May 21 2013

Un film “Tip Top” à la Quinzaine des réalisateurs

Published by at 14:30 under Festival,Iris Production

SOURCE: http://www.wort.lu

Le long métrage de Serge Bozon a été produit par Iris Group et tourné en grande partie au Luxembourg

La coproduction luxembourgeoise “Tip Top” a été présentée ce dimanche 19 mai à la Quinzaine des réalisateurs, programmation qui se déroule parallèlement au festival de Cannes. Le ministre des Communications Luc Frieden, arrivé la veille sur la Croisette, était présent à la projection aux côtés du producteur Nicolas Steil et du directeur du Filmfund Guy Daleiden. Le film a été tourné en grande partie au Luxembourg au printemps 2012, avec Isabelle Huppert, Sandrine Kiberlain et François Damiens dans les rôles titres.

“Tip Top” est une comédie percutante en forme d’enquête policière. Le commandant Esther Lafarge (Isabelle Huppert) et son assistante Sally Marinelli (Sandrine Kiberlain) font partie de l’inspection générale de la police. Elles sont envoyées dans un commissariat de la banlieue de Lille pour enquêter sur la mort d’un indicateur d’origine algérienne. Dysfonctionnement? Négligence? Corruption? Le policier Robert Mendès (François Damiens) est dans leur collimateur. Et il n’est pas le seul.

Une méthode frontale

L’enquête s’annonce corsée et le spectateur ne sera pas déçu. L’humour n’est jamais là où on l’attend. Serge Bozon nous entraîne dans un univers très personnel. Les traits des personnages sont poussés jusqu’à la caricature: une Isabelle Huppert revêche et sado-masochiste, une Sandrine Kiberlain nunuche et voyeuriste, des flics pourris, des indics louches. Cela pourrait agacer. Sauf que la caméra de Serge Bozon parvient à jouer avec tout cela pour constamment surprendre le spectateur, le déstabiliser, le bousculer voire le heurter. Sa méthode n’est au fond pas très éloignée de celle du commandant Lafarge. Des accélérations, des longs plans séquences, des échanges de regards saisis sur le vif, des passages quasi-documentaires. On met tout cela dans un shaker et cela donne “Tip Top”.

Nous sommes ici loin du polar conventionnel. Pour le spectateur, ça passe ou ça casse. D’un point de vue cinématographique, c’est “tip top”!

Marie-Laure Rolland (à Cannes)

Comments

comments

SOURCE: http://www.wort.lu

Le long métrage de Serge Bozon a été produit par Iris Group et tourné en grande partie au Luxembourg

La coproduction luxembourgeoise “Tip Top” a été présentée ce dimanche 19 mai à la Quinzaine des réalisateurs, programmation qui se déroule parallèlement au festival de Cannes. Le ministre des Communications Luc Frieden, arrivé la veille sur la Croisette, était présent à la projection aux côtés du producteur Nicolas Steil et du directeur du Filmfund Guy Daleiden. Le film a été tourné en grande partie au Luxembourg au printemps 2012, avec Isabelle Huppert, Sandrine Kiberlain et François Damiens dans les rôles titres.

“Tip Top” est une comédie percutante en forme d’enquête policière. Le commandant Esther Lafarge (Isabelle Huppert) et son assistante Sally Marinelli (Sandrine Kiberlain) font partie de l’inspection générale de la police. Elles sont envoyées dans un commissariat de la banlieue de Lille pour enquêter sur la mort d’un indicateur d’origine algérienne. Dysfonctionnement? Négligence? Corruption? Le policier Robert Mendès (François Damiens) est dans leur collimateur. Et il n’est pas le seul.

Une méthode frontale

L’enquête s’annonce corsée et le spectateur ne sera pas déçu. L’humour n’est jamais là où on l’attend. Serge Bozon nous entraîne dans un univers très personnel. Les traits des personnages sont poussés jusqu’à la caricature: une Isabelle Huppert revêche et sado-masochiste, une Sandrine Kiberlain nunuche et voyeuriste, des flics pourris, des indics louches. Cela pourrait agacer. Sauf que la caméra de Serge Bozon parvient à jouer avec tout cela pour constamment surprendre le spectateur, le déstabiliser, le bousculer voire le heurter. Sa méthode n’est au fond pas très éloignée de celle du commandant Lafarge. Des accélérations, des longs plans séquences, des échanges de regards saisis sur le vif, des passages quasi-documentaires. On met tout cela dans un shaker et cela donne “Tip Top”.

Nous sommes ici loin du polar conventionnel. Pour le spectateur, ça passe ou ça casse. D’un point de vue cinématographique, c’est “tip top”!

Marie-Laure Rolland (à Cannes)

Comments

comments

No responses yet

Comments are closed at this time.

Trackback URI |