Dec 30 2013

Le Luxembourg mise sur les films d’animation

Published by at 01:09 under Industry

SOURCE: http://www.lessentiel.lu

LUXEMBOURG – Les longs-métrage d’animation réalisés et produits au Grand-Duché enchaînent les récompenses. L’un d’entre eux pourrait même être nommé aux oscars.

«”Le Congrès” a reçu le prix du meilleur film d’animation le 7 décembre à Berlin et “Ernest et Célestine” a été récompensé par l’Association des critiques de films de Los Angeles devant “Le vent se lève” de Miyazaki», affirme Stephan Roelants, à la tête du Studio 352 et de Melusine Production, installé depuis 17 ans à Contern.

«Nous sommes proches de la nomination aux Oscars pour “Ernest et Célestine”», ajoute Paul Thiltges, producteur et cofondateur de Filmland au Grand-Duché. Les films d’animation réalisés au Luxembourg enchaînent les récompenses et attirent de plus en plus d’auteurs étrangers. «En ce moment nous travaillons avec l’Italien Enzo D’Alò qui a réalisé le dernier “Pinocchio”. Nous sommes aussi sur des projets de série télé, notamment avec Canal+», ajoute Stephan Roelants. «Le Congrès» regroupe à lui seul des intervenants de cinq pays: États-Unis, Pologne, Israël, France et le Luxembourg.

«De très bons financements»

«Cela a commencé à se développer à la fin des années 80 avec la création des premiers studios de création. Alors qu’il n’avait pas de culture de la BD ou du film d’animation, le pays a réussi à s’imposer», explique Marc Frising, professeur au BTS «Dessin d’animation» du Lycée technique des arts et métiers, à Luxembourg-Ville. «Aujourd’hui, le Luxembourg est bien réputé dans le domaine. Nous sommes surtout connus pour faire du travail de qualité», ajoute Paul Thilges.

Le studio 352 est par exemple l’un des rares en Europe à mélanger des techniques modernes et traditionnelles. Dans «Le Congrès», où les personnages évoluent dans un univers futuriste, tous les dessins ont été faits à la main, mais certains décors ont été travaillés sur logiciel. Pour «Ernest et Célestine», ce sont de vraies aquarelles, retouchées sur Photoshop.

«Les productions luxembourgeoises ont une bonne image de marque, car elles font preuve de créativité, mais aussi parce qu’il est possible d’avoir de très bons financements», ajoute le producteur. En 2012, près de 4 millions d’euros ont été alloués aux films d’animation, soit environ 23% de l’aide totale à l’audiovisuel (voir l’encadré). «Il doit y avoir actuellement autour de 200 emplois. C’est vraiment pas mal pour un petit pays», conclut Paul Thilges.

Les aides de Film Fund Luxembourg en 2012
Le Fonds national de soutien à la production audiovisuelle a subventionné 22 productions en 2012 pour plus de 17 millions d’euros. Parmi ces 22 projets, 7 étaient des films d’animation. L’aide varie entre 30 000 euros pour un court métrage à plus de 2 millions pour une série ou un long métrage. Un élément non négligeable sachant qu’un film coûte entre 6 et 9 millions d’euros.

Les studios d’animation au Luxembourg
Il existe une demi-douzaine de studios d’animation au Luxembourg. «Ceux-ci développent leurs propres productions ou coproductions ou louent leurs services à des productions étrangères», précise le site luxembourg.lu. Studio 352 est l’un des rares à faire du long métrage d’animation avec Iris Productions installé à Kehlen, ou encore la Fabrique d’images.

Comments

comments

SOURCE: http://www.lessentiel.lu

LUXEMBOURG – Les longs-métrage d’animation réalisés et produits au Grand-Duché enchaînent les récompenses. L’un d’entre eux pourrait même être nommé aux oscars.

«”Le Congrès” a reçu le prix du meilleur film d’animation le 7 décembre à Berlin et “Ernest et Célestine” a été récompensé par l’Association des critiques de films de Los Angeles devant “Le vent se lève” de Miyazaki», affirme Stephan Roelants, à la tête du Studio 352 et de Melusine Production, installé depuis 17 ans à Contern.

«Nous sommes proches de la nomination aux Oscars pour “Ernest et Célestine”», ajoute Paul Thiltges, producteur et cofondateur de Filmland au Grand-Duché. Les films d’animation réalisés au Luxembourg enchaînent les récompenses et attirent de plus en plus d’auteurs étrangers. «En ce moment nous travaillons avec l’Italien Enzo D’Alò qui a réalisé le dernier “Pinocchio”. Nous sommes aussi sur des projets de série télé, notamment avec Canal+», ajoute Stephan Roelants. «Le Congrès» regroupe à lui seul des intervenants de cinq pays: États-Unis, Pologne, Israël, France et le Luxembourg.

«De très bons financements»

«Cela a commencé à se développer à la fin des années 80 avec la création des premiers studios de création. Alors qu’il n’avait pas de culture de la BD ou du film d’animation, le pays a réussi à s’imposer», explique Marc Frising, professeur au BTS «Dessin d’animation» du Lycée technique des arts et métiers, à Luxembourg-Ville. «Aujourd’hui, le Luxembourg est bien réputé dans le domaine. Nous sommes surtout connus pour faire du travail de qualité», ajoute Paul Thilges.

Le studio 352 est par exemple l’un des rares en Europe à mélanger des techniques modernes et traditionnelles. Dans «Le Congrès», où les personnages évoluent dans un univers futuriste, tous les dessins ont été faits à la main, mais certains décors ont été travaillés sur logiciel. Pour «Ernest et Célestine», ce sont de vraies aquarelles, retouchées sur Photoshop.

«Les productions luxembourgeoises ont une bonne image de marque, car elles font preuve de créativité, mais aussi parce qu’il est possible d’avoir de très bons financements», ajoute le producteur. En 2012, près de 4 millions d’euros ont été alloués aux films d’animation, soit environ 23% de l’aide totale à l’audiovisuel (voir l’encadré). «Il doit y avoir actuellement autour de 200 emplois. C’est vraiment pas mal pour un petit pays», conclut Paul Thilges.

Les aides de Film Fund Luxembourg en 2012
Le Fonds national de soutien à la production audiovisuelle a subventionné 22 productions en 2012 pour plus de 17 millions d’euros. Parmi ces 22 projets, 7 étaient des films d’animation. L’aide varie entre 30 000 euros pour un court métrage à plus de 2 millions pour une série ou un long métrage. Un élément non négligeable sachant qu’un film coûte entre 6 et 9 millions d’euros.

Les studios d’animation au Luxembourg
Il existe une demi-douzaine de studios d’animation au Luxembourg. «Ceux-ci développent leurs propres productions ou coproductions ou louent leurs services à des productions étrangères», précise le site luxembourg.lu. Studio 352 est l’un des rares à faire du long métrage d’animation avec Iris Productions installé à Kehlen, ou encore la Fabrique d’images.

Comments

comments

No responses yet

Comments are closed at this time.

Trackback URI |