Mar 23 2013

«Comeback» se terminera dans le futur…

Published by at 12:59 under Lucil Film,TV

SOURCE: http://www.lessentiel.lu

KEHLEN – Retour sur «Comeback» avec le producteur de la sitcom luxembourgeoise dont le dernier épisode est diffusé ce vendredi soir.

L’essentiel: Comment avez-vous vécu cette production de la première saison de «Comeback»?

Bernard Michaux (producteur de la sitcom et de Lucilfilm): Le fait de tourner d’une semaine à l’autre et de créer la série au fur et à mesure était une nouvelle et belle expérience. On avait constamment l’attention du grand public pendant le travail, contrairement au tournage d’un long-métrage que l’on présente une fois l’œuvre achevée. La sitcom était omniprésente dans notre quotidien. L’aspect positif de cette manière de travailler est d’avoir un retour du public au jour le jour, ce qui permettait à l’équipe de s’adapter à ses demandes.

L’un des principes de la série était d’interagir avec le public?

Oui, cela s’est bien passé. Nous avons eu des retours par mails, Facebook et lors des projections publiques qui remplissaient la Bouneweger Stuff. De nombreuses classes d’écoles et de lycées, ou des groupes de scouts, ont passé une journée sur le plateau.

Quelle audience véritable a eu cette sitcom?

Par semaine, entre 4 000 et 5 000 spectateurs ont visionné l’épisode via leur ordinateur, Smartphone ou tablette. Au niveau de l’âge, 80 % des internautes avaient entre 13 et 34 ans. En ce qui concerne la diffusion télévisée sur RTL, nous estimons une part d’audience de 30 %, à peu près identique à celle de la sitcom précédente, «Weemseesdet».

Le rythme de tournage avec une équipe changeante était-il facile à gérer?

C’est vrai qu’en général, le rythme de production était un vrai challenge. Et pour tous, un bon exercice, face aux longs-métrages. Pour la sitcom, on pouvait tourner une scène deux fois, pas plus. La meilleure était choisie. Pour un long-métrage, on a la possibilité de tourner une scène beaucoup plus de fois. Il y a clairement eu une évolution au niveau du travail de l’équipe entre le début et la fin de la série. En ce qui concerne les réalisateurs, ça s’est globalement bien passé, ils ont tous réussi à bien s’intégrer sur le tournage.

Dans l’avant-dernier épisode, Ronny Riff est éliminé de la présélection pour l’Eurovision, Sophie doit choisir entre Pit et Jacques… Quelle sera la fin?

Le dernier épisode se jouera dans le futur, le 18 mai 2013, soit le vrai jour de l’Eurovision. Concernant les amours de Sophie, je ne peux pas m’avancer…

Y aura-t-il une seconde saison prévue de «Comeback»?

Non, et c’était clair dès le départ. Et de toute manière, nous ne serions pas prêts au niveau scénario pour tourner une seconde saison d’autant que les acteurs principaux partent faire des études…

Recueilli par Chloé Murat

Le dernier épisode de «Comeback», ce soir, 19 h, sur RTL.

Comments

comments

SOURCE: http://www.lessentiel.lu

KEHLEN – Retour sur «Comeback» avec le producteur de la sitcom luxembourgeoise dont le dernier épisode est diffusé ce vendredi soir.

L’essentiel: Comment avez-vous vécu cette production de la première saison de «Comeback»?

Bernard Michaux (producteur de la sitcom et de Lucilfilm): Le fait de tourner d’une semaine à l’autre et de créer la série au fur et à mesure était une nouvelle et belle expérience. On avait constamment l’attention du grand public pendant le travail, contrairement au tournage d’un long-métrage que l’on présente une fois l’œuvre achevée. La sitcom était omniprésente dans notre quotidien. L’aspect positif de cette manière de travailler est d’avoir un retour du public au jour le jour, ce qui permettait à l’équipe de s’adapter à ses demandes.

L’un des principes de la série était d’interagir avec le public?

Oui, cela s’est bien passé. Nous avons eu des retours par mails, Facebook et lors des projections publiques qui remplissaient la Bouneweger Stuff. De nombreuses classes d’écoles et de lycées, ou des groupes de scouts, ont passé une journée sur le plateau.

Quelle audience véritable a eu cette sitcom?

Par semaine, entre 4 000 et 5 000 spectateurs ont visionné l’épisode via leur ordinateur, Smartphone ou tablette. Au niveau de l’âge, 80 % des internautes avaient entre 13 et 34 ans. En ce qui concerne la diffusion télévisée sur RTL, nous estimons une part d’audience de 30 %, à peu près identique à celle de la sitcom précédente, «Weemseesdet».

Le rythme de tournage avec une équipe changeante était-il facile à gérer?

C’est vrai qu’en général, le rythme de production était un vrai challenge. Et pour tous, un bon exercice, face aux longs-métrages. Pour la sitcom, on pouvait tourner une scène deux fois, pas plus. La meilleure était choisie. Pour un long-métrage, on a la possibilité de tourner une scène beaucoup plus de fois. Il y a clairement eu une évolution au niveau du travail de l’équipe entre le début et la fin de la série. En ce qui concerne les réalisateurs, ça s’est globalement bien passé, ils ont tous réussi à bien s’intégrer sur le tournage.

Dans l’avant-dernier épisode, Ronny Riff est éliminé de la présélection pour l’Eurovision, Sophie doit choisir entre Pit et Jacques… Quelle sera la fin?

Le dernier épisode se jouera dans le futur, le 18 mai 2013, soit le vrai jour de l’Eurovision. Concernant les amours de Sophie, je ne peux pas m’avancer…

Y aura-t-il une seconde saison prévue de «Comeback»?

Non, et c’était clair dès le départ. Et de toute manière, nous ne serions pas prêts au niveau scénario pour tourner une seconde saison d’autant que les acteurs principaux partent faire des études…

Recueilli par Chloé Murat

Le dernier épisode de «Comeback», ce soir, 19 h, sur RTL.

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply