Aug 07 2012

Le CineBelval prend son indépendance

Published by at 16:22 under Uncategorized

SOURCE: http://www.lequotidien.lu/index.php?news=37007

CINÉMA- Le cinéma d’Esch-Belval coupe les ponts avec la maison mère Caramba, et poursuit son aventure seul.

Ni fermeture, ni licenciements ne sont à l’ordre du jour au CineBelval, même si une grande restructuration est actuellement en cours dans le grand multiplexe du BelvalPlaza. Le grand cinéma du sud du pays, avec ses sept salles et ses quelque 1 500 places, a entamé il y a plusieurs semaines déjà un divorce à l’amiable avec le reste du groupe Caramba (qui gère l’Ariston et le Kinosch à Esch-sur-Alzette, le Kursaal à Rumelange et qui s’occupait également, jusqu’au 1er août dernier, de la programmation du Paris à Bettembourg). «Il n’a jamais été question de fermeture. Les actionnaires ont pris une décision, ils ont foi dans le CineBelval, ils pensent que le CineBelval a un avenir seul et qu’il peut seul gérer cet avenir», explique Jean Villemin, 59 ans, ancien chargé du développement du musée national des mines à Rumelange et nouveau directeur des lieux.

Ainsi Caramba SARL laisse la place officiellement à Caramba Sud SA pour la gestion du complexe. Une première étape vers une probable disparition totale du nom de Caramba dans la dénomination officielle du CineBelval.

Un nouveau logo, un site internet à part et un nouveau magazine seraient également en préparation pour la nouvelle structure qui s’apprête à continuer son aventure en solo. Tout comme une meilleure signalétique aux alentours et à l’intérieur de BelvalPlaza et, d’un point de vue général, une meilleure communication.

Les salariés déjà en place sont en train d’être dispatchés, selon les besoins, entre les deux entités, et de nouvelles embauches seraient même prévues pour les salles de Belval. Jean Villemin confirme à ce sujet qu’il n’a «jamais été question de licenciements».

Ce changement de dénomination devrait être accompagné, à terme, par une refonte profonde de la programmation du multiplexe. Le CineBelval voulant «reconquérir son public» – celui des Terres Rouges et du Sud du Grand-Duché – et «conquérir un nouveau public». Un deuxième public se trouvant principalement de l’autre côté de la frontière, en France. Des cinéphiles qui ont encore du mal à venir au cinéma au Luxembourg, préférant bien souvent faire quelques kilomètres supplémentaires et pouvoir voir les films de leur choix en version française plutôt qu’en VO sous-titrée.

Caramba SARL continue, elle, à gérer l’Ariston, le Kinosch, le Kursaal.

Comments

comments

SOURCE: http://www.lequotidien.lu/index.php?news=37007

CINÉMA- Le cinéma d’Esch-Belval coupe les ponts avec la maison mère Caramba, et poursuit son aventure seul.

Ni fermeture, ni licenciements ne sont à l’ordre du jour au CineBelval, même si une grande restructuration est actuellement en cours dans le grand multiplexe du BelvalPlaza. Le grand cinéma du sud du pays, avec ses sept salles et ses quelque 1 500 places, a entamé il y a plusieurs semaines déjà un divorce à l’amiable avec le reste du groupe Caramba (qui gère l’Ariston et le Kinosch à Esch-sur-Alzette, le Kursaal à Rumelange et qui s’occupait également, jusqu’au 1er août dernier, de la programmation du Paris à Bettembourg). «Il n’a jamais été question de fermeture. Les actionnaires ont pris une décision, ils ont foi dans le CineBelval, ils pensent que le CineBelval a un avenir seul et qu’il peut seul gérer cet avenir», explique Jean Villemin, 59 ans, ancien chargé du développement du musée national des mines à Rumelange et nouveau directeur des lieux.

Ainsi Caramba SARL laisse la place officiellement à Caramba Sud SA pour la gestion du complexe. Une première étape vers une probable disparition totale du nom de Caramba dans la dénomination officielle du CineBelval.

Un nouveau logo, un site internet à part et un nouveau magazine seraient également en préparation pour la nouvelle structure qui s’apprête à continuer son aventure en solo. Tout comme une meilleure signalétique aux alentours et à l’intérieur de BelvalPlaza et, d’un point de vue général, une meilleure communication.

Les salariés déjà en place sont en train d’être dispatchés, selon les besoins, entre les deux entités, et de nouvelles embauches seraient même prévues pour les salles de Belval. Jean Villemin confirme à ce sujet qu’il n’a «jamais été question de licenciements».

Ce changement de dénomination devrait être accompagné, à terme, par une refonte profonde de la programmation du multiplexe. Le CineBelval voulant «reconquérir son public» – celui des Terres Rouges et du Sud du Grand-Duché – et «conquérir un nouveau public». Un deuxième public se trouvant principalement de l’autre côté de la frontière, en France. Des cinéphiles qui ont encore du mal à venir au cinéma au Luxembourg, préférant bien souvent faire quelques kilomètres supplémentaires et pouvoir voir les films de leur choix en version française plutôt qu’en VO sous-titrée.

Caramba SARL continue, elle, à gérer l’Ariston, le Kinosch, le Kursaal.

Comments

comments

No responses yet

Trackback URI | Comments RSS

Leave a Reply