Apr 19 2012

«D’Symmetrie vum Päiperlek»

Published by at 01:11 under Français,Iris Production

SOURCE: http://www.lessentiel.lu

Un film entre jeu d’échecs et papillons
Le film luxembourgeois «D’Symmetrie vum Päiperlek» a été réalisé par Maisy Hausemer et Paul Scheuer.

L’essentiel: Expliquez-nous le titre «La Symétrie du papillon».

Maisy Hausemer (réalisatrice): Il n’y a pas d’explication concrète à donner, c’est un titre suggestif et poétique. Le papillon est léger et symétrique à la fois, deux éléments importants dans l’histoire.

Les scènes qui représentent la réalité sont en gris, pourquoi?

La réalité est plus triste et limitée que les rêves, on ne peut pas toujours l’influencer. Dans le rêve, on peut s’évader de la réalité. Le personnage principal, l’écrivain Roger, est vieux, mais jeune dans sa tête. Il partage son expérience de vie avec la jeune infirmière qui est jeune et a peu d’expérience et la transforme en championne d’échecs.

En plus du luxembourgeois, il y a beaucoup de langues dans le film.

C’est caractéristique du Luxembourg. Différentes langues, cultures et jargons spécifiques. Beaucoup de gens ne comprennent pas la langue de leur médecin par exemple, ne comprennent pas le jargon informatique, celui des échecs. Dans le film, il y a en plus une langue fictive, le syldave.

Comment dirait-on «La Symétrie du papillon» en syldave?

Il faudrait demander à Robert Koch (auteur), mais je dirais «Symmetrisk av Pimpamplik».

Recueilli par Chloé Murat

Comments

comments

SOURCE: http://www.lessentiel.lu

Un film entre jeu d’échecs et papillons
Le film luxembourgeois «D’Symmetrie vum Päiperlek» a été réalisé par Maisy Hausemer et Paul Scheuer.

L’essentiel: Expliquez-nous le titre «La Symétrie du papillon».

Maisy Hausemer (réalisatrice): Il n’y a pas d’explication concrète à donner, c’est un titre suggestif et poétique. Le papillon est léger et symétrique à la fois, deux éléments importants dans l’histoire.

Les scènes qui représentent la réalité sont en gris, pourquoi?

La réalité est plus triste et limitée que les rêves, on ne peut pas toujours l’influencer. Dans le rêve, on peut s’évader de la réalité. Le personnage principal, l’écrivain Roger, est vieux, mais jeune dans sa tête. Il partage son expérience de vie avec la jeune infirmière qui est jeune et a peu d’expérience et la transforme en championne d’échecs.

En plus du luxembourgeois, il y a beaucoup de langues dans le film.

C’est caractéristique du Luxembourg. Différentes langues, cultures et jargons spécifiques. Beaucoup de gens ne comprennent pas la langue de leur médecin par exemple, ne comprennent pas le jargon informatique, celui des échecs. Dans le film, il y a en plus une langue fictive, le syldave.

Comment dirait-on «La Symétrie du papillon» en syldave?

Il faudrait demander à Robert Koch (auteur), mais je dirais «Symmetrisk av Pimpamplik».

Recueilli par Chloé Murat

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply