Mar 18 2012

Enfin, un premier long métrage made in Luxembourg

Published by at 01:18 under Independent Spirit Productions

SOURCE: http://www.madeinluxe.lu
Le 1er long métrage d’1h25min « Les Fameux Gars » du réalisateur luxembourgeois Adolf El Assal, écrit par Vincent Habay, sortira le 23 mars prochain.

Le premier long métrage d’une heure vingt-cinq minutes « Les Fameux Gars » du réalisateur luxembourgeois Adolf El Assal, produit par Adolf El Assal et Karim Kleiber, écrit par Vincent Habay sortira le 23 mars prochain à l’Utopolis et au Cinéma Belval.



Le film a été produit par Independent Spirit Productions, avec la participation du FilmFund Luxembourg. On y retrouve des personnalités aux couleurs locales telles que Orelsan, Andy Bausch, Léa Linster, Fausti, Erny Dee, Gast Waltzing, Godié, Nytt, Last’Ar, Taipan, Caty Baccega, Jean-François Wolff, Cico, Nilton Martin, Dieudonné Kabongo, Gilles Soeder, Emmanuel Leforgeur, Isabelle Dickes, Marylène Bergmann, Jean-Luc Bertrand et d’autres encore.



D’entrée de jeu, nous nous retrouvons dans un lycée de Luxembourg qui se compose de deux classes opposées, l’une d’élite composée de génies précoces et l’autre peuplée d’élèves en rattrapage dont la cause est tout bonnement désespérée. C’est dans cette dernière que nous découvrons nos héros qui sont nettement plus âgés que les autres étudiants. Cette différence d’âge majeure leur confère le statut incontesté de clowns légendaires, ou de brutes, de cancres, de poètes du fond de la classe. Seule leur professeur, Mademoiselle Meyer, semble croire en leur possibilité et leur avenir.
A l’occasion d’un de ses cours, les jeunes apprennent que la classe d’élite a gagné un concours d’orthographe qui permet à toute l’école de partir au Portugal dans la ville d’Alcabideche. Steven, qui a la double nationalité luxembourgeoise et portugaise, explose de joie. Guy-Désiré, par contre ne peut pas partir car ses résultats sont insuffisants mais il manigance à l’encontre du groupe partant. Arrivé sur place, la folie des grandeurs gagne Steven qui décide de mener ses propres vacances. Comme dans toute comédie, rien ne se passera comme prévu.


photos © les fameux gars
Adolf El Assal aussi connu sous le nom d’Ady est un jeune réalisateur luxembourgeois d’origine égyptienne qui a plusieurs films à son actif dont La « Fameuse
Route » (2010), « Mano De Dios » (2010) et « Divizionz » (co-réalisé avec Donald Mugisha et James Tayler, sélection officielle Berlin 2008). Il nous explique
comment cette idée de long métrage a vu le jour : « Il y a deux ans, en écoutant la fameuse histoire qui est arrivée à mon ami Diego, je me suis dit qu’il faut
absolument que je l’adapte en scénario. Un an plus tard, mon court métrage « La Fameuse Route » est né avec l’aide de Tarantula et du Filmfund Luxembourg.

Quand on a eu l’avant-première du film en octobre 2010 qui affichait complet à deux reprises le même soir, on s’est tous dit qu’il fallait qu’on continue l’aventure !
On a donc écrit « Les Fameux Gars », une histoire qui se déroule entre le Luxembourg et le Portugal. On voulait écrire un film qui puisse toucher tout public, toute nationalité confondue en gardant une certaine originalité.

Le ton du film sera assez comique avec un mélange entre comédie d’adolescents américains et l’humour original des frères Coen et avec une touche de films
Blaxploitation des années 70. »

Made in Luxe a rencontré Cathy Baccega ou Mademoiselle Meyer au Théâtre Ouvert de Luxembourg (TOL). Dans ce film, l’actrice incarne le rôle d’une charmante jeune femme d’une petite trentaine d’année. Elle est enseignante et s’est dédiée aux classes spécialisées pour les cas difficiles. Elle est idéaliste et refuse de laisser tomber ses élèves dans les échecs que leur réserve le destin. Elle engage un bras de fer contre la fatalité qui l’épuise considérablement. Fragile comme tous les idéalistes que la réalité déçoit, elle est nerveuse et toujours au bord des larmes.


photos © les fameux gars

Made in Luxe : Parlez-nous de vous et de votre aventure avec ce film ?
Cathy Baccega : J’ai commencé le théâtre à l’âge de 16 ans en suivant des cours au conservatoire de Luxembourg-Ville et en faisant ma première expérience
au théâtre du Centaure qui m’a engagée dans les Fourberies de Scapin ; j’ai eu également la chance de monter sur les planches au TOL dans un cabaret et au théâtre des Capucins dans le Mariage de Figaro, avant d’entamer quelques années de cours et de petits boulots à Paris. Le cinéma m’a d’ailleurs ouvert ses portes dans la capitale française avec quelques séries et lorsque je suis revenue vivre dans la grande région, j’ai commencé à tourner dans les productions luxembourgeoises.

J’ai rencontré Adolf sur un casting pour un autre film où j’accompagnais un ami… Quelques mois plus tard nous nous sommes revus pour le projet des « Fameux Gars » et son enthousiasme m’a convaincue de tenter l’aventure. Et je ne le regrette pas.

Comment s’est passé le tournage à Luxembourg ?

Etant donné que la production avait peu de temps pour réaliser ce film, le tournage a été très rapide et les scènes étaient souvent bouclées en une prise. L’exercice, au départ, faisait un peu peur mais il m’a vite permis une grande part d’improvisation et de lâcher prise. Mon rôle, une jeune femme professeur de français investie dans sa fonction, était un rôle réel et sincère, et l’échange avec les élèves (que je ne connaissais pas avant le tournage) m’a facilité le travail.

Quels sont vos projets en 2012 ?

Actuellement on prépare un spectacle au TOL « Europeana ». La première a eu lieu jeudi 1er mars et il se jouera tout au long du mois de mars, ensuite il y a
aura une reprise d’ « Histoires d’Hommes » de Durringer en avril prochain et « L’homme qui ne retrouvait plus son pays » au TNL en juin et juillet.

Comments

comments

SOURCE: http://www.madeinluxe.lu
Le 1er long métrage d’1h25min « Les Fameux Gars » du réalisateur luxembourgeois Adolf El Assal, écrit par Vincent Habay, sortira le 23 mars prochain.

Le premier long métrage d’une heure vingt-cinq minutes « Les Fameux Gars » du réalisateur luxembourgeois Adolf El Assal, produit par Adolf El Assal et Karim Kleiber, écrit par Vincent Habay sortira le 23 mars prochain à l’Utopolis et au Cinéma Belval.



Le film a été produit par Independent Spirit Productions, avec la participation du FilmFund Luxembourg. On y retrouve des personnalités aux couleurs locales telles que Orelsan, Andy Bausch, Léa Linster, Fausti, Erny Dee, Gast Waltzing, Godié, Nytt, Last’Ar, Taipan, Caty Baccega, Jean-François Wolff, Cico, Nilton Martin, Dieudonné Kabongo, Gilles Soeder, Emmanuel Leforgeur, Isabelle Dickes, Marylène Bergmann, Jean-Luc Bertrand et d’autres encore.



D’entrée de jeu, nous nous retrouvons dans un lycée de Luxembourg qui se compose de deux classes opposées, l’une d’élite composée de génies précoces et l’autre peuplée d’élèves en rattrapage dont la cause est tout bonnement désespérée. C’est dans cette dernière que nous découvrons nos héros qui sont nettement plus âgés que les autres étudiants. Cette différence d’âge majeure leur confère le statut incontesté de clowns légendaires, ou de brutes, de cancres, de poètes du fond de la classe. Seule leur professeur, Mademoiselle Meyer, semble croire en leur possibilité et leur avenir.
A l’occasion d’un de ses cours, les jeunes apprennent que la classe d’élite a gagné un concours d’orthographe qui permet à toute l’école de partir au Portugal dans la ville d’Alcabideche. Steven, qui a la double nationalité luxembourgeoise et portugaise, explose de joie. Guy-Désiré, par contre ne peut pas partir car ses résultats sont insuffisants mais il manigance à l’encontre du groupe partant. Arrivé sur place, la folie des grandeurs gagne Steven qui décide de mener ses propres vacances. Comme dans toute comédie, rien ne se passera comme prévu.


photos © les fameux gars
Adolf El Assal aussi connu sous le nom d’Ady est un jeune réalisateur luxembourgeois d’origine égyptienne qui a plusieurs films à son actif dont La « Fameuse
Route » (2010), « Mano De Dios » (2010) et « Divizionz » (co-réalisé avec Donald Mugisha et James Tayler, sélection officielle Berlin 2008). Il nous explique
comment cette idée de long métrage a vu le jour : « Il y a deux ans, en écoutant la fameuse histoire qui est arrivée à mon ami Diego, je me suis dit qu’il faut
absolument que je l’adapte en scénario. Un an plus tard, mon court métrage « La Fameuse Route » est né avec l’aide de Tarantula et du Filmfund Luxembourg.

Quand on a eu l’avant-première du film en octobre 2010 qui affichait complet à deux reprises le même soir, on s’est tous dit qu’il fallait qu’on continue l’aventure !
On a donc écrit « Les Fameux Gars », une histoire qui se déroule entre le Luxembourg et le Portugal. On voulait écrire un film qui puisse toucher tout public, toute nationalité confondue en gardant une certaine originalité.

Le ton du film sera assez comique avec un mélange entre comédie d’adolescents américains et l’humour original des frères Coen et avec une touche de films
Blaxploitation des années 70. »

Made in Luxe a rencontré Cathy Baccega ou Mademoiselle Meyer au Théâtre Ouvert de Luxembourg (TOL). Dans ce film, l’actrice incarne le rôle d’une charmante jeune femme d’une petite trentaine d’année. Elle est enseignante et s’est dédiée aux classes spécialisées pour les cas difficiles. Elle est idéaliste et refuse de laisser tomber ses élèves dans les échecs que leur réserve le destin. Elle engage un bras de fer contre la fatalité qui l’épuise considérablement. Fragile comme tous les idéalistes que la réalité déçoit, elle est nerveuse et toujours au bord des larmes.


photos © les fameux gars

Made in Luxe : Parlez-nous de vous et de votre aventure avec ce film ?
Cathy Baccega : J’ai commencé le théâtre à l’âge de 16 ans en suivant des cours au conservatoire de Luxembourg-Ville et en faisant ma première expérience
au théâtre du Centaure qui m’a engagée dans les Fourberies de Scapin ; j’ai eu également la chance de monter sur les planches au TOL dans un cabaret et au théâtre des Capucins dans le Mariage de Figaro, avant d’entamer quelques années de cours et de petits boulots à Paris. Le cinéma m’a d’ailleurs ouvert ses portes dans la capitale française avec quelques séries et lorsque je suis revenue vivre dans la grande région, j’ai commencé à tourner dans les productions luxembourgeoises.

J’ai rencontré Adolf sur un casting pour un autre film où j’accompagnais un ami… Quelques mois plus tard nous nous sommes revus pour le projet des « Fameux Gars » et son enthousiasme m’a convaincue de tenter l’aventure. Et je ne le regrette pas.

Comment s’est passé le tournage à Luxembourg ?

Etant donné que la production avait peu de temps pour réaliser ce film, le tournage a été très rapide et les scènes étaient souvent bouclées en une prise. L’exercice, au départ, faisait un peu peur mais il m’a vite permis une grande part d’improvisation et de lâcher prise. Mon rôle, une jeune femme professeur de français investie dans sa fonction, était un rôle réel et sincère, et l’échange avec les élèves (que je ne connaissais pas avant le tournage) m’a facilité le travail.

Quels sont vos projets en 2012 ?

Actuellement on prépare un spectacle au TOL « Europeana ». La première a eu lieu jeudi 1er mars et il se jouera tout au long du mois de mars, ensuite il y a
aura une reprise d’ « Histoires d’Hommes » de Durringer en avril prochain et « L’homme qui ne retrouvait plus son pays » au TNL en juin et juillet.

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply