Feb 21 2013

Remords tardifs pour un meurtre

Published by at 16:27 under Iris Production

SOURCE: http://www.journal.lu

«Arrêtez-moi» de Jean-Paul Lilienfeld traite de la violence conjugale

En 2003 paraît le roman «Les Lois de la gravité» de Jean Teulé. L’histoire est transformée en pièce de théâtre par Marc Brunet en 2010 pour le Festival d’Avignon. En 2011, la pièce est jouée avec beaucoup de succès à Paris. Jean-Paul Lilienfeld a adapté le roman pour le grand écran sous le titre «Arrêtez-moi».
Le film, une coproduction franco-belgo-luxembourgeoise, a été produit principalement par Iris Productions et ses producteurs Nicolas Steil et Jesus Gonzalez.

Des remords après dix ans

Une factrice (Sophie Marceau), nommée «Gaston» par ses collègues, se présente la nuit à un commissariat de police où le lieutenant Pontoise (Miou Miou) croyait passer une nuit tranquille. «Gaston» confesse un meurtre commis il y a dix ans. Elle raconte à la flic son histoire parsemée de coups par son mari Jimmy (Marc Barbé) qui finit par un acte de désespoir: elle le pousse du balcon du huitième étage. Pontoise, émue par le destin de la femme, ne veut pas l’arrêter, vu le calvaire déjà subi. Mais «Gaston» persiste dans sa volonté de se libérer de ce crime, même en risquant une peine d’emprisonnement.

Tragédie et humour

La sublime Sophie Marceau a subi une formidable transformation pour jouer cette femme coupable. Une grande cicatrice au menton et des yeux dépourvus de toute joie lui donnent un air misérable.
Elle joue magnifiquement cette femme qui a vécu l’enfer. Même après la mort de son mari, le bonheur ne veut pas se réinstaller, car son fils Cédric, qui vénère son père, lui réserve des surprises lugubres. Miou Miou excelle en policière qui n’a aucune envie de punir cette femme battue.
Pour la dissuader de son plan, elle lui raconte des histoires bizarres qui lui sont arrivées dans sa carrière. Cependant, le réalisateur ne définit pas clairement si elle fait usage de ruses, afin de ne pas devoir procéder à une arrestation, ou si elle raconte la vérité. De même, on cherche en vain des raisons du comportement brutal de Jimmy. Seule une courte scène avec la mère de Jimmy (Claudine Pelletier) laisse présager une folie préexistante. «Arrêtez-moi» est un film mené par deux actrices superbes sur un thème d’actualité qui ne laissera pas indifférent.

Première luxembourgeoise à l’Utopolis

Mardi soir, a eu lieu la première de ce drame en présence du réalisateur, de l’acteur Marc Barbé et du coproducteur français Jean-Michel Rey, ainsi que du ministre François Biltgen. Le réalisateur a expliqué que les statistiques sur la violence conjugale l’ont choquées – 267 femmes sont mortes en France en 2011 suite aux violences conjugales. Par la suite, il a été rendu attentif au livre de Teulé et a commencé à développer le scénario. Marc Barbé est dans la vraie vie un gentil homme qui jamais frapperait une femme. Il a tenu à remarquer que le film raconte l’histoire de la femme battue et non celle de l’homme ou les circonstances qui ont fait de lui cette bête humaine.

Comments

comments

SOURCE: http://www.journal.lu

«Arrêtez-moi» de Jean-Paul Lilienfeld traite de la violence conjugale

En 2003 paraît le roman «Les Lois de la gravité» de Jean Teulé. L’histoire est transformée en pièce de théâtre par Marc Brunet en 2010 pour le Festival d’Avignon. En 2011, la pièce est jouée avec beaucoup de succès à Paris. Jean-Paul Lilienfeld a adapté le roman pour le grand écran sous le titre «Arrêtez-moi».
Le film, une coproduction franco-belgo-luxembourgeoise, a été produit principalement par Iris Productions et ses producteurs Nicolas Steil et Jesus Gonzalez.

Des remords après dix ans

Une factrice (Sophie Marceau), nommée «Gaston» par ses collègues, se présente la nuit à un commissariat de police où le lieutenant Pontoise (Miou Miou) croyait passer une nuit tranquille. «Gaston» confesse un meurtre commis il y a dix ans. Elle raconte à la flic son histoire parsemée de coups par son mari Jimmy (Marc Barbé) qui finit par un acte de désespoir: elle le pousse du balcon du huitième étage. Pontoise, émue par le destin de la femme, ne veut pas l’arrêter, vu le calvaire déjà subi. Mais «Gaston» persiste dans sa volonté de se libérer de ce crime, même en risquant une peine d’emprisonnement.

Tragédie et humour

La sublime Sophie Marceau a subi une formidable transformation pour jouer cette femme coupable. Une grande cicatrice au menton et des yeux dépourvus de toute joie lui donnent un air misérable.
Elle joue magnifiquement cette femme qui a vécu l’enfer. Même après la mort de son mari, le bonheur ne veut pas se réinstaller, car son fils Cédric, qui vénère son père, lui réserve des surprises lugubres. Miou Miou excelle en policière qui n’a aucune envie de punir cette femme battue.
Pour la dissuader de son plan, elle lui raconte des histoires bizarres qui lui sont arrivées dans sa carrière. Cependant, le réalisateur ne définit pas clairement si elle fait usage de ruses, afin de ne pas devoir procéder à une arrestation, ou si elle raconte la vérité. De même, on cherche en vain des raisons du comportement brutal de Jimmy. Seule une courte scène avec la mère de Jimmy (Claudine Pelletier) laisse présager une folie préexistante. «Arrêtez-moi» est un film mené par deux actrices superbes sur un thème d’actualité qui ne laissera pas indifférent.

Première luxembourgeoise à l’Utopolis

Mardi soir, a eu lieu la première de ce drame en présence du réalisateur, de l’acteur Marc Barbé et du coproducteur français Jean-Michel Rey, ainsi que du ministre François Biltgen. Le réalisateur a expliqué que les statistiques sur la violence conjugale l’ont choquées – 267 femmes sont mortes en France en 2011 suite aux violences conjugales. Par la suite, il a été rendu attentif au livre de Teulé et a commencé à développer le scénario. Marc Barbé est dans la vraie vie un gentil homme qui jamais frapperait une femme. Il a tenu à remarquer que le film raconte l’histoire de la femme battue et non celle de l’homme ou les circonstances qui ont fait de lui cette bête humaine.

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply