May 16 2014

Luxembourg, côté festival

Published by at 07:13 under Festival,Filmfund Luxembourg

SOURCE: http://www.paperjam.lu

Le Festival de cinéma de Cannes a débuté ce mercredi. Le Luxembourg y est présent, notamment à travers le Film Fonds.


Outre la sélection de Amour fou, plusieurs courts luxembourgeois seront présents à Cannes, dont un documentaire sur Elsy Jacobs.

Il y a le festival côté tapis rouge, paparazzi et marques de cosmétiques. Et puis il y a le «vrai» Cannes, là où ça se joue: le marché du film qui accueille 12.000 professionnels, 400 exposants venus de plus de 100 pays pour y présenter pitch, scénarios, projets et films pour y trouver acheteur et (co)producteurs.
C’est dans ce cadre que se tient le «village international» où le Luxembourg bat pavillon depuis 12 ans. Créé en 2000, le village international offre aux institutions nationales un espace pour la promotion de leur cinématographie et la mise en valeur de leur capacité d’accueil de tournages (sites et services). Le Film Fonds y a donc parfaitement sa place pour représenter les films et les producteurs luxembourgeois. Ce pavillon sert de quartier général et de lieu de travail aux cinéastes, producteurs et à la presse luxembourgeoise.

Tonnar et Schuller subventionnés

Le Fonds a d’ailleurs accordé une bourse à des réalisateurs et scénaristes afin de leur permettre de participer au marché du film. Il s’agit cette année de Yann Tonnar et Jean-Louis Schuller. C’est là aussi que samedi prochain, le 17 mai, se tiendra la journée luxembourgeoise en présence de Maggy Nagel, ministre de la Culture. Pendant son séjour, la ministre sera l’invitée d’un déjeuner offert par Androulla Vassiliou, commissaire européenne de l’éducation et de la culture.

Mais, c’est aussi du côté des sélections que les yeux seront tournés. Et le Luxembourg sera bel et bien présent puisque «Amour fou», le film de Jessica Hausner coproduit par Amour Fou Luxembourg fera partie de la section «Un certain regard» et y sera diffusé en première mondiale. Le film raconte les derniers mois de la vie d’Adolfine Vogel, qui fut l’égérie du poète allemand Heinrich von Kleist. Ensemble ils se donneront la mort le 21 novembre 1811 au bord du lac de Wannsee à Berlin. Le film traite de l’ambivalence et de l’absurdité inhérentes au geste des deux personnages. Il a été réalisé en coproduction avec l’Autriche et l’Allemagne.

Party Girl retoqué

Luxembourg aurait d’ailleurs pu marquer un plus gros coup puisque «Party Girl», le film d’ouverture de la section «Un certain regard» aurait pu (dû?) être coproduit au Luxembourg et avait été retoqué par le comité de lecture du Film Fonds, pas toujours infaillible.

Au Short Film Corner (lien de rencontre entre professionnels du court-métrage), plusieurs réalisateurs et producteurs luxembourgeois (Laurent Witz, Michel Tereba ou encore Olivier Koos) ont décidé de présenter leurs films afin de concrétiser des rencontres avec des responsables de festivals, des vendeurs et des distributeurs internationaux et d’engager des actions déterminantes pour leur carrière future.
On y verra par exemple le documentaire produit par Pyrrhus Movie productions «Elsy Jacobs – Grande-Duchesse du Cyclisme» qui raconte la vie de la grande championne du monde cycliste d’origine luxembourgeoise.

Comments

comments

SOURCE: http://www.paperjam.lu

Le Festival de cinéma de Cannes a débuté ce mercredi. Le Luxembourg y est présent, notamment à travers le Film Fonds.


Outre la sélection de Amour fou, plusieurs courts luxembourgeois seront présents à Cannes, dont un documentaire sur Elsy Jacobs.

Il y a le festival côté tapis rouge, paparazzi et marques de cosmétiques. Et puis il y a le «vrai» Cannes, là où ça se joue: le marché du film qui accueille 12.000 professionnels, 400 exposants venus de plus de 100 pays pour y présenter pitch, scénarios, projets et films pour y trouver acheteur et (co)producteurs.
C’est dans ce cadre que se tient le «village international» où le Luxembourg bat pavillon depuis 12 ans. Créé en 2000, le village international offre aux institutions nationales un espace pour la promotion de leur cinématographie et la mise en valeur de leur capacité d’accueil de tournages (sites et services). Le Film Fonds y a donc parfaitement sa place pour représenter les films et les producteurs luxembourgeois. Ce pavillon sert de quartier général et de lieu de travail aux cinéastes, producteurs et à la presse luxembourgeoise.

Tonnar et Schuller subventionnés

Le Fonds a d’ailleurs accordé une bourse à des réalisateurs et scénaristes afin de leur permettre de participer au marché du film. Il s’agit cette année de Yann Tonnar et Jean-Louis Schuller. C’est là aussi que samedi prochain, le 17 mai, se tiendra la journée luxembourgeoise en présence de Maggy Nagel, ministre de la Culture. Pendant son séjour, la ministre sera l’invitée d’un déjeuner offert par Androulla Vassiliou, commissaire européenne de l’éducation et de la culture.

Mais, c’est aussi du côté des sélections que les yeux seront tournés. Et le Luxembourg sera bel et bien présent puisque «Amour fou», le film de Jessica Hausner coproduit par Amour Fou Luxembourg fera partie de la section «Un certain regard» et y sera diffusé en première mondiale. Le film raconte les derniers mois de la vie d’Adolfine Vogel, qui fut l’égérie du poète allemand Heinrich von Kleist. Ensemble ils se donneront la mort le 21 novembre 1811 au bord du lac de Wannsee à Berlin. Le film traite de l’ambivalence et de l’absurdité inhérentes au geste des deux personnages. Il a été réalisé en coproduction avec l’Autriche et l’Allemagne.

Party Girl retoqué

Luxembourg aurait d’ailleurs pu marquer un plus gros coup puisque «Party Girl», le film d’ouverture de la section «Un certain regard» aurait pu (dû?) être coproduit au Luxembourg et avait été retoqué par le comité de lecture du Film Fonds, pas toujours infaillible.

Au Short Film Corner (lien de rencontre entre professionnels du court-métrage), plusieurs réalisateurs et producteurs luxembourgeois (Laurent Witz, Michel Tereba ou encore Olivier Koos) ont décidé de présenter leurs films afin de concrétiser des rencontres avec des responsables de festivals, des vendeurs et des distributeurs internationaux et d’engager des actions déterminantes pour leur carrière future.
On y verra par exemple le documentaire produit par Pyrrhus Movie productions «Elsy Jacobs – Grande-Duchesse du Cyclisme» qui raconte la vie de la grande championne du monde cycliste d’origine luxembourgeoise.

Comments

comments

No responses yet

Comments are closed at this time.

Trackback URI |