Jan 04 2008

Rétrospective Bertrand Tavernier en sa présence

Published by at 02:38 under Screening Room

Bertrand Tavernier sera présent à la Cinémathèque, le mercredi 7 janvier 2009 à 20h30

 

«Mes films sont ambigus, complexes, inconfortables. Le fait qu’il n’y a pas de construction dramatique classique qui permette une identification immédiate, totale, à un seul personnage ; le fait que tout soit remis en cause constamment, par le ton, le rythme des points de vue différents, cela empêche une adhésion à une idéologie. » (Bertrand Tavernier)

« Cinéphile passionné dès sa plus jeune enfance, critique et attaché de presse dans les années soixante, fin connaisseur du cinéma américain et français, Bertrand Tavernier s’est imposé en une vingtaine de films, comme l’une des figures majeures du cinéma fraçais contemporain. Alternant avec succès les sujets historiques et actuels, les fictions et les documentaires, ses films divisent, fascinent, dérangent. Jamais ils ne laissent indifférents. C’est le propre d’un cinéaste inclassable pour qui chaque nouveau film est un défi. A l’image de ses maîtres hollywoodiens, Tavernier refuse d’enfermer son art dans une thématique et une esthétique définitives. Ayant repoussé les chemins de la facilité, il doit à chaque fois refaire ses preuves, convaincre les producteurs, se battre comme s’il s’agissait de son premier film.

Cinéaste de l’après Nouvelle Vague, il retient de celle-ci les méthodes de tournage. Il filme sur le vif, favorisant les longs plans séquences, suivant au plus près ses comédiens. Bannissant l’aspect ‘reconstitution’, même lorsqu’il s’agit de films historiques, il préfère les décors naturels aux studios. De la génération des années 30 et 40, il retient son goût pour les acteurs, les dialogues, les scénarios. Son approche du cinéma doit beaucoup à Jean Renoir, Jacques Becker, François Truffaut et Claude Sautet. L’influence du cinéma américain, notamment son amour du western, le pousse à filmer ‘large’, utilisant avec bonheur le format scope. Sa passion pour la série B lui donne une efficacité rare.» (Eric Miot, Plan-Séquence)

Programme actuel

 

Comments

comments

Bertrand Tavernier sera présent à la Cinémathèque, le mercredi 7 janvier 2009 à 20h30

 

«Mes films sont ambigus, complexes, inconfortables. Le fait qu’il n’y a pas de construction dramatique classique qui permette une identification immédiate, totale, à un seul personnage ; le fait que tout soit remis en cause constamment, par le ton, le rythme des points de vue différents, cela empêche une adhésion à une idéologie. » (Bertrand Tavernier)

« Cinéphile passionné dès sa plus jeune enfance, critique et attaché de presse dans les années soixante, fin connaisseur du cinéma américain et français, Bertrand Tavernier s’est imposé en une vingtaine de films, comme l’une des figures majeures du cinéma fraçais contemporain. Alternant avec succès les sujets historiques et actuels, les fictions et les documentaires, ses films divisent, fascinent, dérangent. Jamais ils ne laissent indifférents. C’est le propre d’un cinéaste inclassable pour qui chaque nouveau film est un défi. A l’image de ses maîtres hollywoodiens, Tavernier refuse d’enfermer son art dans une thématique et une esthétique définitives. Ayant repoussé les chemins de la facilité, il doit à chaque fois refaire ses preuves, convaincre les producteurs, se battre comme s’il s’agissait de son premier film.

Cinéaste de l’après Nouvelle Vague, il retient de celle-ci les méthodes de tournage. Il filme sur le vif, favorisant les longs plans séquences, suivant au plus près ses comédiens. Bannissant l’aspect ‘reconstitution’, même lorsqu’il s’agit de films historiques, il préfère les décors naturels aux studios. De la génération des années 30 et 40, il retient son goût pour les acteurs, les dialogues, les scénarios. Son approche du cinéma doit beaucoup à Jean Renoir, Jacques Becker, François Truffaut et Claude Sautet. L’influence du cinéma américain, notamment son amour du western, le pousse à filmer ‘large’, utilisant avec bonheur le format scope. Sa passion pour la série B lui donne une efficacité rare.» (Eric Miot, Plan-Séquence)

Programme actuel

 

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply