May 19 2008

comment regardons-nous la télévision ?

Published by at 08:07 under TV

Conférence de François Jost
« La promesse des genres télévisuels :
comment regardons-nous la télévision ?» 
le 22 mai, à 18h15 

La télévision est le média central de notre époque : à la fois le plus critiqué et le plus courtisé, selon
les acteurs sociaux, il est de loin le plus consommé par la plupart d’entre nous. Pourtant, il reste le
moins étudié : les recherches sur la télévision ne peuvent nullement égaler celles sur le cinéma, les
arts, le théâtre, la littérature.

François Jost est l’un des rares chercheurs à combler ce vide et ses interventions font désormais
autorité. Formé à l’étude des récits et spécialiste de cinéma (il est l’auteur de deux ouvrages de
référence : L’œil-caméra, 1987 et, avec A. Gaudreault, Le récit cinématographique, 1990),
observateur aigu des faits sociaux (ses deux derniers livres portent respectivement sur l’élection de
Nicolas Sarkozy et sur la culture médiatique du banal, de Duchamp à la téléréalité), François Jost a
abondamment analysé les émissions télévisées et théorisé avec finesse la manière dont elles
agissent sur les spectateurs.

A l’occasion de cette conférence, François Jost propose de mettre en avant quelques outils
essentiels pour expliquer comment les images et les sons de la télévision font sens pour le
spectateur, comment les émissions organisent, scandent et affectent la vie de son public. La télévision
– et c’est peut-être là son propre – nous permet de voir « en direct », et aujourd’hui – ce point est au
cœur des débats actuels – nous place face à la « télé-réalité ». Mais la télévision est aussi un espace
de jeux et de divertissements, de fictions, d’informations. Ainsi, avec la télévision, notre vie
quotidienne est constamment confrontée à ce qu’on croit vrai et ce qu’on juge faux, à un présent plus
ou moins plein et à une mémoire et une attente toujours activées… François Jost articule ces
questions importantes autour du rôle primaire des genres – un vieux concept, venu de la théorie
littéraire – et qui, dans leur reproduction et reconnaissance, suscitent et modulent une attente,
comblée ou déçue, dans la vie quotidienne des spectateurs.

FRANÇOIS JOST
est professeur à la Sorbonne Nouvelle Paris III, où il dirige le Centre d’Etudes sur l’Image et le Son
Médiatiques (CEISME) et enseigne l’analyse de la télévision et la sémiologie audiovisuelle. Il est
Professeur invité dans de nombreuses universités à travers le monde. Spécialiste de l’image, il a écrit
ou dirigé une vingtaine de livres sur le cinéma et la télévision. Il a contribué, ces dernières années, à
développer en France les études théoriques sur la télévision, par la direction de numéros de revue, de
colloques (Penser la télévision) et la publication de livres.
Ses derniers ouvrages parus en français sont La Télévision du quotidien (De Boeck, 2004, 2e éd.),
Comprendre la télévision, (Armand Colin, 2005), Introduction à l’analyse de la télévision (Ellipses,
2007, 3e éd.), L’Empire du loft, la suite (La Dispute, 2007), Le Culte du banal (CNRS, 2007), Le
Téléprésident (avec D. Muzet, Aube, 2008).
Scénariste et réalisateur, entre 1977 et 1987, il a écrit de nombreux programmes pour la télévision. Il
a réalisé plusieurs films, dont La Mort du révolutionnaire, hallucinée a reçu trois prix (Festival
international du Jeune Cinéma, Hyères et Belfort, 1979). Il est aussi l’auteur d’un roman, Les Thermes
de Stabies (MK Littérature, 1990).

Lieu de la conférence
Université du Luxembourg – Campus Limpertsberg
162a, avenue de la Faïencerie, L1511 Luxembourg
Bâtiment des Sciences, salle 1.03
Contact
Gian Maria Tore (gm.tore@gmail.com)

Comments

comments

Conférence de François Jost
« La promesse des genres télévisuels :
comment regardons-nous la télévision ?» 
le 22 mai, à 18h15 

La télévision est le média central de notre époque : à la fois le plus critiqué et le plus courtisé, selon
les acteurs sociaux, il est de loin le plus consommé par la plupart d’entre nous. Pourtant, il reste le
moins étudié : les recherches sur la télévision ne peuvent nullement égaler celles sur le cinéma, les
arts, le théâtre, la littérature.

François Jost est l’un des rares chercheurs à combler ce vide et ses interventions font désormais
autorité. Formé à l’étude des récits et spécialiste de cinéma (il est l’auteur de deux ouvrages de
référence : L’œil-caméra, 1987 et, avec A. Gaudreault, Le récit cinématographique, 1990),
observateur aigu des faits sociaux (ses deux derniers livres portent respectivement sur l’élection de
Nicolas Sarkozy et sur la culture médiatique du banal, de Duchamp à la téléréalité), François Jost a
abondamment analysé les émissions télévisées et théorisé avec finesse la manière dont elles
agissent sur les spectateurs.

A l’occasion de cette conférence, François Jost propose de mettre en avant quelques outils
essentiels pour expliquer comment les images et les sons de la télévision font sens pour le
spectateur, comment les émissions organisent, scandent et affectent la vie de son public. La télévision
– et c’est peut-être là son propre – nous permet de voir « en direct », et aujourd’hui – ce point est au
cœur des débats actuels – nous place face à la « télé-réalité ». Mais la télévision est aussi un espace
de jeux et de divertissements, de fictions, d’informations. Ainsi, avec la télévision, notre vie
quotidienne est constamment confrontée à ce qu’on croit vrai et ce qu’on juge faux, à un présent plus
ou moins plein et à une mémoire et une attente toujours activées… François Jost articule ces
questions importantes autour du rôle primaire des genres – un vieux concept, venu de la théorie
littéraire – et qui, dans leur reproduction et reconnaissance, suscitent et modulent une attente,
comblée ou déçue, dans la vie quotidienne des spectateurs.

FRANÇOIS JOST
est professeur à la Sorbonne Nouvelle Paris III, où il dirige le Centre d’Etudes sur l’Image et le Son
Médiatiques (CEISME) et enseigne l’analyse de la télévision et la sémiologie audiovisuelle. Il est
Professeur invité dans de nombreuses universités à travers le monde. Spécialiste de l’image, il a écrit
ou dirigé une vingtaine de livres sur le cinéma et la télévision. Il a contribué, ces dernières années, à
développer en France les études théoriques sur la télévision, par la direction de numéros de revue, de
colloques (Penser la télévision) et la publication de livres.
Ses derniers ouvrages parus en français sont La Télévision du quotidien (De Boeck, 2004, 2e éd.),
Comprendre la télévision, (Armand Colin, 2005), Introduction à l’analyse de la télévision (Ellipses,
2007, 3e éd.), L’Empire du loft, la suite (La Dispute, 2007), Le Culte du banal (CNRS, 2007), Le
Téléprésident (avec D. Muzet, Aube, 2008).
Scénariste et réalisateur, entre 1977 et 1987, il a écrit de nombreux programmes pour la télévision. Il
a réalisé plusieurs films, dont La Mort du révolutionnaire, hallucinée a reçu trois prix (Festival
international du Jeune Cinéma, Hyères et Belfort, 1979). Il est aussi l’auteur d’un roman, Les Thermes
de Stabies (MK Littérature, 1990).

Lieu de la conférence
Université du Luxembourg – Campus Limpertsberg
162a, avenue de la Faïencerie, L1511 Luxembourg
Bâtiment des Sciences, salle 1.03
Contact
Gian Maria Tore (gm.tore@gmail.com)

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply