Jun 17 2010

Ces Luxembourgeois sont partis loin pour se trouver

Published by at 15:00 under Articles,Français,Screening Room

SOURCE: http://www.lessentiel.lu/news/luxembourg/story/25485780 – Séverine Goffin
Des tropiques au Grand Nord, un film raconte ces Luxembourgeois partis chercher un chez-eux ailleurs.

Pour filmer cette famille d’agriculteurs partie affronter les hivers à -40 °C pour exercer un métier devenu difficile à côté de l’aire de Berchem, Pascal Becker et Yann Tonnar voulaient un contraste du noir sur le blanc. Alors ils ont attendu des mois que les vaches vêlent et que la neige tombe au Canada.

Du Grand Nord aux tropiques, d’Israël au Gobir, le documentaire de «Mir Wëllen Net Bleiwen» («Nous ne voulons pas rester»), allusion à la devise du Luxembourg «Nous voulons rester ce que nous sommes», les cinéastes ont choisi quatre Luxembourgeois exilés en quête d’identité. Et en contrepoint un étranger en exil au Grand-Duché.

«Nous voulions savoir ce qui pouvait pousser des nationaux à quitter un pays présenté comme agréable, riche et sécurisé», explique Pascal Becker. Au final, les deux réalisateurs ont trouvé des Luxembourgeois aux parcours très différents, mais tous «apaisés».

Comments

comments

SOURCE: http://www.lessentiel.lu/news/luxembourg/story/25485780 – Séverine Goffin
Des tropiques au Grand Nord, un film raconte ces Luxembourgeois partis chercher un chez-eux ailleurs.

Pour filmer cette famille d’agriculteurs partie affronter les hivers à -40 °C pour exercer un métier devenu difficile à côté de l’aire de Berchem, Pascal Becker et Yann Tonnar voulaient un contraste du noir sur le blanc. Alors ils ont attendu des mois que les vaches vêlent et que la neige tombe au Canada.

Du Grand Nord aux tropiques, d’Israël au Gobir, le documentaire de «Mir Wëllen Net Bleiwen» («Nous ne voulons pas rester»), allusion à la devise du Luxembourg «Nous voulons rester ce que nous sommes», les cinéastes ont choisi quatre Luxembourgeois exilés en quête d’identité. Et en contrepoint un étranger en exil au Grand-Duché.

«Nous voulions savoir ce qui pouvait pousser des nationaux à quitter un pays présenté comme agréable, riche et sécurisé», explique Pascal Becker. Au final, les deux réalisateurs ont trouvé des Luxembourgeois aux parcours très différents, mais tous «apaisés».

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply