Nov 09 2013

Les aventures d’un couple en fuite primées à Villerupt

Published by at 15:20 under Festival

SOURCE: http://www.republicain-lorrain.fr

Dévoilé hier soir, le palmarès du 36e Festival du film italien de Villerupt fait une large place à la comédie. Pour autant, c’est « Cosimo e Nicole » , drame sentimental de Francesco Amato, qui a reçu les faveurs du jury.

En 2001, pendant le G8 à Gênes. Cosimo et Nicole se rencontrent en marge du sommet politique. L’Italien secourt la jeune Française lorsque celle-ci est blessée par un policier. Les deux amoureux, insouciants, vont faire un bout de chemin ensemble… C’est pour ce drame sentimental, du réalisateur Francesco Amato, que le jury du 36e Festival du film italien de Villerupt a craqué. « Les aventures de ce couple en fuite ont su éviter les clichés du genre , appréciait hier soir Guy Daleiden, membre du jury et directeur du Film Fund Luxembourg. Cet amour fou contamine le spectateur, avant de le désespérer lorsqu’il s’achève. »

Pour autant, le genre comique italien n’est pas absent de ce palmarès 2013. Il récolte tout d’abord les faveurs du jury jeune, dont l’amilcar va à L’Arbitro de Paolo Zucca. Plus qu’une fantaisie dans le milieu du football, le long-métrage de Paolo Zucca a été reçu comme un concentré du cinéma italien et de ses références. La comédie s’octroie également la préférence du jury des exploitants, avec Una picolla impresa meridionale de Rocco Papaleo ; mais aussi du public, par le biais de Amiche da Morire , de Giorgia Farina. Son film est ressorti comme le grand préféré des 3 000 spectateurs ayant exprimé leur voix depuis le 25 octobre dernier. Pour Giorgia Farina, se disant « spectatrice avant d’être réalisatrice », la distinction avait d’ailleurs une saveur particulière hier soir.

Un 4e amilcar pour Virzi

De son côté, la presse a été plus sensible à un thème d’actualité, présent de manière récurrente dans les productions italiennes récentes. En effet, Ali ha gli Occhi azurri de Claudio Giovannesi traite d’immigration. L’amilcar lui a notamment été attribué pour « la situation sociale actuelle qu’il brosse sans manichéisme », a rappelé Thibaut Demeyer, critique et vice-président de l’Union luxembourgeoise de la presse cinématographique.
L’amilcar de la Ville de Villerupt revient à Paolo Virzi, réalisateur mis à l’honneur cette année et déjà lauréat de trois prix par le passé. Enfin, trois mentions ont aussi été attribuées. Celle du jury va à 31 Gradi Kelvin , de Giovanni Calvaruso, pour sa peinture d’une « Sicile inhabituelle peuplée de jeunes précaires » et loin des cartes postales. Pour leur part, les coups de cœur des exploitants sont allés à Razzabastarda d’Alesandro Gassman et Tutti contro Tutti , de Rolando Ravello.
X. J.

Comments

comments

SOURCE: http://www.republicain-lorrain.fr

Dévoilé hier soir, le palmarès du 36e Festival du film italien de Villerupt fait une large place à la comédie. Pour autant, c’est « Cosimo e Nicole » , drame sentimental de Francesco Amato, qui a reçu les faveurs du jury.

En 2001, pendant le G8 à Gênes. Cosimo et Nicole se rencontrent en marge du sommet politique. L’Italien secourt la jeune Française lorsque celle-ci est blessée par un policier. Les deux amoureux, insouciants, vont faire un bout de chemin ensemble… C’est pour ce drame sentimental, du réalisateur Francesco Amato, que le jury du 36e Festival du film italien de Villerupt a craqué. « Les aventures de ce couple en fuite ont su éviter les clichés du genre , appréciait hier soir Guy Daleiden, membre du jury et directeur du Film Fund Luxembourg. Cet amour fou contamine le spectateur, avant de le désespérer lorsqu’il s’achève. »

Pour autant, le genre comique italien n’est pas absent de ce palmarès 2013. Il récolte tout d’abord les faveurs du jury jeune, dont l’amilcar va à L’Arbitro de Paolo Zucca. Plus qu’une fantaisie dans le milieu du football, le long-métrage de Paolo Zucca a été reçu comme un concentré du cinéma italien et de ses références. La comédie s’octroie également la préférence du jury des exploitants, avec Una picolla impresa meridionale de Rocco Papaleo ; mais aussi du public, par le biais de Amiche da Morire , de Giorgia Farina. Son film est ressorti comme le grand préféré des 3 000 spectateurs ayant exprimé leur voix depuis le 25 octobre dernier. Pour Giorgia Farina, se disant « spectatrice avant d’être réalisatrice », la distinction avait d’ailleurs une saveur particulière hier soir.

Un 4e amilcar pour Virzi

De son côté, la presse a été plus sensible à un thème d’actualité, présent de manière récurrente dans les productions italiennes récentes. En effet, Ali ha gli Occhi azurri de Claudio Giovannesi traite d’immigration. L’amilcar lui a notamment été attribué pour « la situation sociale actuelle qu’il brosse sans manichéisme », a rappelé Thibaut Demeyer, critique et vice-président de l’Union luxembourgeoise de la presse cinématographique.
L’amilcar de la Ville de Villerupt revient à Paolo Virzi, réalisateur mis à l’honneur cette année et déjà lauréat de trois prix par le passé. Enfin, trois mentions ont aussi été attribuées. Celle du jury va à 31 Gradi Kelvin , de Giovanni Calvaruso, pour sa peinture d’une « Sicile inhabituelle peuplée de jeunes précaires » et loin des cartes postales. Pour leur part, les coups de cœur des exploitants sont allés à Razzabastarda d’Alesandro Gassman et Tutti contro Tutti , de Rolando Ravello.
X. J.

Comments

comments

No responses yet

Comments are closed at this time.

Trackback URI |