Oct 10 2013

37 films soutenus en 2012

Published by at 03:35 under Filmfund Luxembourg,Industry

SOURCE: http://www.paperjam.lu

Le Fonds de soutien à la production audiovisuelle a présenté son rapport d’activité 2012. Les aides financières sélectives ont représenté 17,73 millions d’euros. Une large augmentation qui s’explique par un changement du mode de financement du cinéma.

C’est assez tardivement que le Film Fonds a présenté son bilan 2012, pour cause de changement de ministre en cours d’année et de campagne électorale actuelle. Les deux ministres concernés, Luc Frieden à la Communication et Octavie Modert à la Culture, se sont d’ailleurs fait excuser, l’audiovisuel ne devant pas représenter un enjeu électoral, tout le monde semblant d’accord sur le soutien que l’État apporte au cinéma grand-ducal.

Ce soutien a représenté en 2012 précisément 17.732.005 euros dont l’essentiel (un peu plus de 17 millions) pour l’aide à la production. Ce sont 37 projets qui ont été soutenus, sur 98 qui en ont fait la demande, dont 15 pour l’aide à l’écriture et au développement et 22 pour l’aide à la production. Parmi ces films, Boule et Bill (Bidibul Productions), Avant l’hiver ou Möbius (Samsa Film) ont reçu les financements les plus importants (autour de 2 millions d’euros).

Développement de talents

On pourrait croire qu’il s’agit là d’une augmentation substantielle de l’aide au secteur, puisqu’en 2011 les aides sélectives n’atteignaient que 5,5 millions, mais il s’agit seulement d’un report dû à l’arrêt des certificats d’investissement audiovisuel (CIAV). En effet, le système de financement de l’audiovisuel a reporté l’argent des crédits d’impôt que permettaient les CIAV, vers le système d’aide sélective à points. Cependant, pour l’année 2012, les anciens CIAV, émis les années précédentes ont encore été comptabilisés. 22 œuvres ont bénéficié de ces avantages pour un montant net de 20.520.853 euros. «Depuis la modification de la loi en 2007 qui met l’accent sur le développement des talents artistiques et techniques luxembourgeois plutôt que sur les dépenses, le secteur de la production audiovisuelle a pu déployer des projets de qualité et ainsi assurer une stabilité dans l’industrie du cinéma», a souligné Guy Daleiden, le directeur du Fonds.

Bob Krieps, le président du Conseil d’administration du Film Fonds, s’est réjouit de l’importance accordée au travail en amont de la production elle-même. «Nous aidons plus et mieux l’écriture et le développement des films. Ce qui permet de voir émerger de nouveaux talents et d’avoir de meilleurs scénarios.»

En aval de la production aussi, le Fonds intervient et a accordé des subsides divers au secteur pour un montant de 53.415 euros ainsi que des aides à la promotion à hauteur de 170.687 euros. «Cela donne une meilleure visibilité au cinéma luxembourgeois et la présence de nos films dans de nombreux festivals doit être soulignée», s’est-il réjouit.

L’année 2013 est déjà bien avancée et de nombreux projets ont déjà trouvé l’aide du Film Fonds. Comme convenu lors du changement de système de financement, 100 millions sont prévus sur trois ans – 20 millions en 2012, 40 cette année et 40 autres pour 2014… Si le futur gouvernement et son budget ne changent pas d’avis…

Comments

comments

SOURCE: http://www.paperjam.lu

Le Fonds de soutien à la production audiovisuelle a présenté son rapport d’activité 2012. Les aides financières sélectives ont représenté 17,73 millions d’euros. Une large augmentation qui s’explique par un changement du mode de financement du cinéma.

C’est assez tardivement que le Film Fonds a présenté son bilan 2012, pour cause de changement de ministre en cours d’année et de campagne électorale actuelle. Les deux ministres concernés, Luc Frieden à la Communication et Octavie Modert à la Culture, se sont d’ailleurs fait excuser, l’audiovisuel ne devant pas représenter un enjeu électoral, tout le monde semblant d’accord sur le soutien que l’État apporte au cinéma grand-ducal.

Ce soutien a représenté en 2012 précisément 17.732.005 euros dont l’essentiel (un peu plus de 17 millions) pour l’aide à la production. Ce sont 37 projets qui ont été soutenus, sur 98 qui en ont fait la demande, dont 15 pour l’aide à l’écriture et au développement et 22 pour l’aide à la production. Parmi ces films, Boule et Bill (Bidibul Productions), Avant l’hiver ou Möbius (Samsa Film) ont reçu les financements les plus importants (autour de 2 millions d’euros).

Développement de talents

On pourrait croire qu’il s’agit là d’une augmentation substantielle de l’aide au secteur, puisqu’en 2011 les aides sélectives n’atteignaient que 5,5 millions, mais il s’agit seulement d’un report dû à l’arrêt des certificats d’investissement audiovisuel (CIAV). En effet, le système de financement de l’audiovisuel a reporté l’argent des crédits d’impôt que permettaient les CIAV, vers le système d’aide sélective à points. Cependant, pour l’année 2012, les anciens CIAV, émis les années précédentes ont encore été comptabilisés. 22 œuvres ont bénéficié de ces avantages pour un montant net de 20.520.853 euros. «Depuis la modification de la loi en 2007 qui met l’accent sur le développement des talents artistiques et techniques luxembourgeois plutôt que sur les dépenses, le secteur de la production audiovisuelle a pu déployer des projets de qualité et ainsi assurer une stabilité dans l’industrie du cinéma», a souligné Guy Daleiden, le directeur du Fonds.

Bob Krieps, le président du Conseil d’administration du Film Fonds, s’est réjouit de l’importance accordée au travail en amont de la production elle-même. «Nous aidons plus et mieux l’écriture et le développement des films. Ce qui permet de voir émerger de nouveaux talents et d’avoir de meilleurs scénarios.»

En aval de la production aussi, le Fonds intervient et a accordé des subsides divers au secteur pour un montant de 53.415 euros ainsi que des aides à la promotion à hauteur de 170.687 euros. «Cela donne une meilleure visibilité au cinéma luxembourgeois et la présence de nos films dans de nombreux festivals doit être soulignée», s’est-il réjouit.

L’année 2013 est déjà bien avancée et de nombreux projets ont déjà trouvé l’aide du Film Fonds. Comme convenu lors du changement de système de financement, 100 millions sont prévus sur trois ans – 20 millions en 2012, 40 cette année et 40 autres pour 2014… Si le futur gouvernement et son budget ne changent pas d’avis…

Comments

comments

No responses yet

Comments are closed at this time.

Trackback URI |