Feb 18 2009

Lola Montes

Published by at 02:24 under Screening Room

Le chef-d’oeuvre de Max Ophuls restauré!

 Me 18.02 à 20h30

Séance exceptionnelle avec introduction par Serge Toubiana (directeur général de la Cinémathèque française)
et Laurence Braunberger (Les Films du Jeudi/ Les Films de la Pléiade)
Festival de Cannes 2008, sélection officielle Cannes Classics

«Film maudit ressucité » (Le Monde)

Chef-d’œuvre absolu, symphonie visuelle en format CinemaScope et aux couleurs aussi éclatantes que «des cravates américaines» (Max Ophuls), mais échec commercial face à un public parisien déçu dans son attente du film érotique annoncé, la version originale de «Lola Montès » fut massacrée après sa sortie en décembre 1955 par des producteurs affolés des deux côtés du Rhin. Après la restauration de la version allemande, effectuée en 2002 par la Cinémathèque de Luxembourg et le Filmmuseum Munich, la version française vient d’être splendidement restaurée et accueillie avec enthousiasme lors de son avant-première au dernier festival de Cannes. Fruit d’une collaboration entre la Cinémathèque française et les Films du Jeudi, cette restauration permet de retrouver la splendeur originale de « Lola Montès » en restituant les couleurs, le son et le montage d’origine. A noter que la Cinémathèque de Luxembourg y a pu contribuer par une copie de travail positive, contenant des plans introuvables ailleurs.

« Dans l’histoire du cinéma, Lola Montès tient bien son rang de film charcuté, trafiqué, non conforme aux voeux de son auteur et réalisateur Max Ophuls. Chacun sait que ce film fit scandale lors de sa sortie à Paris. Certains critiques, Truffaut en tête, en firent leur cause (« Faudra-t-il combattre, nous combattrons. Faudra-t-il polémiquer, nous polémiquerons ! », écrivait-il dans Arts), rejoint par des cinéastes de renom tels Rossellini, Cocteau, Jacques Becker, Jacques Tati et quelques autres qui signèrent un manifeste en faveur du film. Dès lors, plus jamais le film ne fut montré tel que Max Ophuls l’avait conçu, rêvé, imaginé, réalisé. C’est ce défi que nous avons voulu relever. » (Costa-Gavras, Président / Serge Toubiana, Directeur général de la Cinémathèque française)

Lola Montès


France – Allemagne 1955 / vof / 115′ / c / De : Max Ophuls / Avec : Martine Carol, Peter Ustinov, Anton Walbrook

Sous un chapiteau géant, un écuyer présente Lola Montès, comtesse Maria Dolorès de Lansfeld, et sa « vie extraordinaire représentée par toute la troupe en pantomimes, acrobaties, tableaux vivants avec musique et danse». Le spectacle retrace la vie tumultueuse de cette ancienne courtisane qui fit tourner tant de têtes en Europe…

Comments

comments

Le chef-d’oeuvre de Max Ophuls restauré!

 Me 18.02 à 20h30

Séance exceptionnelle avec introduction par Serge Toubiana (directeur général de la Cinémathèque française)
et Laurence Braunberger (Les Films du Jeudi/ Les Films de la Pléiade)
Festival de Cannes 2008, sélection officielle Cannes Classics

«Film maudit ressucité » (Le Monde)

Chef-d’œuvre absolu, symphonie visuelle en format CinemaScope et aux couleurs aussi éclatantes que «des cravates américaines» (Max Ophuls), mais échec commercial face à un public parisien déçu dans son attente du film érotique annoncé, la version originale de «Lola Montès » fut massacrée après sa sortie en décembre 1955 par des producteurs affolés des deux côtés du Rhin. Après la restauration de la version allemande, effectuée en 2002 par la Cinémathèque de Luxembourg et le Filmmuseum Munich, la version française vient d’être splendidement restaurée et accueillie avec enthousiasme lors de son avant-première au dernier festival de Cannes. Fruit d’une collaboration entre la Cinémathèque française et les Films du Jeudi, cette restauration permet de retrouver la splendeur originale de « Lola Montès » en restituant les couleurs, le son et le montage d’origine. A noter que la Cinémathèque de Luxembourg y a pu contribuer par une copie de travail positive, contenant des plans introuvables ailleurs.

« Dans l’histoire du cinéma, Lola Montès tient bien son rang de film charcuté, trafiqué, non conforme aux voeux de son auteur et réalisateur Max Ophuls. Chacun sait que ce film fit scandale lors de sa sortie à Paris. Certains critiques, Truffaut en tête, en firent leur cause (« Faudra-t-il combattre, nous combattrons. Faudra-t-il polémiquer, nous polémiquerons ! », écrivait-il dans Arts), rejoint par des cinéastes de renom tels Rossellini, Cocteau, Jacques Becker, Jacques Tati et quelques autres qui signèrent un manifeste en faveur du film. Dès lors, plus jamais le film ne fut montré tel que Max Ophuls l’avait conçu, rêvé, imaginé, réalisé. C’est ce défi que nous avons voulu relever. » (Costa-Gavras, Président / Serge Toubiana, Directeur général de la Cinémathèque française)

Lola Montès


France – Allemagne 1955 / vof / 115′ / c / De : Max Ophuls / Avec : Martine Carol, Peter Ustinov, Anton Walbrook

Sous un chapiteau géant, un écuyer présente Lola Montès, comtesse Maria Dolorès de Lansfeld, et sa « vie extraordinaire représentée par toute la troupe en pantomimes, acrobaties, tableaux vivants avec musique et danse». Le spectacle retrace la vie tumultueuse de cette ancienne courtisane qui fit tourner tant de têtes en Europe…

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply