Mar 07 2015

Nique ta mère !


Published by at 01:00 under Iris Production,LuxFilmFest

SOURCE: http://www.land.lu

Baby(a)lone
josée hansen

Ils sont Bonnie & Clyde. Ils sont Sailor & Lula. Sauf qu’ils n’ont que treize ans. X (Joshua Defays) et Shirley (Charlotte Elsen) se rencontrent dans une classe mosaïque du Lycée Belval, dernière station avant la prison, où des enseignants (Jules Werner en prof de maths) et des éducatrices (Gintare Parulyte) très compréhensifs et ultra-tolérants essaient de les repêcher, de leur donner une dernière chance, de leur expliquer encore et encore que la violence ne mène nulle part. X et Shirley, encore pré-ados, vivent dans un univers hypersexué : lui se branle plusieurs fois par jour en regardant du porno sur son téléphone portable, mais ne supporte pas que ses collègues disent de sa mère qu’elle est une pute (pourtant, elle en est une et ne le cache pas, elle fait même son business par internet de la maison). Shirley porte des minijupes ultra-courtes, a des copains dont les intentions sont univoques lorsqu’ils sortent et se bat avec une autre fille parce qu’elle insinuait que Shirley suçait « pour seulement vingt euros, tu imagines ?! » Et pourtant, ils ne sont que des mômes en manque d’amour : la maman de X ne lui parle jamais et le laisse complètement seul, celle de Shirley est morte d’une overdose il y a des années. Comment repêcher ces jeunes ? Que peut faire la société pour réparer le mal qui leur a été fait jusque-là ?

Den vollständigen Beitrag finden Sie im neuen d’Lëtzebuerger Land am Zeitungskiosk.
Retrouvez l’article complet dans l’édition actuelle du d’Lëtzebuerger Land, en vente en kiosques.

Comments

comments

SOURCE: http://www.land.lu

Baby(a)lone
josée hansen

Ils sont Bonnie & Clyde. Ils sont Sailor & Lula. Sauf qu’ils n’ont que treize ans. X (Joshua Defays) et Shirley (Charlotte Elsen) se rencontrent dans une classe mosaïque du Lycée Belval, dernière station avant la prison, où des enseignants (Jules Werner en prof de maths) et des éducatrices (Gintare Parulyte) très compréhensifs et ultra-tolérants essaient de les repêcher, de leur donner une dernière chance, de leur expliquer encore et encore que la violence ne mène nulle part. X et Shirley, encore pré-ados, vivent dans un univers hypersexué : lui se branle plusieurs fois par jour en regardant du porno sur son téléphone portable, mais ne supporte pas que ses collègues disent de sa mère qu’elle est une pute (pourtant, elle en est une et ne le cache pas, elle fait même son business par internet de la maison). Shirley porte des minijupes ultra-courtes, a des copains dont les intentions sont univoques lorsqu’ils sortent et se bat avec une autre fille parce qu’elle insinuait que Shirley suçait « pour seulement vingt euros, tu imagines ?! » Et pourtant, ils ne sont que des mômes en manque d’amour : la maman de X ne lui parle jamais et le laisse complètement seul, celle de Shirley est morte d’une overdose il y a des années. Comment repêcher ces jeunes ? Que peut faire la société pour réparer le mal qui leur a été fait jusque-là ?

Den vollständigen Beitrag finden Sie im neuen d’Lëtzebuerger Land am Zeitungskiosk.
Retrouvez l’article complet dans l’édition actuelle du d’Lëtzebuerger Land, en vente en kiosques.

Comments

comments

No responses yet

Comments are closed at this time.

Trackback URI |