Apr 11 2008

Free Radicals

Published by at 07:59 under Uncategorized

«Voir avec les oreilles, entendre avec les yeux»
LUXEMBOURG – Ses yeux s’ennuyaient en concert. Alors, la cinéaste Bady Minck a décidé de mettre le son en images, comme dans «Free Radicals».


«L’essentiel»: Pourquoi combinez-vous film et musique? On connaît déjà!
Bady Minck, réalisatrice: C’est vrai! Mais pour moi, la musique n’est pas seulement un accompagnement, elle peut être le guide d’un film. Cette combinaison est réussie quand film et musique en deviennent plus forts, que les sens sont soudés. Ce n’est alors pas juste un vieux film, accompagné d’un orchestre!


Comme dans le «Retour à la raison»?
J’ai pris ce film de Man Ray et fait composer trois musiques par trois compositeurs. Et d’un coup, on a trois films! Dans «L’Être ou le Néant», c’est autre chose, mais la musique est aussi l’essentiel de narration. Là, j’ai filmé une partition comme un tapis roulant et chaque musicien apparaît, grandit et disparaît selon son importance du moment.

Vous sentez-vous alors musicienne?
Alors une musicienne passive, car je n’ai jamais essayé de faire de la musique, mais avec les films, c’est vrai, je deviens une musicienne active! Les sons, les bruits deviennent partition. Les images racontent l’histoire, je n’ai donc pas besoin de langage. Les dialogues sont libres.

Utilisons-nous nos yeux et oreilles trop séparément?
Oui! Je veux montrer combien les deux fonctionnent bien ensemble, qu’ils offrent plus que la somme des deux! C’est quelque chose que j’ai d’abord remarqué dans les salles de concert. Mes yeux s’ennuyaient! Alors j’ai décidé de faire de la musique à voir.

Comments

comments

«Voir avec les oreilles, entendre avec les yeux»
LUXEMBOURG – Ses yeux s’ennuyaient en concert. Alors, la cinéaste Bady Minck a décidé de mettre le son en images, comme dans «Free Radicals».


«L’essentiel»: Pourquoi combinez-vous film et musique? On connaît déjà!
Bady Minck, réalisatrice: C’est vrai! Mais pour moi, la musique n’est pas seulement un accompagnement, elle peut être le guide d’un film. Cette combinaison est réussie quand film et musique en deviennent plus forts, que les sens sont soudés. Ce n’est alors pas juste un vieux film, accompagné d’un orchestre!


Comme dans le «Retour à la raison»?
J’ai pris ce film de Man Ray et fait composer trois musiques par trois compositeurs. Et d’un coup, on a trois films! Dans «L’Être ou le Néant», c’est autre chose, mais la musique est aussi l’essentiel de narration. Là, j’ai filmé une partition comme un tapis roulant et chaque musicien apparaît, grandit et disparaît selon son importance du moment.

Vous sentez-vous alors musicienne?
Alors une musicienne passive, car je n’ai jamais essayé de faire de la musique, mais avec les films, c’est vrai, je deviens une musicienne active! Les sons, les bruits deviennent partition. Les images racontent l’histoire, je n’ai donc pas besoin de langage. Les dialogues sont libres.

Utilisons-nous nos yeux et oreilles trop séparément?
Oui! Je veux montrer combien les deux fonctionnent bien ensemble, qu’ils offrent plus que la somme des deux! C’est quelque chose que j’ai d’abord remarqué dans les salles de concert. Mes yeux s’ennuyaient! Alors j’ai décidé de faire de la musique à voir.

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply