May 13 2011

Tomorrow: Crazy Cinématographe Meets Vampyr & Hauschka

Published by at 00:46 under Events & Projects,Screening Room

SOURCE: http://www.vdl.lu

hauschka

Co-production Cinémathèque de la Ville de Luxembourg et CarréRotondes

Vampyr – L’étrange aventure de Dorian Gray Allemagne 1932 / voall stf / 62′ / De : Carl Theodor Dreyer / Avec : Maurice Schutz, Sybille Schmitz, Rena Mand

David Gray rentre à son auberge où un vieil homme lui confie un paquet à n’ouvrir qu’en cas de décès. La vie déjà somnambulique de Gray bascule alors. Il va dans un château étrange, noyé dans la brume, où la fille du châtelain semble possédée. Le livre contenu dans le paquet révèle qu’en fait est elle vampirisée…

« Convaincu que le sentiment de terreur naît de la suggestion, et non de l’effet, le cinéaste danois nous plonge dans un monde peuplé d’ombres facétieuses, un cauchemar éveillé. Dreyer fut enthousiasmé par le tirage d’une première bobine qui, à la suite d’une imperfection technique, donna à la photographie une atmosphère brumeuse. Le chef opérateur Rudolph Maté brouilla alors délibérément le reste du film, ce qui en intensifie le climat onirique. » (Télérama, Le Guide du cinéma)

« Imagine we are sitting in an ordinary room. Suddenly we are told there is a corpse behind the door. In an instant, the room is completely altered; everything in it has taken another look; the light, the atmosphere have changed, though they are physically the same. This is because we have changed, and the objects are as we perceive them. That is the effect I meant to get in my film. » (Carl Theodor Dreyer)

Hauschka:

Le pianiste Hauschka accompagnera en direct ce film fantastique. En préparant son piano avec des morceaux de cuir ou du caoutchouc entre les cordes, en enveloppant les marteaux d’aluminium et en y insérant des cordes de guitare ou du papier collant, Hauschka fait résonner son instrument comme un orchestre.

En fin de soirée:
Crazy Discographe – Cinémix by DJ Kuston Beater qui se déchaîne sur bruit de fond hypnotisant du ronronnement d’un projecteur historique Cinemeccanica.
À l’écran le Best of du Crazy Cinématographe 2010

Comments

comments

SOURCE: http://www.vdl.lu

hauschka

Co-production Cinémathèque de la Ville de Luxembourg et CarréRotondes

Vampyr – L’étrange aventure de Dorian Gray Allemagne 1932 / voall stf / 62′ / De : Carl Theodor Dreyer / Avec : Maurice Schutz, Sybille Schmitz, Rena Mand

David Gray rentre à son auberge où un vieil homme lui confie un paquet à n’ouvrir qu’en cas de décès. La vie déjà somnambulique de Gray bascule alors. Il va dans un château étrange, noyé dans la brume, où la fille du châtelain semble possédée. Le livre contenu dans le paquet révèle qu’en fait est elle vampirisée…

« Convaincu que le sentiment de terreur naît de la suggestion, et non de l’effet, le cinéaste danois nous plonge dans un monde peuplé d’ombres facétieuses, un cauchemar éveillé. Dreyer fut enthousiasmé par le tirage d’une première bobine qui, à la suite d’une imperfection technique, donna à la photographie une atmosphère brumeuse. Le chef opérateur Rudolph Maté brouilla alors délibérément le reste du film, ce qui en intensifie le climat onirique. » (Télérama, Le Guide du cinéma)

« Imagine we are sitting in an ordinary room. Suddenly we are told there is a corpse behind the door. In an instant, the room is completely altered; everything in it has taken another look; the light, the atmosphere have changed, though they are physically the same. This is because we have changed, and the objects are as we perceive them. That is the effect I meant to get in my film. » (Carl Theodor Dreyer)

Hauschka:

Le pianiste Hauschka accompagnera en direct ce film fantastique. En préparant son piano avec des morceaux de cuir ou du caoutchouc entre les cordes, en enveloppant les marteaux d’aluminium et en y insérant des cordes de guitare ou du papier collant, Hauschka fait résonner son instrument comme un orchestre.

En fin de soirée:
Crazy Discographe – Cinémix by DJ Kuston Beater qui se déchaîne sur bruit de fond hypnotisant du ronronnement d’un projecteur historique Cinemeccanica.
À l’écran le Best of du Crazy Cinématographe 2010

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply