Rémy Batteault.
Dernier point positif, et non des moindres, la programmation : « On a eu très peu de critiques négatives. Et puis les comédies comme Viva la liberta ou Benvenuto presidente , sur un thème commun du citoyen lambda qui accède aux plus hautes responsabilités de l’Etat, attirent beaucoup de monde. Tout comme les surprises L’arbitro ou Una famiglia perfetta (Une famille parfaite). Sans parler de cet ovni Amiche da morire (Amies à la vie à la mort). » L’immigration, la pauvreté des travailleurs italiens, la mafia, l’amour, etc.
Si on ajoute à ces sujets abordés dans les films actuels les grands classiques proposés par les organisateurs, il y aura de quoi faire lors de cette deuxième semaine très attendue.

Sébastien BONETTI

Comments

comments

SOURCE: http://www.republicain-lorrain.fr

Des spectateurs au rendez-vous, les équipes de films toujours présentes et impliquées : le Festival du film italien de Villerupt est lancé sur de bons rails.

La première semaine de la 36e édition du Festival du film italien vient de se terminer sur plusieurs notes positives. A commencer par la fréquentation des salles, qui devrait être comparable, voire supplémentaire à celle de 2012 : plus de 41 000 spectateurs. Et parmi ceux-ci, une proportion toujours croissante de cinéphiles, de Lorraine et d’ailleurs.

« Mais la grande majorité des personnes qui viennent voir ce qu’on présente reste originaire d’un cercle passant par Metz, Luxembourg, Briey et Longwy. Et si on pouvait trouver plus facilement à se loger, on pourrait exploser ces chiffres. Les hôtels ou logements chez l’habitant sont pleins », explique Oreste Sacchelli, le délégué artistique de la manifestation.

Parmi ces dizaines de milliers de spectateurs, un noyau dur d’immigrés italiens ou de descendants. « Notre objectif est de dépasser cette italianité de table par une italianité de culture. On promeut ce type d’approche, sans être exclusifs. »

Voilà pourquoi des partenariats avec des « institutions » comme le magazine des Cahiers du cinéma et le Ciné-Club du Pays-Haut se consolident, par des soirées en forme de cours d’éducation à l’image. Jeudi 7 novembre, le chef-d’œuvre de Dino Risi I mostri (Les Monstres) sera décortiqué au cinéma Rio de Villerupt. « Le public, via également les rencontres avec les équipes de films, aime comprendre, décrypter. Ce qu’on ne lui propose pas ailleurs finalement. Mais tout ça ne s’oppose pas à ce que Villerupt reste un évènement populaire, tout en étant un événement culturel majeur. »

Une bonne semaine… à venir

Cette semaine, on a donc vu, non loin des tables de restauration de l’hôtel de ville, des pointures comme Riccardo Milani, venu présenter la comédie politique Benvenuto présidente (Bienvenue président). Et samedi prochain, c’est l’invité d’honneur Paolo Virzi, à la filmographie déjà bien fournie, qui sera présent. Il y aura aussi Micaela Ramazzotti, pour les Anni felici , ou l’équipe du documentaire Intégration à l’italienne , les Italorrains, présente ce lundi soir au cinéma Rio, à 18h, autour du réalisateur Rémy Batteault.
Dernier point positif, et non des moindres, la programmation : « On a eu très peu de critiques négatives. Et puis les comédies comme Viva la liberta ou Benvenuto presidente , sur un thème commun du citoyen lambda qui accède aux plus hautes responsabilités de l’Etat, attirent beaucoup de monde. Tout comme les surprises L’arbitro ou Una famiglia perfetta (Une famille parfaite). Sans parler de cet ovni Amiche da morire (Amies à la vie à la mort). » L’immigration, la pauvreté des travailleurs italiens, la mafia, l’amour, etc.
Si on ajoute à ces sujets abordés dans les films actuels les grands classiques proposés par les organisateurs, il y aura de quoi faire lors de cette deuxième semaine très attendue.

Sébastien BONETTI

Comments

comments

No responses yet

Comments are closed at this time.

Trackback URI |