Apr 15 2008

“Festival du film pour jeunes – Hautnah”

Published by at 16:09 under Uncategorized

(www.wort.lu: hay) – Derzeit findet in Luxemburg-Stadt die achte Auflage des “Festival du film pour jeunes – Hautnah” statt. Dabei schauen sich mehrere Schulklassen aus der Sekundarstufe Filme über verschiedene Themen, an, um im Anschluss unter anderem mit einem Experten darüber zu diskutieren. Für den Streifen “Fickende Fische” beispielsweise, bei dem es inhaltlich um die Jugend und die Krankheit Aids geht, wird dementsprechend zur abschließenden Diskussionsrunde ein Mitarbeiter der Aidsberodung anwesend sein.

Ziel des Ganzen ist es, Jugendliche mit verschiedenen aktuellen Problemen in Kontakt zu bringen und zu sensibilisieren.

In diesem Jahr setzen die Veranstalter jedoch zusätzliche Akzente. Wie Erziehungsministerin Mady Delvaux-Stehres erläuterte, sei das Projekt nämlich pädagogischer geworden, allerdings in einem positiven Sinn. Ein Teil der neuen Zielausrichtung sei etwa die Medienpädagogik: “Es ist wichtig, dass die jungen Leute lernen, sich mit Filmen auseinander zu setzen und dass sie zum Beispiel erfahren, wie Filme gemacht werden.” Den Schwerpunkt des diesjährigen Filmfestivals bilde allerdings der Themenbereich “Mediensprache”, dessen Bedeutung die Ministerin besonders hervorhob.

Neue CD-ROM für Nachbearbeitung des Filmfestivals

Info
Folgende Filme werden den Schulklassen präsentiert: Die fetten Jahre sind vorbei, Fickende Fische, Jenseits der Stille, Sophie Scholl – Die letzten Tage, Rebel without a cause, The Truman Show, Adil geht – Let’s break, Lila Lili, L’auberge espagnole, L’esquive, Zero de conduite, John, Kick it like Beckham, Easy Rider, Babel, Netto, Emil und die Detektive.

In diesem Rahmen wurde unter der Leitung des Linguisten Peter Schott vom Goethe-Institut in Nancy eine CD-Rom erarbeitet mit dem Titel “Sprachen der Jugend im Film”. Diese beinhaltet Lehrmaterial für die Lehrer, welches ihnen eine effektive Nachbereitung des Filmfestivals ermöglichen soll.

Das Filmfestival präsentiert über ein Dutzend verschiedene Filme (deutsch-, englisch- oder französischsprachig,). Die Vorstellungen finden in der Cinémathèque in Luxemburg-Stadt statt. Genau 49 Schulklassen, beziehungsweise 850 Schüler nehmen an dem Projekt teil (vertreten sind hierbei mehrere Lycées, Lycées techniques, das Centre national de formation professionnelle continue und das Centre de langues Luxembourg). Der letzte Veranstaltungstag ist am 23. April. Organisiert wird das Festival von der “Cinémathèque de la Ville de Luxembourg”, dem “Service de coordination de la recherche et de l’innovation pédagogiques et technologiques” (SCRIPT) des Erziehungsministeriums in Kooperation mit der “Aidsberodung” des Roten Kreuzes, “Interactions-Maison des Jeunes” Grund sowie dem “Maison des Jeunes” in Hesperingen.

Comments

comments

(www.wort.lu: hay) – Derzeit findet in Luxemburg-Stadt die achte Auflage des “Festival du film pour jeunes – Hautnah” statt. Dabei schauen sich mehrere Schulklassen aus der Sekundarstufe Filme über verschiedene Themen, an, um im Anschluss unter anderem mit einem Experten darüber zu diskutieren. Für den Streifen “Fickende Fische” beispielsweise, bei dem es inhaltlich um die Jugend und die Krankheit Aids geht, wird dementsprechend zur abschließenden Diskussionsrunde ein Mitarbeiter der Aidsberodung anwesend sein.

Ziel des Ganzen ist es, Jugendliche mit verschiedenen aktuellen Problemen in Kontakt zu bringen und zu sensibilisieren.

In diesem Jahr setzen die Veranstalter jedoch zusätzliche Akzente. Wie Erziehungsministerin Mady Delvaux-Stehres erläuterte, sei das Projekt nämlich pädagogischer geworden, allerdings in einem positiven Sinn. Ein Teil der neuen Zielausrichtung sei etwa die Medienpädagogik: “Es ist wichtig, dass die jungen Leute lernen, sich mit Filmen auseinander zu setzen und dass sie zum Beispiel erfahren, wie Filme gemacht werden.” Den Schwerpunkt des diesjährigen Filmfestivals bilde allerdings der Themenbereich “Mediensprache”, dessen Bedeutung die Ministerin besonders hervorhob.

Neue CD-ROM für Nachbearbeitung des Filmfestivals

Info
Folgende Filme werden den Schulklassen präsentiert: Die fetten Jahre sind vorbei, Fickende Fische, Jenseits der Stille, Sophie Scholl – Die letzten Tage, Rebel without a cause, The Truman Show, Adil geht – Let’s break, Lila Lili, L’auberge espagnole, L’esquive, Zero de conduite, John, Kick it like Beckham, Easy Rider, Babel, Netto, Emil und die Detektive.

In diesem Rahmen wurde unter der Leitung des Linguisten Peter Schott vom Goethe-Institut in Nancy eine CD-Rom erarbeitet mit dem Titel “Sprachen der Jugend im Film”. Diese beinhaltet Lehrmaterial für die Lehrer, welches ihnen eine effektive Nachbereitung des Filmfestivals ermöglichen soll.

Das Filmfestival präsentiert über ein Dutzend verschiedene Filme (deutsch-, englisch- oder französischsprachig,). Die Vorstellungen finden in der Cinémathèque in Luxemburg-Stadt statt. Genau 49 Schulklassen, beziehungsweise 850 Schüler nehmen an dem Projekt teil (vertreten sind hierbei mehrere Lycées, Lycées techniques, das Centre national de formation professionnelle continue und das Centre de langues Luxembourg). Der letzte Veranstaltungstag ist am 23. April. Organisiert wird das Festival von der “Cinémathèque de la Ville de Luxembourg”, dem “Service de coordination de la recherche et de l’innovation pédagogiques et technologiques” (SCRIPT) des Erziehungsministeriums in Kooperation mit der “Aidsberodung” des Roten Kreuzes, “Interactions-Maison des Jeunes” Grund sowie dem “Maison des Jeunes” in Hesperingen.

Comments

comments

2 responses so far

2 Responses to ““Festival du film pour jeunes – Hautnah””

  1. adminon 15 Apr 2008 at 18:22

    Article d’actualité
    Présentation du 8e Festival du film pour jeunes “Hautnah”
    15-04-2008

    Mady Delvaux-Stehres, ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, et Lydie Polfer, échevin de la Ville de Luxembourg, ont présenté le 15 avril 2008 à la Cinémathèque le 8e Festival du film pour jeunes “Hautnah”.
    Organisé dans le cadre de la formation continue des enseignantes et des enseignants par la Cinémathèque de la Ville de Luxembourg et le Service de coordination de la recherche et de l’innovation pédagogiques et technologiques (SCRIPT) du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle en coopération avec l’Aidsberodung Croix-Rouge, Interactions – Maison des Jeunes Grund et la Maison des Jeunes de Hespérange, le Festival du film a lieu du 14 au 23 avril 2008.

    Le festival s’adresse aux classes de l’enseignement secondaire et secondaire technique et se propose de sensibiliser les jeunes à différentes formes du langage audiovisuel ainsi qu’à différents problèmes actuels. L’approche actionnelle et communicative soutient la réforme de l’enseignement actuellement en cours.

    845 élèves (49 classes de 20 établissements scolaires postprimaires) participent à la 8e édition.

    Dans le cadre de cette 8e édition du Festival du film pour jeunes, les organisateurs ont présenté le CD-Rom “Sprachen der Jugend im Film” qui permet d’utiliser efficacement le média cinématographique comme outil pédagogique dans le processus d’apprentissage des élèves.

    Le point de départ: le Festival du film pour jeunes “Hautnah”, une rencontre au rythme annuel

    Depuis la première édition en 2001, l’équipe du Festival du film relève chaque année un défi en posant les questions suivantes: “Comment intéresser les jeunes à des débats importants de notre société? Comment susciter leur réflexion et les impliquer personnellement? Comment aider les jeunes à développer un esprit critique face aux moyens de communication de masse, notamment face au cinéma? Comment promouvoir une éducation à l’image?”

    À toutes ces questions, une réponse a fait ses preuves: le Festival du film invite à une démarche à plusieurs volets:

    une préparation en classe;
    le visionnage du film dans la Cinémathèque;
    le débat avec des expertes et des experts et des témoins qui permettent aux jeunes de prendre la parole et d’appréhender la réalité;
    l’analyse en classe.
    Grâce à l’engagement des enseignantes et des enseignants, la participation des classes contribue à sensibiliser les jeunes à différentes formes du langage audiovisuel ainsi qu’à différents problèmes actuels qui les concernent.

    Les films à l’affiche

    Date Titre Sujet Expert/e/s et témoins
    14.04 Die fetten Jahre sind vorbei Jeunesse et rébellion Peter Schott, Goethe-Institut Nancy
    15.04 Jenseits der Stille Enfance et Handicap Peter Schott, Goethe-Institut Nancy; Isabelle Sturm, Info-handicap
    16.04 Rebel without a Cause Jeunesse et rébellion Peter Schott, Goethe-Institut Nancy
    17.04 Adil geht Réfugiés du Kosovo et hip-hop Peter Schott, Goethe-Institut Nancy; Serge Kollwelter, ASTI
    18.04 Fickende Fische Jeunesse et Sida
    Peter Schott; Aids-Berodung

    21.04 Sophie Scholl Nazisme et résistance Rita Jeanty, philosophe
    22.04 The Truman Show Médias et manipulation Maurice Molitor, journaliste
    23.04 Lila Lili Adolescence et grossesse Claudine Pauly et Marianne Dondelinger, Foyer maternel
    Les films ont été choisis en fonction de l’actualité nationale et internationale ainsi qu’en fonction des programmes des classes de l’enseignement secondaire et secondaire technique.

    Même si les sujets sont graves, les films montrent que, malgré tout, il y a toujours de l’espoir, de la solidarité et de l’humanité. Ils encouragent les jeunes à s’engager et à agir en tant que citoyens et citoyennes responsables.

    Au point de mire en avril 2008: l’éducation aux médias au profit d’une approche par compétences

    Donner un sens à l’apprentissage s’avère être un grand enjeu, si ce n’est LE grand enjeu. La motivation des élèves pour leur propre apprentissage est favorisée à travers l’approche méthodologique, le média cinématographique et les sujets qui font partie du vécu des jeunes.

    L’approche actionnelle, participative et communicative soutient la réforme de l’enseignement en cours en 2008, notamment le développement de l’enseignement et de l’apprentissage des langues.

    Le festival propose une activité à deux visées: l’apprentissage des jeunes et la formation continue des enseignant/e/s dont l’objectif est le développement des compétences en rapport avec l’éducation au média cinématographique.

    À cette fin, la 8e édition répond davantage à la demande des enseignant/e/s qui veulent approfondir leur travail en classe. Deux mesures sont proposées dans le cadre de la formation continue, à savoir:

    une séance de suivi (Nachbereitung) pour compléter la formation “Sprachen der Jugend im Film”: un module de formation de 2 heures est proposé à la suite des films 1 à 5;
    la mise à disposition du CD-Rom “Sprachen der Jugend im Film” qui présente du matériel didactique intéressant, notamment pour l’éducation aux médias et l’apprentissage des langues, un apprentissage fort important pour toutes les branches.
    Pour conclure: la coopération intersectorielle vaut le coup

    Le festival au rythme annuel n’est possible que grâce à une coopération qui profite des compétences complémentaires qu’offrent les domaines suivants: le cinéma et l’éducation aux médias, la jeunesse, l’éducation et l’enseignement.

  2. adminon 16 Apr 2008 at 08:32

    Un film, un dialogue et tous les rires de la vie

    LUXEMBOURG – Voir un film puis en parler: c’est «Hautnah», un festival de cinéma pour jeunes qui réussit à briser les silences.

    «Pour trouver un petit copain, il y a des endroits spéciaux pour les sourds?». La question vient du fond de la Cinémathèque. Sous les projecteurs, devant l’écran, Tania Zens et Christophe Hamer sourient largement.

    Mains et visage se mettent en mouvement. Carla Vogel traduit la langue des signes pour les 150lycéens luxembourgeois présents: «Il y a des soirées pour les malentendants, des groupes. C’est là que l’on s’est rencontrés».

    «Il est possible d’exprimer tous les sentiments avec la langue des signes?», demande un autre. «Bien sûr», répond Valérie Baert. «C’est comme les mots pour les entendants». Josette Santini complète: «On peut aussi très bien se disputer, je vous assure!». Rires dans la salle.

    Hier, la Cinémathèque de Luxembourg accueillait 150élèves et cinq personnes sourdes ou malentendantes dans le cadre du 5e festival de cinéma pour jeunes «Hautnah». Le principe: les élèves voient un film sur un thème précis, comme la surdité avec la fiction de Caroline Link «Au-delà du silence», analysent la façon dont il a été fait, puis discutent avec des personnes directement concernées par le thème.

    Après un début de dialogue difficile, la glace était brisée. «Comment vous faites pour conduire? Quel est votre métier? Que faites-vous si vous vous faites agresser?». «Quand on prend le train, on peut continuer à se parler à travers la vitre avec la langue des signes, pas comme vous!», souligne Valérie Baert. Rires, encore. Christy, du Lycée de garçons, résume. «Cette rencontre, c’était encore mieux que le film!».

    lesesntiel
    Isabelle Hartmann

    Des films engagés pour 845 élèves participants
    Le festival «Hautnah» permet à des lycéens de se familiariser à l’analyse de film. «Et pas seulement à celle du contenu», plaide Peter Schott, «mais aussi à la façon dont il a été tourné». Peter Schott intervient au Goethe Institut de Nancy et a créé en collaboration avec la Cinémathèque un CD-ROM pour aider professeurs et élèves à «apprendre à regarder». Par cette plus grande implication avec le film et son message, le but est d’intéresser les élèves à des problèmes actuels.

    Le festival, qui dure jusqu’à mercredi prochain et auquel vont participer 845 élèves de 49 classes, traite cette année de la rébellion («Die fetten Jahre sind vorbei» et «Rebel without a cause») du handicap («Au-delà du silence»), du sida («Fickende Fische»), des médias et de la manipulation («The Truman Show»), du nazisme («Sophie Scholl»), des grossesses adolescentes («Lila Lili») et des réfugiés du Kosovo et du hip-hop («Adil geht»).

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply