Jul 12 2010

Tarantula a grandi avec le cinéma luxembourgeois

Published by at 02:48 under Industry

SOURCE: http://www.lessentiel.lu

LUXEMBOURG – En quinze ans, Tarantula a participé à la naissance de l’industrie du cinéma au Luxembourg

Le cinéma luxembourgeois, ça existe vraiment? «Bien sûr», assure Donato Rotunno, fondateur de Tarantula. Depuis quinze ans, sa société produit des films au Grand-Duché et en Europe. «Il y a 500 personnes dans le pays qui vivent directement du cinéma.

L’activité a atteint une certaine maturité», estime le producteur-réalisateur. C’est en tout cas vrai pour la production, les sociétés luxembourgeoises participent au financement de films européens. Primé au dernier Festival de Cannes, «Illégal» était une coproduction luxembourgeoise.

Et cela rejaillit sur l’industrie locale avec l’acquisition d’un meilleur savoir-faire technique et de réalisation, souligne Donato Rotunno. Quand il s’est lancé, en 1995, l’industrie du cinéma était encore balbutiante au Luxembourg. Mais elle a profité de l’envie du gouvernement d’en créer une, reconnaît le producteur.

Sa société emploie aujourd’hui quatre personnes et fait travailler une vingtaine de techniciens dans ses différentes productions. Elle compte des dizaines de longs métrages, de courts métrages et de documentaires à son actif. Certains ont reçu des récompenses européennes comme le Léopard d’argent du Festival de Locarno, en 2005, pour «Frères d’exil».

Linda Cortey

Comments

comments

SOURCE: http://www.lessentiel.lu

LUXEMBOURG – En quinze ans, Tarantula a participé à la naissance de l’industrie du cinéma au Luxembourg

Le cinéma luxembourgeois, ça existe vraiment? «Bien sûr», assure Donato Rotunno, fondateur de Tarantula. Depuis quinze ans, sa société produit des films au Grand-Duché et en Europe. «Il y a 500 personnes dans le pays qui vivent directement du cinéma.

L’activité a atteint une certaine maturité», estime le producteur-réalisateur. C’est en tout cas vrai pour la production, les sociétés luxembourgeoises participent au financement de films européens. Primé au dernier Festival de Cannes, «Illégal» était une coproduction luxembourgeoise.

Et cela rejaillit sur l’industrie locale avec l’acquisition d’un meilleur savoir-faire technique et de réalisation, souligne Donato Rotunno. Quand il s’est lancé, en 1995, l’industrie du cinéma était encore balbutiante au Luxembourg. Mais elle a profité de l’envie du gouvernement d’en créer une, reconnaît le producteur.

Sa société emploie aujourd’hui quatre personnes et fait travailler une vingtaine de techniciens dans ses différentes productions. Elle compte des dizaines de longs métrages, de courts métrages et de documentaires à son actif. Certains ont reçu des récompenses européennes comme le Léopard d’argent du Festival de Locarno, en 2005, pour «Frères d’exil».

Linda Cortey

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply