Feb 23 2013

Ernest et Célestine wins César

Published by at 10:21 under Mélusine Production

SOURCE: http://www.wort.lu/fr/view/amour-grand-vainqueur-des-cesar-ernest-et-celestine-egalement-prime-5127d348e4b0367ed8ec32f9

«Amour» de l’Autrichien Michael Haneke a reçu vendredi le César 2013 du meilleur film, faisant de lui le grand vainqueur de la 38e cérémonie des Césars, avec également les César du meilleur acteur et de la meilleure actrice. Le Luxembourg remporte un prix avec Ernest et Célestine.
«Amour» poursuit sa belle aventure entamée en mai dernier au Festival de Cannes où il avait obtenu la Palme d’Or.
ernest

Vendredi soir, il a raflé toutes les récompenses les plus prestigieuses de la soirée, remportant successivement les Césars du meilleur réalisateur, de la meilleure actrice (Emmanuelle Riva) et du meilleur acteur (Jean-Louis Trintignant).

«Amour», entièrement tourné en France et essentiellement financé par de l’argent français, public et privé, n’en a pas encore fini avec les cérémonies puisqu’il est nommé cinq fois aux Oscars, décernés dimanche, dont celui du meilleur film et de la meilleure actrice.

Ce beau et difficile conte sur la vieillesse, la dégénérescence et la mort, servi par deux légendes du cinéma français, Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant, tous deux couronnés vendredi également des Césars de la meilleure actrice et du meilleur acteur, accumule succès et prix depuis sa sortie.

En l’absence de Michael Haneke, déjà à Los Angeles, c’est la productrice du film Margaret Menegoz qui est montée sur scène, «heureuse d’être là comme productrice et pas seulement comme porte-parole» du réalisateur. «Les producteurs sont rarement dans la lumière», a-t-elle ajouté.

«Camille redouble» repartie bredouille

Outre «Amour», les récompenses pleuvent lors de cette 38e édition de la cérémonie des Césars du cinéma français. Izia Higelin a remporté le César du meilleur espoir féminin. Le César du meilleur premier film est allé à “Louise Wimmer”.

La comédie «Camille redouble» de Noémie Lvovsky, donnée grande favorite avec treize nominations est en revanche repartie bredouille, tout comme «Holy Motors» de Leos Carax (neuf nominations).

«De rouille et d’os», de Jacques Audiard, neuf fois nommé, a été l’autre gagnant de la soirée avec quatre Césars: meilleure adaptation, meilleure musique originale, meilleur espoir masculin pour Matthias Schoenaerts et meilleur montage.

La soirée a aussi souri à la comédie à succès «Le prénom» de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière, qui a raflé les deux Césars du meilleur second rôle, l’un pour Guillaume de Tonquédec et l’autre à Valérie Benguigui.

Debbouze et de Caunes pour l’amiance

Jamel Debbouze a ouvert la soirée à 21 heures avec humour avant de passer la main à l’hôte de la soirée, un habitué de l’exercice, Antoine de Caunes.

Le Luxembourg a été un peu récompensé à travers la co-production “Ernest & Célestine” qui a reçu le César du meilleur film d’animation.

Comments

comments

SOURCE: http://www.wort.lu/fr/view/amour-grand-vainqueur-des-cesar-ernest-et-celestine-egalement-prime-5127d348e4b0367ed8ec32f9

«Amour» de l’Autrichien Michael Haneke a reçu vendredi le César 2013 du meilleur film, faisant de lui le grand vainqueur de la 38e cérémonie des Césars, avec également les César du meilleur acteur et de la meilleure actrice. Le Luxembourg remporte un prix avec Ernest et Célestine.
«Amour» poursuit sa belle aventure entamée en mai dernier au Festival de Cannes où il avait obtenu la Palme d’Or.
ernest

Vendredi soir, il a raflé toutes les récompenses les plus prestigieuses de la soirée, remportant successivement les Césars du meilleur réalisateur, de la meilleure actrice (Emmanuelle Riva) et du meilleur acteur (Jean-Louis Trintignant).

«Amour», entièrement tourné en France et essentiellement financé par de l’argent français, public et privé, n’en a pas encore fini avec les cérémonies puisqu’il est nommé cinq fois aux Oscars, décernés dimanche, dont celui du meilleur film et de la meilleure actrice.

Ce beau et difficile conte sur la vieillesse, la dégénérescence et la mort, servi par deux légendes du cinéma français, Emmanuelle Riva et Jean-Louis Trintignant, tous deux couronnés vendredi également des Césars de la meilleure actrice et du meilleur acteur, accumule succès et prix depuis sa sortie.

En l’absence de Michael Haneke, déjà à Los Angeles, c’est la productrice du film Margaret Menegoz qui est montée sur scène, «heureuse d’être là comme productrice et pas seulement comme porte-parole» du réalisateur. «Les producteurs sont rarement dans la lumière», a-t-elle ajouté.

«Camille redouble» repartie bredouille

Outre «Amour», les récompenses pleuvent lors de cette 38e édition de la cérémonie des Césars du cinéma français. Izia Higelin a remporté le César du meilleur espoir féminin. Le César du meilleur premier film est allé à “Louise Wimmer”.

La comédie «Camille redouble» de Noémie Lvovsky, donnée grande favorite avec treize nominations est en revanche repartie bredouille, tout comme «Holy Motors» de Leos Carax (neuf nominations).

«De rouille et d’os», de Jacques Audiard, neuf fois nommé, a été l’autre gagnant de la soirée avec quatre Césars: meilleure adaptation, meilleure musique originale, meilleur espoir masculin pour Matthias Schoenaerts et meilleur montage.

La soirée a aussi souri à la comédie à succès «Le prénom» de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière, qui a raflé les deux Césars du meilleur second rôle, l’un pour Guillaume de Tonquédec et l’autre à Valérie Benguigui.

Debbouze et de Caunes pour l’amiance

Jamel Debbouze a ouvert la soirée à 21 heures avec humour avant de passer la main à l’hôte de la soirée, un habitué de l’exercice, Antoine de Caunes.

Le Luxembourg a été un peu récompensé à travers la co-production “Ernest & Célestine” qui a reçu le César du meilleur film d’animation.

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply