Dec 05 2009

Dust – Made in Luxembourg

Published by at 01:13 under Articles,Screening Room

SOURCE: http://www.point24.lu – Alain Stevenart

Les films luxembourgeois ne sont pas légion sur les écrans. La plupart de ceux qui nous sont proposés sont soit des comédies soit, le plus souvent, des films sur la seconde guerre mondiale. Par son sujet, de prime abord, « Dust » est une œuvre originale dans le paysage cinématographique luxembourgeois.
Elodie et Elias sont jumeaux. Ils vivent seuls, dans une région indéterminée, à une époque indéterminée. La terre ou du moins l’endroit où ils vivent, semble s’être dépeuplée de ses habitants mais pas de ses animaux. Leur maison est belle et confortable et ils y vivent heureux. L’arrivée de Gabriel va troubler l’harmonie du couple…

Peut-on faire un bon film dont le «pitch» tient sur un post-it, dont les dialogues tiennent sur une feuille A4 et le casting dans une cabine téléphonique? La réponse est «oui» et «Dust» le prouve.

«Dust» est un film séduisant. Avec un scénario a minima, des personnages hors du commun et une atmosphère étrange, Max Jacoby renouvelle l’image du ménage à trois. C’est un tour de force. «Dust» est un film universel. Le sujet est simple mais pas simpliste. Il parle à chaque spectateur, quel que soit le côté de la planète où il se trouve.

«Dust» est un film envoûtant. Les trois jeunes acteurs débordent de naïve tendresse dans des paysages remarquablement filmés et totalement déshumanisés.

Avec un minimum de moyens, Max Jacoby nous renvoie à un futur inquiétant et fascinant. «Dust» fait mieux que «2012», plus court, moins cher et infiniment moins prétentieux. Allons donc voir «Dust» tout de suite, sans attendre qu’il sorte sur Arte.

Comments

comments

SOURCE: http://www.point24.lu – Alain Stevenart

Les films luxembourgeois ne sont pas légion sur les écrans. La plupart de ceux qui nous sont proposés sont soit des comédies soit, le plus souvent, des films sur la seconde guerre mondiale. Par son sujet, de prime abord, « Dust » est une œuvre originale dans le paysage cinématographique luxembourgeois.
Elodie et Elias sont jumeaux. Ils vivent seuls, dans une région indéterminée, à une époque indéterminée. La terre ou du moins l’endroit où ils vivent, semble s’être dépeuplée de ses habitants mais pas de ses animaux. Leur maison est belle et confortable et ils y vivent heureux. L’arrivée de Gabriel va troubler l’harmonie du couple…

Peut-on faire un bon film dont le «pitch» tient sur un post-it, dont les dialogues tiennent sur une feuille A4 et le casting dans une cabine téléphonique? La réponse est «oui» et «Dust» le prouve.

«Dust» est un film séduisant. Avec un scénario a minima, des personnages hors du commun et une atmosphère étrange, Max Jacoby renouvelle l’image du ménage à trois. C’est un tour de force. «Dust» est un film universel. Le sujet est simple mais pas simpliste. Il parle à chaque spectateur, quel que soit le côté de la planète où il se trouve.

«Dust» est un film envoûtant. Les trois jeunes acteurs débordent de naïve tendresse dans des paysages remarquablement filmés et totalement déshumanisés.

Avec un minimum de moyens, Max Jacoby nous renvoie à un futur inquiétant et fascinant. «Dust» fait mieux que «2012», plus court, moins cher et infiniment moins prétentieux. Allons donc voir «Dust» tout de suite, sans attendre qu’il sorte sur Arte.

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply