Jan 23 2015

Productions en fusion

Published by at 10:44 under Lucil Film,Samsa

SOURCE: http://paperjam.lu


Avec la fusion avec Samsa Film, Bernard Michaux estime «avoir franchi un pas décisif».

Les sociétés de production Samsa Film et Lucil Film ont annoncé la fusion des deux entités sous le nom Samsa Film.

Bernard Michaux nous avait promis «une grande nouvelle» et c’est en effet une nouvelle retentissante dans le monde de l’audiovisuel luxembourgeois: Jani Thiltges, Claude Waringo et lui-même ont en effet annoncé la fusion de leurs sociétés de production respectives (Samsa Film et Lucil Film) au sein d’une seule société de production et distribution indépendante – Samsa FIlm. Alors que l’époque est plutôt à la création de nouvelles sociétés de production (Calach Film, Le Films Fauves…), la fusion de deux sociétés est une première.

«Les trois producteurs se réjouissent à l’idée de pouvoir joindre leurs forces», s’enthousiasme leur communiqué commun. Cette décision – qui semble être dans les têtes depuis longtemps – est une conséquence logique de l’expansion de ces deux sociétés en ouvrant de nouvelles perspectives en termes de production et de distribution.

Samsa Film est un des pionniers de la production à Luxembourg et a été fondée en 1986 par Jani Thiltges et Claude Waringo. Par sa taille et par le nombre de ses productions (et coproductions), il est le premier producteur indépendant luxembourgeois. On lui doit des dizaines de films dont «Doudege Wenckel» (Christophe Wagner) ou «Hot Hot Hot» (Beryl Koltz), tous deux récompensés par un FilmPräis du meilleur film luxembourgeois. De nombreux réalisateurs nationaux, y compris dans le secteur de l’animation, ont pu faire leurs premières armes avec des courts-métrages que Samsa Film a produit.

En matière de coproduction, Samsa Film s’est notamment illustré par sa fidélité à des réalisateurs comme Frédéric Fonteyne («Une liaison pornographique», «La Femme de Gilles», «Tango Libre») ou Sam Garbarsky («Le Tango des Rashevsky», «Irina Palm», «Vijay and I»…). «L’enquête», une des dernières coproductions, sortira en salle le 11 février.

20 ans de moins

De 20 ans son cadet, Lucil Film a été fondé en 2006 par Bernard Michaux. Il a notamment produit «Schatzritter» de Laura Schroeder ainsi que la série «Comeback». Plusieurs courts-métrages et documentaires sont également à son actif: «X on the Map» (Jeff Desom), «Stranger in the Night» (Beryl Koltz) ou« Tour of Duty» (Frank Grotz). Dès mercredi, on pourra voir le premier long-métrage de Jacques Molitor, «Mammejong».

Une très grande majorité de réalisateurs luxembourgeois font confiance à cette nouvelle alliance, que ce soit pour des projets en cours de réalisation ou en développement (Jeff Desom, Thierry Faber, Max Jacoby, Félix Koch, Eric Lamhène, Geneviève Mersch, Jacques Molitor, Fred Zeimet).

Le catalogue de la nouvelle entité Samsa Film inclut les plus grands succès du box office national des dernières années – «Doudege Wénkel» et «Schatzritter» – ainsi qu’une soixantaine de coproductions internationales de réalisateurs comme Eric Rochant, les frères Dardenne, Sam Gabarski, Joaquim Lafosse, Frédéric Fonteyne, Safy Nebbou, Jeanne Labrune, Benoît Jacquot et beaucoup d’autres.

«En fusionnant avec Samsa Film, j’ai franchi un pas décisif qui me permet de travailler au sein d’une société d’une grande renommée et je suis honoré d’avoir la chance de pouvoir participer à la conduite d’une entreprise aussi dynamique», commentait Bernard Michaux.

Stratégie internationale

À travers des prises de participations dans In Good Company (Berlin), Bac Film (Paris), Liason Cinématographique (Paris), Artemis Productions (Bruxelles) et Fado Filmes (Lisbonne), Samsa Film est déjà présent sur le marché européen. Cette fusion est en ligne avec sa stratégie d’internationalisation, qui devra renforcer et élargir sa présence en Europe et exploiter ses films au niveau international sur tous les canaux disponibles.

Les intéressés ont commenté: «Le renforcement et le rajeunissement de la direction de Samsa Film permettront à notre société de se projeter à long terme. D’autres acquisitions ou collaborations vont continuer à assurer une stratégie résolument tournée vers le futur», se réjouit Claude Waringo. Ce que Jani Thiltges confirme: «Avec la venue de Bernard Michaux, nous allons développer notre présence dans la production de films de genre intelligents, et développer la présence et le marketing de nos films sur toutes les nouvelles plateformes de distribution.»

Comments

comments

SOURCE: http://paperjam.lu


Avec la fusion avec Samsa Film, Bernard Michaux estime «avoir franchi un pas décisif».

Les sociétés de production Samsa Film et Lucil Film ont annoncé la fusion des deux entités sous le nom Samsa Film.

Bernard Michaux nous avait promis «une grande nouvelle» et c’est en effet une nouvelle retentissante dans le monde de l’audiovisuel luxembourgeois: Jani Thiltges, Claude Waringo et lui-même ont en effet annoncé la fusion de leurs sociétés de production respectives (Samsa Film et Lucil Film) au sein d’une seule société de production et distribution indépendante – Samsa FIlm. Alors que l’époque est plutôt à la création de nouvelles sociétés de production (Calach Film, Le Films Fauves…), la fusion de deux sociétés est une première.

«Les trois producteurs se réjouissent à l’idée de pouvoir joindre leurs forces», s’enthousiasme leur communiqué commun. Cette décision – qui semble être dans les têtes depuis longtemps – est une conséquence logique de l’expansion de ces deux sociétés en ouvrant de nouvelles perspectives en termes de production et de distribution.

Samsa Film est un des pionniers de la production à Luxembourg et a été fondée en 1986 par Jani Thiltges et Claude Waringo. Par sa taille et par le nombre de ses productions (et coproductions), il est le premier producteur indépendant luxembourgeois. On lui doit des dizaines de films dont «Doudege Wenckel» (Christophe Wagner) ou «Hot Hot Hot» (Beryl Koltz), tous deux récompensés par un FilmPräis du meilleur film luxembourgeois. De nombreux réalisateurs nationaux, y compris dans le secteur de l’animation, ont pu faire leurs premières armes avec des courts-métrages que Samsa Film a produit.

En matière de coproduction, Samsa Film s’est notamment illustré par sa fidélité à des réalisateurs comme Frédéric Fonteyne («Une liaison pornographique», «La Femme de Gilles», «Tango Libre») ou Sam Garbarsky («Le Tango des Rashevsky», «Irina Palm», «Vijay and I»…). «L’enquête», une des dernières coproductions, sortira en salle le 11 février.

20 ans de moins

De 20 ans son cadet, Lucil Film a été fondé en 2006 par Bernard Michaux. Il a notamment produit «Schatzritter» de Laura Schroeder ainsi que la série «Comeback». Plusieurs courts-métrages et documentaires sont également à son actif: «X on the Map» (Jeff Desom), «Stranger in the Night» (Beryl Koltz) ou« Tour of Duty» (Frank Grotz). Dès mercredi, on pourra voir le premier long-métrage de Jacques Molitor, «Mammejong».

Une très grande majorité de réalisateurs luxembourgeois font confiance à cette nouvelle alliance, que ce soit pour des projets en cours de réalisation ou en développement (Jeff Desom, Thierry Faber, Max Jacoby, Félix Koch, Eric Lamhène, Geneviève Mersch, Jacques Molitor, Fred Zeimet).

Le catalogue de la nouvelle entité Samsa Film inclut les plus grands succès du box office national des dernières années – «Doudege Wénkel» et «Schatzritter» – ainsi qu’une soixantaine de coproductions internationales de réalisateurs comme Eric Rochant, les frères Dardenne, Sam Gabarski, Joaquim Lafosse, Frédéric Fonteyne, Safy Nebbou, Jeanne Labrune, Benoît Jacquot et beaucoup d’autres.

«En fusionnant avec Samsa Film, j’ai franchi un pas décisif qui me permet de travailler au sein d’une société d’une grande renommée et je suis honoré d’avoir la chance de pouvoir participer à la conduite d’une entreprise aussi dynamique», commentait Bernard Michaux.

Stratégie internationale

À travers des prises de participations dans In Good Company (Berlin), Bac Film (Paris), Liason Cinématographique (Paris), Artemis Productions (Bruxelles) et Fado Filmes (Lisbonne), Samsa Film est déjà présent sur le marché européen. Cette fusion est en ligne avec sa stratégie d’internationalisation, qui devra renforcer et élargir sa présence en Europe et exploiter ses films au niveau international sur tous les canaux disponibles.

Les intéressés ont commenté: «Le renforcement et le rajeunissement de la direction de Samsa Film permettront à notre société de se projeter à long terme. D’autres acquisitions ou collaborations vont continuer à assurer une stratégie résolument tournée vers le futur», se réjouit Claude Waringo. Ce que Jani Thiltges confirme: «Avec la venue de Bernard Michaux, nous allons développer notre présence dans la production de films de genre intelligents, et développer la présence et le marketing de nos films sur toutes les nouvelles plateformes de distribution.»

Comments

comments

No responses yet

Comments are closed at this time.

Trackback URI |