Jul 18 2014

Le secteur audiovisuel luxembourgeois se dote d’un cadre plus performant

Published by at 09:28 under Filmfund Luxembourg

SOURCE: http://www.wort.lu

(mlr) – La chambre des députés a adopté mercredi à une large unanimité (57 pour, 3 contre) la loi réformant le Fonds de soutien à la production audiovisuelle. Un vote porté par les lauriers reçus cette année par l’industrie du film, avec notamment deux productions sélectionnées aux Oscars et le sacre suprême pour le court métrage d’animation «Mr Hublot», réalisé par Laurent Witz et Alexandre Espigarès. «Ces récompenses ne sont pas le fruit du hasard. Elles résultent d’un engagement de l’Etat pour soutenir le secteur audiovisuel depuis plus de 20 ans», a souligné à la tribune la ministre de la Culture, Maggy Nagel. Aujourd’hui, une vingtaine de longs métrages sont produits chaque année dans le pays et quelque 700 personnes travaillent pour le secteur.

Davantage de transparence

La réforme, annoncée pour 2012, aura finalement mis plus de deux ans à être bouclée. Elle entérine une modification substantielle du soutien de l’Etat puisque les aides indirectes (distribuées sous forme de certificats d’investissement émis par les banques) disparaissent et sont remplacées par des aides directes. En 2014, l’enveloppe budgétaire allouée par l’Etat s’établissait à 40 millions d’euros. A partir de 2015, le montant doit revenir à une moyenne de 33,3 millions d’euros par an.

Parallèlement, la nouvelle loi introduit davantage de transparence dans le processus décisionnel avec la mise sur pied d’un nouveau «comité consultatif d’évaluation». Celui-ci remplace les deux précédents organes décisionnels qu’étaient le comité de lecture et le comité d’analyse économique et technique.

Le comité consultatif d’évaluation est composé de cinq experts choisis en raison de leurs compétences et expériences dans le domaine cinématographique et audiovisuel, et coiffé par un conseil d’administration composé de trois membres.

Le comité consultatif d’évaluation déterminera le montant des aides suivant différents critères: la qualité artistique et culturelle; l’impact sur le développement du secteur de la production audiovisuelle; l’intérêt pour le patrimoine socioculturel et historique national et la mémoire collective; les perspectives de distribution, circulation, commercialisation et exploitation, tant sur le plan national qu’international; la promotion du Luxembourg.

Le Filmfund présentera lundi prochain son bilan annuel pour 2013.

Comments

comments

SOURCE: http://www.wort.lu

(mlr) – La chambre des députés a adopté mercredi à une large unanimité (57 pour, 3 contre) la loi réformant le Fonds de soutien à la production audiovisuelle. Un vote porté par les lauriers reçus cette année par l’industrie du film, avec notamment deux productions sélectionnées aux Oscars et le sacre suprême pour le court métrage d’animation «Mr Hublot», réalisé par Laurent Witz et Alexandre Espigarès. «Ces récompenses ne sont pas le fruit du hasard. Elles résultent d’un engagement de l’Etat pour soutenir le secteur audiovisuel depuis plus de 20 ans», a souligné à la tribune la ministre de la Culture, Maggy Nagel. Aujourd’hui, une vingtaine de longs métrages sont produits chaque année dans le pays et quelque 700 personnes travaillent pour le secteur.

Davantage de transparence

La réforme, annoncée pour 2012, aura finalement mis plus de deux ans à être bouclée. Elle entérine une modification substantielle du soutien de l’Etat puisque les aides indirectes (distribuées sous forme de certificats d’investissement émis par les banques) disparaissent et sont remplacées par des aides directes. En 2014, l’enveloppe budgétaire allouée par l’Etat s’établissait à 40 millions d’euros. A partir de 2015, le montant doit revenir à une moyenne de 33,3 millions d’euros par an.

Parallèlement, la nouvelle loi introduit davantage de transparence dans le processus décisionnel avec la mise sur pied d’un nouveau «comité consultatif d’évaluation». Celui-ci remplace les deux précédents organes décisionnels qu’étaient le comité de lecture et le comité d’analyse économique et technique.

Le comité consultatif d’évaluation est composé de cinq experts choisis en raison de leurs compétences et expériences dans le domaine cinématographique et audiovisuel, et coiffé par un conseil d’administration composé de trois membres.

Le comité consultatif d’évaluation déterminera le montant des aides suivant différents critères: la qualité artistique et culturelle; l’impact sur le développement du secteur de la production audiovisuelle; l’intérêt pour le patrimoine socioculturel et historique national et la mémoire collective; les perspectives de distribution, circulation, commercialisation et exploitation, tant sur le plan national qu’international; la promotion du Luxembourg.

Le Filmfund présentera lundi prochain son bilan annuel pour 2013.

Comments

comments

No responses yet

Comments are closed at this time.

Trackback URI |