May 23 2009

“Refractaire” Premiere

Published by at 08:08 under Industry,Screening Room

On June 3rd IRIS Productions celebrate the premiere of Nicolas Steil’s first film “REFRACTAIRE”, it will be released shortly thereafter.

The film’s homepage has just gone online, it features trailers, interviews, making of, photos and more, have a look here

“Réfractaire” est une réflexion sur l’engagement à travers le choix impossible auquel étaient confrontés des jeunes d’une vingtaine d’années:
Accepter de partir sur le front avec le risque de se faire tuer après avoir tiré sur ses alliés ou bien s’enterrer vivants pendant des mois, parfois des années dans le froid et l’humidité des mines de fer? Avec l’angoisse de savoir que les parents des Réfractaires à l’ordre établi se faisaient déporter…
Le film tente de décoder les mécanismes qui poussent à la résistance, lesquels trouvent ici leurs racines dans le “karma” familial.

Les rôles des jeunes réfractaires sont tenus avec grand talent par les jeunes pousses du cinéma français et le rôle principal par Grégoire Leprince-Ringuet qui révèle dans ce film tout le bien qu’on pouvait penser de lui notamment au travers de ses prestations dans “les Egarés” de Téchiné (nomination aux Césars), les Chansons d’Amour d’Honoré (nomination aux Césars, compétition officielle festival de Cannes) ou encore “la Belle Personne” (nomination aux Césars) d’Honoré. Grégoire est en train d’enchaîner les rôles importants pour le moment (Robert Guédiguian, Gilles Marchand, Bertrand Tavernier) Dans les rôles principaux figurent également une Marianne Basler éblouissante, un Carlo Brandt particulièrement inquiétant et un Michel Voïta d’une grande force, ainsi que de nouveaux talents, tels Judith Davis, Guillaume Gouix, Pierre Derenne, Arthur Dupont, Pierre Niney, Swann Arlaud, Raphaël Thiliette qui démontrent ici tout leur professionalisme par leur implication, leur présence et leur charisme. Du côté Luxembourgeois se distinguent Thierry Van Werveke dans un dernier rôle plein de subtilité ainsi que Charles Muller, Marc Olinger, Luc Feit, André Jung, Véronique Fauconnet et Patrick Hastert. Tourné majoritairement au Luxembourg, notamment dans le Musée National des Mines de Rumelange ou encore la Villa Pauly, siège de la Gestapo, donc dans les décors “historiques”, le film se distingue par la très forte implication des chefs de poste et des techniciens luxembourgeois que ce soit au niveau du son, du traitement de l’image, des décors, des costumes, du maquillage et de la machinerie pour ne citer que quelques-uns des secteurs animés par nos équipes.

Comments

comments

On June 3rd IRIS Productions celebrate the premiere of Nicolas Steil’s first film “REFRACTAIRE”, it will be released shortly thereafter.

The film’s homepage has just gone online, it features trailers, interviews, making of, photos and more, have a look here

“Réfractaire” est une réflexion sur l’engagement à travers le choix impossible auquel étaient confrontés des jeunes d’une vingtaine d’années:
Accepter de partir sur le front avec le risque de se faire tuer après avoir tiré sur ses alliés ou bien s’enterrer vivants pendant des mois, parfois des années dans le froid et l’humidité des mines de fer? Avec l’angoisse de savoir que les parents des Réfractaires à l’ordre établi se faisaient déporter…
Le film tente de décoder les mécanismes qui poussent à la résistance, lesquels trouvent ici leurs racines dans le “karma” familial.

Les rôles des jeunes réfractaires sont tenus avec grand talent par les jeunes pousses du cinéma français et le rôle principal par Grégoire Leprince-Ringuet qui révèle dans ce film tout le bien qu’on pouvait penser de lui notamment au travers de ses prestations dans “les Egarés” de Téchiné (nomination aux Césars), les Chansons d’Amour d’Honoré (nomination aux Césars, compétition officielle festival de Cannes) ou encore “la Belle Personne” (nomination aux Césars) d’Honoré. Grégoire est en train d’enchaîner les rôles importants pour le moment (Robert Guédiguian, Gilles Marchand, Bertrand Tavernier) Dans les rôles principaux figurent également une Marianne Basler éblouissante, un Carlo Brandt particulièrement inquiétant et un Michel Voïta d’une grande force, ainsi que de nouveaux talents, tels Judith Davis, Guillaume Gouix, Pierre Derenne, Arthur Dupont, Pierre Niney, Swann Arlaud, Raphaël Thiliette qui démontrent ici tout leur professionalisme par leur implication, leur présence et leur charisme. Du côté Luxembourgeois se distinguent Thierry Van Werveke dans un dernier rôle plein de subtilité ainsi que Charles Muller, Marc Olinger, Luc Feit, André Jung, Véronique Fauconnet et Patrick Hastert. Tourné majoritairement au Luxembourg, notamment dans le Musée National des Mines de Rumelange ou encore la Villa Pauly, siège de la Gestapo, donc dans les décors “historiques”, le film se distingue par la très forte implication des chefs de poste et des techniciens luxembourgeois que ce soit au niveau du son, du traitement de l’image, des décors, des costumes, du maquillage et de la machinerie pour ne citer que quelques-uns des secteurs animés par nos équipes.

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply